Romain Ducoulombier, De Lénine à Castro, idées reçues sur un siècle de communisme, Paris, Le Cavalier Bleu, 2011, 168 pages, 18 €.

par Christian Beuvain

Les éditions Le Cavalier bleu, qui  ont déjà apporté « un éclairage distancié et approfondi sur ce que l’on sait ou croit savoir » des socialistes, de l’anarchisme ou de Karl Marx dans leur collection « idées reçues », proposent à Roman Ducoulombier la même démarche avec le communisme. Ce jeune chercheur, qui s’est fait connaître par son ouvrage sur la naissance du Parti communiste français (Camarades !, Perrin) en 2010), semble en effet un des mieux placés pour prendre à bras le corps « un siècle de communisme », et le faire avec clarté et concision. Ses recherches précédentes ont révisé « l’interprétation classique d’Annie Kriegel » puisqu’à « la thèse de l’accident, il substitue l’usage des bifurcations », et que pour lui, la « genèse du PCF surgit de la rencontre de l’événement (août 14) avec un certain ethos ouvrier (le refus de parvenir, le sacrifice de soi…) et la contingence d’Octobre 1917, du Kominterm »[1].

Cadré par l’esprit de la collection et limité en nombre de pages, Romain Ducoulombier fait le choix de n’affronter que les idées reçues les plus pesantes sur le communisme, « cet objet fascinant » (p. 11). Fascinant pour ceux qui n’en voient que l’espoir d’une « terre promise » (p. 154) comme pour les autres, obnubilés par son coût humain et une dimension essentiellement répressive, criminogène. Néanmoins, puisque le plus dangereux dans l’histoire du communisme, c’est « d’en relire le début par la fin, de ne pas voir qu’un espoir est resté attaché [au] désastre » (p. 14), Romain Ducoulombier réinscrit l’idée communiste non comme prolongement linéaire de théories « vieilles comme le monde », mais bien comme modernité surgie « du corps même des idées socialistes de la fin du XIXe siècle » (p. 23). Sans trancher le débat entre une vision de la révolution « expression d’une nécessité historique » (Karl Marx) et sa lecture léniniste volontariste, au forceps pourrait-on dire, l’auteur relève les interprétations multiples du marxisme, qui, après une (si) longue absence,  ne fait retour, en ce début de XXIe siècle, que sous une forme dépourvue de dangerosité pour le capitalisme, le « marxisme de la chaire », philosophico-historique. Si le prolétariat – qui, rappelons-le, est un concept plus acéré que « classe ouvrière », pour ne rien dire de « salarié », notions sociologiques – possède un « destin historique particulier » (p. 31), c’est qu’il est un rapport social bien spécifique qui le contraint à être révolutionnaire, rien de plus, mais rien de moins. L’organisation pratique du prolétariat, par Lénine et les bolcheviques, en un parti d’avant-garde[2] formé de révolutionnaires professionnels devient la norme à partir de 1917. Octobre 1917, justement. Révolution populaire ou coup d’État ? Si la seconde analyse paraît actuellement plutôt dominante dans une historiographie fortement clivée, Romain Ducoulombier la nuance très fortement. S’il veut bien reconnaître que la révolution d’Octobre s’ « apparente » à un coup d’État, il ne manque pas, néanmoins, de souligner qu’il bénéficie « du soutien de larges parties de la population russe, qui attendent la paix et la terre » (p. 43). Le volontarisme étatiste des bolcheviques et d’une minorité ouvrière rencontre, pour une période cruciale – celle de la guerre civile opposant le jeune État aux attaques externes et internes –, le « bolchevisme des tranchées », antiétatique, des soldats-paysans (p. 43). Cette alliance, inattendue et source de conflits futurs, qui permet la victoire définitive du communisme en Russie, par l’installation d’un État centralisateur, distributif et militarisé, manque totalement en Europe. Malgré des tentatives dans de nombreux pays (Hongrie, Allemagne, Italie principalement) et la création de partis communistes sur le modèle léniniste, regroupés dans une Internationale, l’Europe industrielle n’est pas balayée par la vague révolutionnaire tant espérée par les bolcheviques russes.

Pas moins de six chapitres consacrés au stalinisme (p. 59 à 109) permettent à l’auteur de se confronter au « noyau dur » des passions qui s’exacerbent dans l’historiographie communiste. Staline héritier de Lénine ? Le goulag logique essentialiste du communisme ? Homologie du communisme et du nazisme ?  Romain Ducoulombier réfute ces trois massifs d’une vision totalitaire du communisme, avec d’autant plus de courage historiographique qu’après son DEA, son écriture historique se déroule à rebours de l’espérance de nombre de ses pairs, à commencer par Marc Lazar, son directeur de thèse[3]. Le totalitarisme, malgré sa nature de « concept le plus controversé de la science politique » (p. 92) a cependant réussi, par imprégnation sociétale, à s’imposer massivement dans les manuels scolaires depuis une bonne dizaine d’années, alors que les historiens du monde soviétique ou du communisme « ne s’accordent ni sur sa définition ni sur l’opportunité ou les modalités de son application » (p. 92).

Les lecteurs avertis de l’historiographie du communisme ne peuvent trouver leur compte dans ce petit livre, au titre pas très heureux, pour la simple raison qu’il n’est pas pour eux[4]. Par contre, accessible à tout public non savant, il semble particulièrement recommandé à des étudiants de 1ere année (ou des lycéens de dernière année !), susceptibles de vouloir contrebalancer leurs manuels scolaires par un autre angle d’attaque, une focale différente. In fine, Romain Ducoulombier pèse espoirs d’un communisme émancipateur et désillusions d’un État léniniste omniprésent, modernisation industrielle, alphabétisation massive et répression majoritairement sanglante des opposants, à l’aune d’une histoire qui doit impérativement retrouver « le sens de [la] singularité » (p. 97).


[1]    Vincent Chambarlhac, « Ni social-démocrate, ni totalitaire », sur http://www.nonfiction.fr/article-4028-p1-ni_social_democrate_ni_totalitaire.htm

[2]    Cette notion est absente du développement de l’auteur sur ce sujet, même s’il évoque la formation, pour les partis et les syndicats ouvriers du début du XXe siècle, d’une élite censée représenter « les intérêts de la classe ouvrière » (p. 34). Mais, élite et avant-garde se recoupent-elles ? Rien n’est moins assuré.

[3]    Dans la préface de son livre Camarades !, Marc Lazar émet le regret qu’il refuse « de qualifier de totalitaire ce premier parti communiste » (p. 15). Quelques années auparavant, dans son mémoire de DEA, Romain Ducoulombier assignait au premier communisme français d’être porteur d’une dynamique totalitaire.

[4]    Sans aucune note de bas de page, cet ouvrage comprend des encarts qui présentent brièvement certains personnages (Trotsky, Che Guevara) ou événements controversés (la famine de 1931/33 en Ukraine, les khmers rouges), ainsi que quelques pistes bibliographiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *