Christian Larose, Itinéraire d’un syndicaliste. Un parcours accidenté, Saint Malo, Pascal Galodé, collection « Mémoires politiques », 187 pages, 18 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Ce n’est pas tous les jours qu’un livre de mémoire écrit par un syndicaliste soit présenté par un membre du MEDEF. C’est pourtant ainsi que commence l’ouvrage de Christian Larose, dont la préface est de la plume de J. Dermagne, qui l’a croisé au Conseil économique et social. On s’interroge pour savoir ce qui a conduit ce syndicaliste à accepter de voir son texte précédé d’affirmations telles que : « Non seulement les groupes des syndicats mais également ceux des employeurs de toutes natures reconnurent en lui (C. Larose) un leader ferme et courageux qui avait acquis le sens de la relativité des choses de la vie (…) » (p. 8) ou « Notre commune spontanéité qui frise la naïveté nous porte à penser que « si tous les gars du monde voulaient se donner la main… » (p. 9). Cette préface se termine par un éloge du gaullisme et de son œuvre sociale. Un avant-propos succède à la préface, rédigé par Christian Gambotti, le directeur de la collection, également journaliste politique, qui, malgré son soutien à l’ancien président Nicolas Sarkozy, ne tarit pas d’éloges sur l’ancien syndicaliste, « un homme pétri de qualités humaines, entièrement tourné vers la défense des salariés, mais aussi des plus faibles et des plus démunis » (p. 14). C’est donc muni de ces recommandations pour le moins inhabituelles que l’on aborde la lecture du récit lui-même.

Le jeune Christian Larose est éduqué dans un cadre très strict et mis au travail dans la bonneterie troyenne très jeune. En 1967, remarquons, pour l’anecdote, qu’il se marie avec une fille de CRS … Syndiqué CGT, il est licencié en 1972 du fait de ses activités militantes. Mais comme il l’écrit, cette répression syndicale ne l’affecte pas vraiment, puisqu’il possède un point commun avec son employeur : « la défense du textile français ». Et puis ce licenciement est l’occasion pour lui de faire le parcours syndical qui est le sien. En effet, Christian Larose devient permanent, payé par les collectes effectuées par la CGT pour lui permettre d’avoir un salaire, avant de se hisser dans l’appareil, fréquentant les dirigeants d’une CGT en pleine expansion dans le courant des années 70. L’action syndicale sera son université, qu’il n’a jamais fréquenté. Tout à fait intéressant, son récit de l’apprentissage de l’écriture, à travers la rédaction pointilleuse, sous l’œil des anciens, des tracts et autres documents syndicaux. Comme il le reconnaît un peu plus loin dans le livre, la CGT lui a tout appris, « elle a été mon école de la deuxième chance » (p. 135). D’où de très intéressantes notations sur les rétributions symboliques qui constituent ce que certains nomment le « fond de commerce » de l’activité syndicale.

Sans qu’il soit très précis sur les dates, Christian Larose raconte dans le détail les relations qu’en tant que syndicaliste il entretient avec les grandes familles patronales du textile, aujourd’hui disparues, les Lévy, Thiriez, Willot, Boussac, Prouvost etc. Les relations qu’il décrit relèvent d’une époque où le patron était un homme issu de l’entreprise, d’un capitalisme de patrons propriétaires, dont il regrette la disparition : « Ces vieux patrons avaient l’industrie dans la peau et l’intérêt du pays au cœur. Il faut cependant se rendre à l’évidence, cette race de patrons a disparu pour laisser place à de jeunes managers froids où la rentabilité compte plus que l’industrie, le social ou la couleur du drapeau » (p. 43). D’ailleurs, note-t-il, il en rencontre encore certains régulièrement ou dans certaines occasions, comme lors de sa remise de décorations au Conseil économique et social. Pourtant, cet homme à tu et à toi avec ces anciennes dynasties de patrons entrepreneurs est aussi un homme de confiance de la CGT. C’est lui qui est envoyé comme missi dominici à la FSM (Fédération syndicale mondiale, d’obédience communiste), quelques mois avant l’effondrement du bloc de l’Est. Cette orthodoxie ne le quitte pas de sitôt, si l’on en juge par l’évocation du congrès de la CGT de 2003, où il utilise son savoir faire organisationnel pour combattre les « gauchistes », utilisant une brave déléguée facilement manipulable. Par ailleurs, dans sa pratique syndicale, il sait se montrer particulièrement novateur et flexible dans les négociations avec le patronat. Ainsi, la CGT textile signe un premier accord sur les 35 h, en 1998. Négociations qui se décident autour d’une bonne table et où sont acceptés les principes de la flexibilité et de la compétitivité. On n’est pas loin des analyses et des pratiques défendues par la CFDT, ce dont la modernité peut être revendiquée : « nous sommes là pour signer des accords quand ils sont bons, partagés par les salariés, oui le compromis syndical fait partie intégrante de l’histoire du mouvement ouvrier et n’a rien à voir avec la compromission. (…) Quand j’entends aujourd’hui encore des dirigeants confédéraux refuser de parler de compétitivité ou de gouvernance parce que ce sont des mots patronaux à leurs yeux, je suis consterné. La compétitivité n’est pas un gros mot, la gouvernance non plus (…) » (p. 73). La conception du syndicalisme défendue par Christian Larose tient au final en une phrase : « La défense de l’intérêt du salarié se confond avec celle de l’entreprise, c’est élémentaire » (p. 142). Finalement le syndicaliste que certains de ses camarades traitent de réformiste1, aboutit au Conseil économique et social2, récompensé d’une Légion d’honneur, dont la remise fait l’objet d’un chapitre complet. Alors qu’on attendait Christian Larose sur le conflit Cellatex3, dont il a été une figure dominante4, c’est finalement sur un tout autre terrain, celui d’un syndicalisme de compromis, réaliste et responsable, trouvant son inspiration dans le dialogue social à l’allemande (p. 123), que cet ancien dirigeant d’une branche professionnelle désormais décimée se fait l’avocat.

1 « J’ai souffert avec d’autres dirigeants, de l’étiquette de réformistes dont certains nous affublaient pour diminuer notre influence. C’était, dans la CGT, une insulte » (p. 141).

2 Il s’en félicite en ses termes : « Le CESE est une belle machine à produire du consensus sur les sujets les plus délicats, il ne faut pas le casser » (p. 152).

3 Conflit en juillet 2000 durant lequel les salariés d’une usine classée Seveso dans les Ardennes avaient menacé de « tout faire sauter » et de déverser des produits particulièrement polluants dans la Meuse. Voir la très bonne analyse de Christian Larose, Sophie Béroud, René Mouriaux, Maurad Rabhi, Cellatex. Quand l’acide a coulé, Paris, Syllepse, 2001.

4Ce conflit a fait l’objet d’un téléfilm (scénario et réalisation de Maurice Failevic), Jusqu’au bout, dans lequel l’acteur Bernard-Pierre Donnadieu (récemment décédé) incarne le rôle de Christian Larose. Ce téléfilm, qui reçut un Fipa d’argent en 2005, est passé sur FR3 le 26 novembre 2005.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *