Tertrais Laurent, La promesse syndicale. Quel syndicalisme pour le XXIe siècle ?, Paris, Michalon, 2012, 154 pages, 15 €.

 

 Compte rendu : Georges Ubbiali

 L’auteur n’est pas particulièrement connu pour ses travaux sur le syndicalisme et la laconique présentation qui en est proposée en quatrième de couverture, « 41 ans, diplômé de sciences politiques », ne permet guère d’en savoir plus.  Dans ce court essai, il livre là ses réflexions sur l’avenir du syndicalisme. Il part du postulat que le syndicalisme constitue un acteur nécessaire au bon fonctionnement d’une démocratie. Et, contrairement à ceux qui envisagent ou souhaitent la disparition des organisations syndicales, il propose au contraire de leur accorder une place plus importante dans les mécanismes de régulation sociale. A condition que le syndicalisme accepte de tourner le dos à la perspective révolutionnaire (p. 13), un grand avenir (la « promesse syndicale » du titre) l’attend. En effet, dans une société complexe et de plus en plus différenciée, il est nécessaire (fonctionnel pourrait-on dire) que la représentation des compétences humaines soit pensée et organisée. Inspiré des réflexions de Pierre Rosanvallon (La question syndicale, 1988, mais aussi ses travaux plus récents sur la démocratie, La contre démocratie, 2006), Laurent Tertrais développe son analyse au long de trois chapitres. Dans un premier temps, partant de la notion de travail, il invite à ce que le syndicalisme se saisisse des transformations de l’entreprise contemporaine pour que la dimension du travail soit prise en compte au niveau social. Le syndicalisme apparaît en effet comme « un inimitables intermédiaires entre l’employeur et le salariés ». Bref, contre la toute puissance de l’actionnaire (ou du consommateur), il est nécessaire que s’exerce un contre pouvoir. Lequel doit se manifester comme une capacité, proche d’une philosophie relevant du travail social, à « accompagner chacun à son niveau et dans son parcours » (p. 63). Il est logique alors, que le chapitre deux, consacré à l’adhésion, s’intitule « Épauler l’actif ». Deux propositions fortes structurent le propos : désacraliser l’acte d’adhérer (idée derrière laquelle se niche une conception du syndicalisme de service) et revaloriser le parcours et la responsabilité des militants. Dans la veine d’une valorisation du capital humain, il considère en effet comme un gâchis pour l’entreprise (et la société) de ne pas se saisir de la richesse sociale que constitue le capital militant. Bien entendu, il ne s’agit pas d’envisager le syndicalisme comme relevant d’une fonction de mobilisation et de lutte, mais d’éviter la solitude des salariés en « systématisant des rendez-vous réguliers offerts à chaque actif pour prendre de la hauteur et quelques décisions sur son parcours. Une sorte de veille permanente d’évaluation du travail et des compétences » (p. 90). Enfin, le dernier chapitre, le plus directement inspiré par la perspective rosanvallonienne, porte sur l’investissement de la République. En sus de la forme républicaine portée par les institutions de la Ve République, il est nécessaire d’instiller des modalités permettant d’aller vers plus de démocratie sociale. A côté de l’hyperprésidentialisme, la présence d’intermédiaires est nécessaire pour la saine respiration sociale. Le syndicalisme doit se saisir de cet enjeu afin que vive une société civile forte, marquée par la puissance du processus délibératif, « la République devant produire de la performance publique » (p. 113). La légitimité syndicale s’inscrit dans une philosophie sociale clairement exprimée : « Gouverner, c’est ainsi composer avec la société, rechercher l’équilibre, faire preuve de modération et obtenir la durée » (p. 125).  Parti d’une interrogation sur la place du syndicalisme, l’ouvrage se conclut ainsi, avec un certain lyrisme, sur un appel à une version renouvelée de la social-démocratie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *