Poupeau Franck, Les mésaventures de la critique, Paris, Raisons d’agir, 2012, 165 pages, 8,10 €.

30 mars 2013
Par
Un compte rendu de Georges Ubbiali

Quelle peut être la contribution spécifique des sciences sociales, et singulièrement de la sociologie, à une refondation théorique de la gauche, s’interroge Franck Poupeau dans ce stimulant essai. En fait, plutôt qu’un essai, s’agit-il d’une anthologie d’articles et chapitres divers, retravaillés et élargis pour la publication. Face aux nombreuses tentatives et contributions parues ces dernières années visant à redéfinir les contours d’une gauche de combat, l’angle retenu par le sociologue est celui d’une radicalité anticapitaliste, articulée sur la centralité du conflit de classes. Dans une roborative introduction, l’auteur s’en prend, hélas sans préciser exactement les noms des auteurs visés, à une certaine gauche qui refuserait à la fois les apports des sciences sociales et limiterait sa critique à la dimension culturelle, détachée des bases de classes et du capitalisme réel. C’est cette aporie de la pensée critique qui serait à la racine d’une absence de mobilisation des groupes dominés et des classes populaires. Pourquoi la radicalité telle qu’elle s’incarne actuellement à gauche n’est-elle pas en mesure de rompre avec les cadres de pensée de la gauche sociale-libérale ? C’est donc à une double interrogation que prétendent répondre les différents chapitres, à la fois au défi de la refondation d’une gauche de rupture, mais en même temps, de la pratique d’une science sociale articulée aux mobilisations sociales. Le premier chapitre donne la mesure de la bouffée d’air critique (voire même parfois polémique), puisqu’il porte sur l’essoufflement du mouvement altermondialiste, qui s’est limité à développer une dimension carnavalesque des institutions et du mouvement de mondialisation, calquant ses actions sur les attentes des médias. De ce point de vue, « la déroute est totale », manifestant la « duplicité structurale » de cette tentative critique, enterrée en quelques phrases grinçantes. C’est le même ton qui est déployé dans la contribution suivante, sur les communautés utopiques, ces tentatives champêtres de sortir du capitalisme, commentaire acerbe de quelques livres récents (Les sentiers de l’utopie ou Utopies américaines[1]), visant à recréer une rupture immédiate avec le capitalisme par la revivification et le développement des communautés alternatives. Ce faisant, les créateurs de ce type d’initiatives participent à un mouvement de dépolitisation des luttes en délaissant le principal ordonnateur du système, source de toutes les légitimités : l’État. Le troisième chapitre décentre la discussion puisqu’il évoque les luttes indigénistes en Amérique Latine, en se focalisant sur la Bolivie d’Evo Morales, pays sur lequel il a publié plusieurs contributions. Dans la veine de l’anthropologue Jean-Loup Amselle[2], Franck Poupeau critique le dérivatif indianiste, « cache-sexe » d’une accommodation du libéralisme et de la dérégulation la plus brutale des rapports économiques dans ce pays. Derrière l’indien et ses droits se cache en fait le capital, même si Poupeau admet que « les logiques indianistes et socialistes sont loin d’être incompatibles » (p. 72). Après cette « exécution » de différents mouvements sociaux, c’est vers sa discipline, la sociologie, que Franck Poupeau tourne son regard dans les deux chapitres suivants de l’ouvrage. Le chapitre quatre est consacré à une analyse de la manière dont la sociologie critique a analysé les émeutes urbaines de novembre 2005 en France. Franck Poupeau se propose alors d’analyser de manière réflexive la façon dont la critique sociale a pu mobiliser des schèmes d’analyse qui participent non d’une meilleure compréhension des phénomènes, mais, tout au contraire, de leur obscurcissement. A partir d’une analyse de la production livresque publiée dans le feu de l’événement, il conteste le trait grossier qui consiste selon lui à relier les états de pauvreté et de misère sociale au phénomène émeutier. Son hypothèse, assez stimulante, est que « les émeutes de novembre 2005 sont sans doute moins l’expression d’une « crise » – celle  de la pauvreté urbaine – que d’une recomposition des régimes de contrôle des populations, ou plus précisément, de médiations institutionnelles qui s’accommodent tout à fait d’un discours global sur les « causes sociales générales » (p. 89-90). Ce faisant, l’auteur a quand même tendance à passer rapidement par pertes et profits cette position sociologique mettant le social au premier chef, quand les médias et une bonne partie de la classe politique avançaient des critères d’ordre raciaux pour expliquer le phénomène. Quand au fait que finalement les sociologues plutôt que de se précipiter pour répondre aux injonctions médiatiques auraient mieux fait de passer plus de temps sur le terrain des quartiers de relégation pour armer la scientificité de leurs analyses, c’est faire fi un peu rapidement des enquêtes préalables qui ont pu être publiés depuis de nombreuses années sur la déshérence des banlieues. La dernière partie est de loin la plus théorique. Elle porte sur la contribution qu’une certaine sociologie (et là est assez explicitement visée le courant de la sociologie dite pragmatique, fort en vogue dans les cénacles universitaires ces dernières années, illustrée par les réflexions de Luc Boltanski) à la reproduction de la domination symbolique. En digne épigone de Pierre Bourdieu, Franck Poupeau réhabilite la nécessité de la rupture épistémologique comme geste (théorique) inaugural de l’enquête sociologique à l’encontre de toutes les tentatives (qualifiées de « philosophie idéaliste », p. 123) qui prétendent laisser parler les faits par eux-mêmes. Il conclut son vigoureux plaidoyer par un appel à l’articulation nécessaire entre une sociologie réellement critique et les mouvements sociaux, dans le prolongement des recommandations de Bourdieu pour la création d’un intellectuel collectif. Mais, là encore, il passe un peu vite sur les espaces existants qui promeuvent cette ambition, tels la fondation Copernic ou Espaces Marx. Au final, ces positionnements sociologiques critiqués au long des pages des Mésaventures de la critique relèvent tous in fine d’une forme de populisme, penchant qui consiste à penser que « la parole des dominés exprimerait seule la vérité de la domination » (p. 137). Poupeau en conclut à la nécessaire production d’un savoir proprement sociologique à la lutte contre la domination symbolique. Un second volume est annoncé. On l’attend avec impatience


[1]              Isabelle Fremeaux, John Jordan, Les sentiers de l’utopie, Paris, La Découverte, 2011 ; Ronald Creach, Utopies américaines, Marseille, Agone, 2009.

[2]              Jean-Loup Amselle, L’ethnicisation de la France, Paris, Lignes, 2011. Compte rendu dans notre revue électronique, http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1784


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs :

Posté dans : Lectures / Readings, Sociologie

Laisser un commentaire

Calendrier

    octobre 2014
    L Ma Me J V S D
    « sept    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  

Carnets de recherche