Maram Al-Masri, Femmes poètes du monde arabe. Anthologie, Paris, Le Temps des cerises, 2012, 227 pages, 16 €.

 

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Dans sa préface, Maram Al-Masri présente cette anthologie comme une manière de faire « connaître la condition féminine, à travers l’écriture des femmes » (p. 8). Et c’est bien de cela qu’il s’agit ici.

Dans ce long voyage d’Est en Ouest, le lecteur découvre les chants d’amour, sensuels, inquiets, quotidiens, exaltés – tel le poème J’avoue que j’ai aimé plus que de raison (p. 33) – ou mi-joueur mi-romantique, comme dans le beau poème Le jeu de l’avalanche (p. 107). Parfois aussi le chant s’abîme-t-il dans l’écho « de la guerre qui ne finit pas » (p. 60). Poésie intime, sinon intimiste, qui emprunte très rarement le lyrisme « engagé » de Darwich ou Adonis, mais qui n’est pas exempte pour autant d’une charge politique, par exemple dans les textes de la Tunisienne Lamia Makaddam ; que ce soit pour évoquer l’enfant sorti jouer dans la rue et qui ne rentre pas ou la relation difficile avec la patrie (p. 178-183). Mais plus généralement, la politique affleure du simple fait qu’être femme et poète, dans le monde arabe, est déjà une double prise de position, un double engagement.

« Nous sommes celles qui ôtent leurs ennuis à la

fin de la nuit

leur insatisfaction d’une relation d’amour non

réciproque…

Celles qui endossent leurs sous-vêtements,

assises en face de leur mémoire

en mangeant le pop-corn humain

fait des coeurs de leurs anciens amours.

 

Nous sommes celles qui bâillent de sommeil

essayant de se souvenir si elles boivent de la bière

froide

ou la coupe de sang frais qu’elles ont bu peu de

temps avant… ! » (p. 111).

 

La sensualité, l’amour physique, le désir et le manque ne sont pas absents, empruntant ici l’image du « talisman dans l’obscurité des saisons » (p. 192), là, celui de la « fièvre côtière » :

« je suis déssèchée comme un pays détruit

et pâle comme le ruisseau à sec

et je n’ai ni couleurs ni goût

et mon odeur est comme le lit de l’étang que la

pluie n’a pas visité » (p. 156).

Si ces poèmes bousculent quelque peu les clichés de la « femme arabe », ils constituent seulement, tant est grande l’ignorance, tant demeurent nombreuses les interrogations, une invitation à la découverte et comme l’annonce la préface : « un avant-goût d’aventure poétique ».

 

Frédéric Thomas


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *