Michel Lallement, Le travail de l’utopie. Godin et le familistère de Guise, Paris, Les Belles Lettres, 2009, 510 pages, 29 €.

Un compte rendu de Denis Andro

Qu’en est-il, concrètement, du travail dans une expérience « utopiste » ? Professeur au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM), Michel Lallement pose la question, dans une veine wébérienne (prenant « au sérieux la force des croyances sur les pratiques socio-économiques »), autour d’une utopie ici pensée comme paradigme et comme langage : le Familistère de Guise, qui « rassemble sur un même lieu espaces de travail, d’habitation, d’hygiène, de distraction et de consommation », fondé par Jean Baptiste Godin (1817-1888), en Picardie, à partir de 1858. L’Association du Travail et du Capital, une des créations de cette expérience, dure de 1880 à 1968; le Palais social abrite à présent un musée. Enfant du peuple, Godin découvre en faisant son tour de France comme compagnon les idées de Cabet, présentes dans ce milieu comme en milieu urbain ouvrier, mais il rejette l’égalitarisme communiste icarien; il rencontre ensuite celles de Fourier. Tout en créant avec succès une manufacture de poêles en fonte brevetés il adhère à l’Ecole sociétaire, mais substitue à la théorie des passions de Fourier « une morale du travail mâtinée de métaphysique spirite ». Il mène de front la direction de l’usine et du Familistère, une activité de propagandiste – par des livres (dont Solutions sociales, 1871) et une revue, Le Devoir – et même une carrière politique de quasi-notable : il devient député de l’Aisne. Pour Michel Lallement, l’expérience du familistère ne peut être rabattue sur un simple dispositif philanthropique, même si elle s’inscrit dans une époque de préoccupations réformatrices pour la question sociale. Godin, dont l’idée de Palais social mûrit « au constat de l’échec de Réunion », l’expérience fouriériste au Texas, entend effectivement offrir à ses ouvriers l’ « équivalent de la richesse », par un logement de type nouveau, alvéolaire, dans une cité mue par la solidarité, inspirée de l’habitat unitaire de Fourier, et organiser la « rétribution du talent » par un système de votes puis un essai de participation des ouvriers par un jeu complexe de groupes et unions de groupes. Mais les mécanismes de l’Association du Travail et du Capital, dont la visée est l’abolition du salariat, tendent à privilégier une catégorie d’ouvriers, qualifiés en 1882 d’ « aristocrates » par la néo-fouriériste Revue du mouvement social de Charles Limousin. Au regard de ces innovations aux résultats mitigés, l’architecture et l’organisation du Palais social sont, elles, à maints égards novatrices : système ingénieux de ventilation, fontaines aux étages, équipements et services (économat, piscine, théâtre, bibliothèque), attention portée à ce qu’on appelle aujourd’hui la petite enfance (avec « nourricière », « pouponnat », « bambinat », reprenant ici des termes phalanstériens) et présence d’une école mixte. Elles sont traversées par une logique à visée morale (hygiénisme, méritocratie, émulation individuelle et collective), avec toutes les ambiguïtés que peut entraîner un tel projet. Godin est omniprésent : directeur, orateur lors des fêtes (du Travail, de l’Enfance), organisateur d’une utopie qui, sur le fond, ne remet pas en cause le noyau de l’organisation de la production. Michel Lallement décrit et analyse le cycle de production et l’organisation du travail au sein de cette usine de fonte émaillée, qui restent classiquement triangulaires, et souligne que «  (…) la transformation radicale de l’organisation du travail est un problème quasiment insoluble pour les entrepreneurs qui souhaitent allier utopie et performances productives ». Si de nombreux réformateurs sociaux et une partie des socialistes – ainsi La Revue socialiste de Benoît Malon, ou Charles Fauvety – louent à l’époque l’initiative, les révolutionnaires – dont les anarchistes, ou Engels en 1887 dans La Question du logement – la critiquent. Au carrefour de la sociologie du travail, de l’histoire sociale et même de la philosophie politique, cette étude, qui exploite entre autres un fonds déposé au CNAM, situe Godin et son Familistère dans un contexte très riche en idées et polémiques (sur la condition ouvrière, l’urbanisme, l’éducation nouvelle…). Elle donnera matière à réflexion à ceux pour qui, « grâce à la politique du songe, il ne s’agit rien moins que de subvertir un ordre productif aux effets parfois si iniques et délétères ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *