Edward Bulwer-Lytton, La Race à venir… Celle qui nous exterminera ! (The Coming Race), Rosières-en-Haye, Camion Noir, 2008 (édition originale 1870), 176 pages, 22 €

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Edward Bulwer-Lytton est plus connu comme auteur de romans historiques que comme auteur de science-fiction, si l’on se souvient de son célébrissime Les Derniers jours de Pompéi (1834), maintes fois adapté au cinéma. Et pourtant, si La Race à venir est loin d’être « (…) le premier livre de science-fiction ayant été publié (…) » (p.13) comme l’écrit Armand Seguin dans son avant-propos1, il s’impose comme un roman à la lourde influence ésotérique. L’idée d’une Terre creuse, l’existence d’une race d’êtres supérieurs, dont l’origine remonte à des âges antédiluviens, et dont la puissance passe par la maîtrise d’une énergie maîtresse de toutes les autres, celle du vril, avait en effet de quoi stimuler des imaginations sensibilisées aux domaines de l’occultisme, quand bien même son auteur lui-même n’en faisait pas partie.

Tout commence comme pour Voyage au centre de la Terre, avec la découverte inopinée d’un monde souterrain. Le narrateur, d’abord épaulé par l’ami qui l’avait initié aux techniques d’exploitation minière, se retrouve très rapidement seul face à un univers idyllique, peuplé d’humains dégageant une incontestable aura de supériorité. Le livre consiste en réalité en un long exposé consacré aux divers aspects de cette civilisation du Vril-ya, souvent sous forme de questions-réponses, tandis que l’intrigue ou l’action sont reléguées à l’arrière-plan ; les seuls rebondissements ont partie lié à une histoire d’amour impossible, plutôt touchante. Fidèle à une vision évolutionniste, Bulwer-Lytton imagine en effet un stade plus élevé de la machinerie sociale, sorte de synthèse entre des idées d’extrême gauche et des notions aristocratiques ou réactionnaires. Ce peuple, au physique parfait, est en effet réparti en communautés autonomes et auto-suffisantes, poussant au bout le modèle de la commune anarchiste ou socialiste utopique. Une certaine égalité y règne, quand bien même celle-ci ne va pas de pair avec une uniformisation des richesses, puisque chacun possède la liberté de s’enrichir ou non. Les femmes ont même acquis une certaine supériorité, y compris physique, sur les hommes. A l’instar des possédants de l’Antiquité, les adultes de cette société ne travaillent que très peu, les tâches pénibles étant prises en charge soit par des robots, soit par les enfants. La croyance en une divinité supérieure est également primordiale, l’idée d’une vie après la mort ayant carrément fait disparaître toute angoisse face au grand sommeil.

Aucune mauvaise pensée (envie, jalousie, ambition) ne vient affecter l’équilibre social, au point d’ailleurs d’avoir asséché l’essentiel de la création artistique. Pour autant, la civilisation du Vril-ya ne cache pas son mépris pour les peuples qui lui sont inférieurs, car encore au stade démocratique de la bêtise de masse et dépourvus de la maîtrise du vril, clef de tout progrès collectif. Ce tableau d’une utopie ambiguë se révèle rapidement par trop didactique, abordant de nombreux aspects de la vie des Vril-ya, y compris leur langue. Le lecteur a surtout le sentiment que l’objectif de Edward Bulwer-Lytton est de démontrer que toute tentative d’amélioration sociale, de résolution des conflits sociaux vécus par l’auteur, visant une éventuelle perfection, est vouée à l’échec pour notre humble race humaine, ne lui convenant en aucune manière (les essais de Robert Owen sont d’ailleurs nommément cités).

1On remarquera que la recherche d’un point de départ bien établi est probablement une démarche aussi vaine que erronée : mieux vaut repérer des éléments séparés dont la cristallisation progressive constitue alors un genre nouveau.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *