Angélique del Rey, A l’école des compétences. De l’éducation à la fabrique de l’élève performant, Paris, La Découverte, collection « Cahiers libres », 2010, 288 pages, 19 €.

Un compte rendu de Jean Guillaume Lanuque

L’ouvrage d’Angélique del Rey, enseignante en philosophie et collaboratrice de Michel Benasayag, peut sans hésitation être considéré comme une référence sur la question de l’introduction de l’idéologie des compétences au sein du système éducatif. Car il s’agit bien d’une idéologie, ou plus exactement, pour citer l’auteure, d’un « processus néolibéral tendant à placer, plutôt que l’éducation au service de l’homme, le petit d’homme à éduquer au service des besoins de l’économie » (p. 9). Confrontée directement à l’imposition par en haut de cette nouvelle doxa, Angélique del Rey a décidé de mener sa propre enquête, fouillée, en s’intéressant principalement à trois situations nationales. Outre celle de la France, il s’agit du Québec, où le « Renouveau pédagogique » (sic) a conduit dès les années 1990 à l’abandon d’un véritable enseignement des savoirs, et de l’Argentine, où les compétences ont principalement été appliquées dans l’enseignement technique.

Selon elle, la mise en place de cette idéologie résulte de la conjonction de trois phénomènes. Le premier est le développement de la psychologie cognitive dans les années 1950 et 1960, promue par des organismes internationaux comme l’UNESCO, et qui conduit à évaluer non plus seulement l’acte, mais l’être, sur le modèle du QI[1]. Autre tendance de fond, l’émergence d’une véritable économie de l’éducation après la Seconde Guerre mondiale, dont la prise en compte du capital humain (un détournement singulier de l’analyse marxiste du capital !) vise à investir au mieux pour alimenter la croissance économique, dans un contexte de généralisation du salariat ; la finalité économique de l’école finit donc par l’emporter[2]. Enfin, le phénomène le plus récent est l’émergence du nouveau management des entreprises suite à la crise des années 1970, qui voit le remplacement de la qualification, basée sur un diplôme et gage d’un statut collectif, par les fameuses compétences, individualisant le salarié ; dans ce contexte, l’entreprise a tendance à prendre le pas sur l’école, à qui sera dévolue la transmission des compétences de base (le socle). Angélique del Rey consacre également un chapitre entier à la fabrication de « récits », autrement dit de mythes visant à justifier cette généralisation des compétences. Outre le caractère illusoire de la primauté supposée de l’économie de la connaissance face à l’économie productive, on soulignera le discours mystificateur sur le travail comme source d’épanouissement et sur l’idée que chacun est en réalité son propre patron, gérant au mieux ses compétences[3].

Angélique del Rey montre bien que cette évaluation systématique par compétences, mécaniste, outre qu’elle révèle l’absence de fonctionnement réellement démocratique de nos sociétés même développées[4], correspond aussi à une déterritorialisation (concept emprunté à Gilles Deleuze) radicale de l’individu néolibéral, sommé de s’adapter et d’être flexible[5]. Selon elle, cette normalisation par les compétences, vision abstraite de l’élève ne tenant pas compte des situations diverses et des déterminants sociaux, sonne comme le triomphe du biopouvoir selon Michel Foucault[6]. Toute la question est de savoir si réussir sa vie se résume à réussir professionnellement dans la vie, le critère d’employabilité devenant l’unique parangon. Il manque toutefois à l’exposé d’Angélique del Rey des approches plus fines par matières, qui montreraient de quelle manière cette idéologie des compétences s’infiltre dans chaque discipline, avec sans doute des compromis face aux anciennes préoccupations (les programmes d’histoire de collège contiennent ainsi de réelles connaissances factuelles ou d’enchaînement causal, bien qu’éclatées en un ensemble qui peine à faire sens).

Face à ce rouleau compresseur des compétences, Angélique del Rey ne cultive pas de nostalgie d’un pseudo âge d’or éducatif, mais ne propose pas non plus de changements globaux (la formule de John Holloway « changer le monde sans prendre le pouvoir » risquant alors de voir s’effacer la première partie, au risque de verser dans l’absurde[7]). L’alternative passe pour elle par le travail en situation, l’ouverture aux autres, l’importance d’assumer les conflits[8], et la nécessité d’une reterritorialisation de l’école, à travers l’inventivité locale et la multiplicité des approches. Bien que quelques exemples plus concrets soient cités, le propos n’en demeure pas moins par trop flou voire abscons, cédant parfois à des illusions dangereuses[9].

Jean-Guillaume Lanuque



[1]              Toutefois, en analysant à cette aune la démarche par compétences, Angélique del Rey semble négliger la possibilité de faire évoluer l’acquisition ou la non acquisition des dites compétences, rendant poreuses la frontière entre gagnants et perdants pour la vie…

[2]              « Autrement dit : premièrement, l’éducation serait le résultat d’un choix individuel ; deuxièmement, choisir de s’éduquer équivaudrait à saisir une opportunité d’investissement sur soi ; et, troisièmement, être éduqué reviendrait à valoriser un capital propre susceptible d’être exploité pour un profit individuel » (p. 66), un résumé d’une effrayante froideur !

[3]              « Le récit des compétences est celui d’un monde dans lequel chaque individu serait en compétition avec ses semblables pour des postes et des salaires. Dans ce monde, il faudrait développer des savoir-agir adaptables afin d’être plus performant dans la lutte, dans la compétition. Dans ce monde, il ne suffirait pas de savoir des choses, il faudrait être capable d’apprendre en permanence de nouvelles choses : « savoir apprendre » y serait plus important que savoir des choses, parce que savoir s’adapter y serait l’essentiel. La nouvelle nature, la vie au sens le plus neutre, y serait la vie « active », le monde du travail, la vie déterminée par l’économisme » (p. 93).

[4]              Le rappel de la palinodie de débat national sur l’école, pratiqué en 2004 en France, et dont les conclusions avaient été fixées d’avance, est à cet égard particulièrement explicite !

[5]              Comme si le problème du chômage tenait simplement à un manque de certaines compétences, et non à un contexte plus général de crise…

[6]              Doit-on pour autant aller jusqu’à estimer qu’en « additionnant des compétences, au mieux on ne fait rien, au pire on fabrique des fous » ? (p. 145) On retiendra davantage cette remarque : « L’intelligence n’est pas une somme de compétences, mais un ensemble complexe, dans lequel certaines potentialités se développent au prix d’en atrophier d’autres », p. 148 (en lien avec cette réflexion, voir Nicholas Carr, Internet rend-il bête ?, chroniqué dans notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1986 ).

[7]              « Faire dépendre notre désir d’émancipation de la croyance en un autre monde possible, c’est un peu comme faire dépendre l’avenir de la terre des extra-terrestres » (p. 217).

[8]              Angélique del Rey est l’auteure, avec Miguel Benasayag, d’un Eloge du conflit, Paris, La Découverte, 2007.

[9]              Outre le fait que « l’école ouverte » est un des axes de la réforme en cours, on ne peut qu’être sidéré par l’idée selon laquelle « (…) une école idéale finit par ne plus avoir besoin de ses enseignants… » (p. 251).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *