Clara Eugenia Lida, La Mano Negra. Anarchisme rural, sociétés clandestines et répression en Andalousie (1870-1888), Paris, L’échappée, 2011, 126 pages, 12 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Clara Eugenia Lida est universitaire à Mexico. Elle a publié plusieurs contributions (en espagnol) sur le mouvement anarchiste, en particulier sur l’exil mexicain des républicains espagnols. Le présent ouvrage est en fait l’édition, enrichie par un texte qui correspond à la seconde partie, d’un article1 publié en 1969 dans la revue de référence qu’est L’International Review of Social History, publiée par l’Institut d’histoire sociale d’Amsterdam. La première partie se compose d’un recueil commenté de documents (en réalité, un seul, mais décisif, les statuts de cette société) sur la réalité de l’existence de cette conspiration secrète d’essence anarchiste, la Mano Negra. En effet, toutes les archives portant sur la Mano Negra ont disparu après le procès de 1883 qui a vu la condamnation à mort de plusieurs de ses supposés dirigeants pour activités terroristes. Si les faits sont établis, violence contre des personnes, le principe de l’organisation n’est absolument pas acquis. Même l’AIT, du fait du caractère terroriste des activités menées, a tenu à rompre avec le groupe, niant son appartenance au milieu libertaire. Mieux même, la Mano Negra a condamné à mort les dirigeants de la commission fédérale, c’est-à-dire la direction du mouvement libertaire. La rupture est donc totale. L’auteure en conclut à l’existence d’un courant anarchiste rural et radical, plus « primitif » que l’anarchisme urbain. Courant rural qui s’est fondu dans l’émergence des sociétés secrètes. Après la publication du document, une seconde partie permet de compléter les connaissances depuis la publication de l’article de 1969. Or, le constat est que « les recherches ont peu avancé sur ce sujet » (p. 73). En fait, en commentant les quelques travaux supplémentaires, l’acquis essentiel consiste, pour comprendre l’action de la Mano Negra, à mieux saisir le contexte de la clandestinité qui s’est instaurée au début des années 1870, conséquence de la répression de la Commune en Espagne. En fait, le courant anarchiste n’a pu résister et rester actif (activité qu’on peut suivre grâce à la publication d’une presse clandestine) que par la constitution de ces sociétés secrètes. Or, les historiens ont largement délaissé jusqu’à ce jour la recherche sur cette période qui a vu, par l’intermédiaire des contacts internationaux, se développer une conception de la propagande par le fait, pouvant parfois verser dans les attentats contre les personnes. De ce point de vue, la répression contre la Mano Negra n’est que l’expression de l’extension et de la vitalité des courants anarchistes, y compris dans le sud de l’Espagne. Il est probable que le lecteur sorte un peu dépité de cette lecture qui sur le fond soulève plutôt un problème historiographique, non ou mal résolu, qu’il n’apporte de réponse satisfaisante. Reste une invitation à la recherche, ainsi qu’une bibliographie et une filmographie, qui peuvent justement servir de base à l’accomplissement de ce travail.

1 “Agrarian Anarchism in Andalusia. Documents on the Mano Negra”, IRSH, XIV, 3, 1969, p. 316-352.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *