Cédric Biagini, Guillaume Carnino, Les Luddites en France. Résistance à l’industrialisation et à l’informatisation, Montreuil, éditions L’échappée, collection « Frankenstein », 2010, 336 pages, 22 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

C’est une imposante somme d’études que les deux fondateurs des éditions L’échappée, déjà coordinateurs de La tyrannie technologique (chroniqué sur notre ancien site), nous livrent avec Les Luddites en France. Rien de systématiquement inédit, puisque certains textes sont issus du site de Pièces et main d’œuvre (Olivier Serre), voire datent de quelques décennies (l’article de l’historien étatsunien Frank E. Manuel remonte même à 1938). Une bonne moitié des contributions ont toutefois été écrites spécialement pour ce projet.

Cédric Biagini et Guillaume Carnino donnent le ton dans « On arrête parfois le progrès ». Soulignant la sortie de nombreuses publications consacrées aux luddites en 2006, ils insistent sur l’actualité de la critique luddite, conservant ce nom doté d’une réelle épaisseur historique, en dépit du caractère probablement mythique de Ned Ludd. Selon eux, la critique luddite offre un anticapitalisme contrebalançant celui de Marx, qui s’articule en trois points majeurs : contre le chômage produit par la mécanisation, contre l’abandon des savoir-faire et contre la mutation drastique des modes de vie inversant le déséquilibre rural-urbain au profit du second et d’une perte du sens communautaire. Par-delà ces éléments, les deux auteurs considèrent que se joue l’opposition entre la technique, à échelle humaine, et la technologie, basée sur des macro-systèmes. En la faisant émerger sous sa forme actuelle au XIXe siècle, sous la forme de la techno-science pleinement intégrée à l’économie dès les débuts de la révolution industrielle, Cédric Biagini et Guillaume Carnino se placent sur le même terrain que Clifford D. Conner (Histoire populaire des sciences, chroniqué sur notre blog) ; le processus de dépossession que cette techno-science induit conduit alors à une aliénation croissante vis-à-vis du travail, dont les actuelles compétences du socle commun de l’enseignement ne sont que le prolongement logique. L’idéologie du progrès, dans cette analyse, est également rejetée car avers de ce processus1. Ce faisant, les deux auteurs ont l’ambition de construire un nouveau récit émancipateur, opposé à l’extrême gauche technophile, ici incarnée par Alain Badiou, et de renouer ainsi avec « ce socialisme originel » (p. 47) luttant contre le « technolibéralisme » (terme préféré à celui de capitalisme, ce qui est loin d’être seulement une question de vocabulaire…). N’a-t-on pas l’impression d’assister, conséquence des lendemains de la chute du Mur de Berlin, à l’ouverture des vannes de la mémoire historique, permettant le retour de socialistes utopiques (« originels » ?) ou d’autres précurseurs qui irriguent désormais toute une partie des universalismes révolutionnaires ? Avec le risque, évidemment, de conduire à une dispersion et une division accrues, et d’interroger les horizons brumeux de ce qu’aurait été la trame historique alternative ouverte par un succès des luddites… De telles réflexions ont en tous les cas le mérite de bousculer certaines idées reçues, et de balayer des équations trop simplistes, ainsi de la critique de la technologie qui serait seulement réactionnaire (même si elle véhicule inévitablement des traces nostalgiques et idéalistes du passé).

Les diverses contributions retenues débutent au XVIIIe siècle, avec Vaucanson, un des précurseurs de la technologie, dont les innovations mécaniques furent rejetés par les travailleurs lyonnais, ou un article très intéressant de Jean-Pierre Alline consacré aux révoltes antimécaniques à Rouen à l’été 1789, sévèrement réprimées, qui recoupent en grande partie la problématique centrale de Kropotkine dans La Grande Révolution (chroniqué dans notre revue électronique)2. Plus synthétique, l’article de Frank E. Manuel brosse un tableau du mouvement luddite français entre la Restauration et 1830, dont il ressort que c’est surtout le sud du pays qui fut concerné, autour des tondeurs de laine et des petits patrons du secteur. De même, Michelle Perrot avec « Les ouvriers et les machines en France dans la première moitié du XIXe siècle », prend au sérieux le phénomène luddite. Elle insiste ainsi sur la perception de la machine comme moyen de discipliner la main d’œuvre et de la déposséder de son pouvoir, et lie les poussées de luddisme aux crises économiques et révolutionnaires. Le rôle de l’Église catholique, en tant que soutien du processus de mécanisation, est également relevé. Quant à François Jarrige, auteur de Face au monstre mécanique (chroniqué dans notre revue électronique), il propose une étude sur « Les résistances au chemin de fer en France au XIXe siècle », qui s’avère malheureusement assez peu passionnante ; on en retiendra tout de même, parmi les arguments s’opposant alors aux chemins de fer, le risque de centralisation accrue de Paris et des autres grandes villes. Un hiatus court ensuite jusqu’à la fin du XXe siècle, couvert par deux contributions inédites. Christophe Bonneuil livre un article fouillé sur l’histoire des OGM en France et l’absence de transparence démocratique dont la recherche fut coutumière jusqu’en 1996, date à partir de laquelle le sujet devint objet de débat dans l’opinion. Face aux actions de fauchage, Christophe Bonneuil repère une tendance proprement luddite, incarnée par René Riesel et la mouvance de L’Encyclopédie des nuisances3, et une tendance gandhienne dont José Bové reste la figure emblématique, mais qui présente une filiation luddite partielle via la figure mythique du Capitaine Swing luttant contre les batteuses mécaniques en Angleterre dans la première moitié du XIXe siècle. Enfin, Célia Izoard se penche sur « L’informatisation, entre mises à feu et résignation » dans la seconde moitié du XXe siècle. Un aperçu qui contraste fortement avec les autres contributions, tant cette résistance se révèle rarissime : seul le CLODO (Comité liquidant ou détournant les ordinateurs) se sera fait remarquer entre 1980 et 1983 par des attentats matériels, sans jamais se faire identifier, visant le renforcement de la société en place grâce à l’outil informatique, avec le risque de surveillance et de contrôle généralisé qu’il induisait. La vision finale de l’auteure quant à l’utilisation de l’informatique apparaît cependant comme trop exclusivement réductrice4. L’ouvrage se clôt avec une sélection de textes du XIXe siècle majoritairement critiques à l’égard des luddites, avec quelques rares exceptions, comme celle de Sismondi.

1 « Science et progrès, incarnés dans le déploiement technologique, sont à partir des années 1870 le socle stable sur lequel une nouvelle gouvernementalité technocratique va prospérer » (p. 39).

2 « Parce qu’elles joignent, pour la première fois, à la foule traditionnelle des mal-nourris, des artisans appauvris et blessés dans leur dignité de producteurs par le travail mécanisé, les émeutes rouennaises de 1789 présentent un aspect nouveau et préfigurent les foules parisiennes de l’an I et de l’an II » (p. 96).

3La revue L’Encyclopédie des nuisances (EdN) publie son premier numéro en 1984. Se situant à l’origine dans la mouvance post-situationniste, la présence dans ce groupe de Christian Sébastiani (ex-membre de l’Internationale situationniste (I.S)) ou Jaime Semprun (théoricien radical) incite Guy Debord, un des fondateurs de l’I.S. à y envoyer quelques textes. Il s’en éloigne assez vite. L’optique anti-industrielle de l’EdN devient ensuite prédominante.

4 « A mesure que, dans la sphère privée, l’expérience personnelle s’effaçait devant un aménagement bureautique de l’existence, il devenait plus difficile d’imaginer, dans la sphère publique, un mode d’organisation politique autre que bureaucratique » (p. 284).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *