Yannick Blanc, Les esperados. Une histoire des années 1970, Montreuil, éditions L’échappée, collection « Négatif », 2012, 218 pages, 14 €.

 Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Les esperados est un docu-fiction littéraire paru initialement en 1984, qui se conçoit comme un anti Génération[1]. Sa réédition dans la collection dirigée par le collectif Pièces et main d’œuvre s’explique sans doute par le regard porté sur ces « Années 68 » vécues par l’auteur, un temps maoïste, un regard amer et sans illusions sur ces espoirs échoués, critique de l’extrême gauche organisée (seuls les situationnistes ont droit à des éloges appuyés), des opportunistes, des drogues, du communautarisme[2] ou de la récupération des mythes d’une époque. Tous éléments qui transparaissent bien dans le texte inédit ajouté en complément au livre originel, « Le troupeau par les cornes », au-delà d’un accord sur les dangers véhiculés par la techno-science.

Car Yannick Blanc pointe du doigt ce qui, selon lui, explique la faillite des soixante-huitards, leurs propres tendances à l’autodestruction. Il a choisi de porter son regard sur l’exemple d’une communauté paysanne du fin fond de l’Ardèche, et plus particulièrement sur son leader, Pierre Conty dit Pierrot, qui finit par tuer trois personnes en 1977 des suites d’un braquage ayant mal tourné. Yannick Blanc a mené pour ce faire une enquête longue et fouillée, rencontrant un très grand nombre d’acteurs et de témoins de cette tranche de vie (on y croise même quelques figures comme Jean Ferrat ou Paul Barril, ami d’enfance de Pierre Conty). Si le sujet n’est pas sans évoquer le récent Osons l’utopie ! de Christian Dupont (chroniqué dans notre revue électronique[3]), l’éclairage est plus sombre, la prose plus vivante et empathique, véritablement prenante.

Yannick Blanc nous plonge ainsi dans l’enfance grenobloise de Pierre Conty, né en 1946 d’un père communiste, ancien résistant et ouvrier. Faisant le choix de la rébellion à l’adolescence, et éprouvant de grandes difficultés à accepter les contraintes d’une hiérarchie subie dès l’enseignement technique, il voyage jusqu’en Israël pour participer à un kibboutz, avant de faire le choix d’une vie rurale. Enfant de 68 et du gauchisme ambiant, il s’oppose alors au PCF, et finit par fonder une communauté vivant principalement de l’élevage en 1969, à Rochebesse, subissant l’hostilité chronique des locaux, jusqu’à des poursuites judiciaires autour des questions de propriétés foncières. Cette communauté connaît nombre de changements, entre nouvelles arrivées et départs plus ou moins volontaires.

En effet, Yannick Blanc, au-delà de réelles notes d’humour (le règlement des tensions internes grâce aux maximes du Petit livre rouge !), montre bien les difficultés de la vie en commun, les conflits issus de cette promiscuité recherchée et des relations sexuelles afférentes. La violence contenue en Pierre Conty s’exprime alors de plus en plus, accentuant l’ambiance délétère.  Le mythe de la guérilla en arrière-plan, les vols de marchandises présentées comme des réappropriations sont bientôt suivis par des vols d’armes puis d’argent, jusqu’au tragique braquage final. Un regard sur ces « Années 68 » qui ne peut laisser indifférent, vision alternative à celle, plus médiatisée, de Pierre Goldman, et totalement à l’écart, en effet, de celle codifiée par Hamon et Rotman.


[1]              Il s’agit de l’ouvrage de Hervé Hamon et Patrick Rotman, Génération (tomes I et II), Paris, Seuil, 1987, 1988.

[2]              « Les communautaristes identitaires sont l’extrême droite de l’extrême gauche (…) », p. 235, Yannick Blanc affirmant par ailleurs sa fierté d’être simplement Français.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *