Michael Paraire, Michel Onfray, une imposture intellectuelle, Noisy-le-Sec, Les éditions de l’épervier, 2013, 204 pages, 13 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

La vaste production éditoriale de Michel Onfray a inévitablement généré des réponses antithétiques ponctuelles, sous formes d’articles voire de livres, que ce soit de la part des thuriféraires des religions monothéistes, des défenseurs de la psychanalyse ou de ceux de la Révolution française (voir le récent Robespierre, reviens ! chroniqué sur notre blog). Michael Paraire, toutefois, est le premier à proposer une critique d’ensemble, aussi ample qu’argumentée. Son attaque s’articule en deux temps : une critique serrée de l’œuvre de Michel Onfray, considéré comme un philosophe postmoderne, puis l’élaboration d’une alternative se situant sur le terrain d’un anarchisme évolutif, baptisé ici du terme un rien pompeux de « suranarchisme ».

Constatant l’absence d’apport original de Michel Onfray, Michael Paraire fait de lui, à partir de la centralité du récit biographique dans ses analyses, l’héritier de la méthode déployée par Sainte-Beuve en littérature au XIXe siècle, au détriment d’une approche de l’universel. Il souligne également ses erreurs d’interprétation parfois majeures, sur Spinoza (stoïcien plutôt qu’épicurien, faux hédoniste mais réel athée), Marx (rangé dans le camp négatif des idéalistes !) ou Camus (à l’opposé du qualificatif de solaire) et Nietzsche, figures cardinales de Michel Onfray, dont il fait une lecture hagiographique, là où Michael Paraire voit dans le philosophe allemand un réactionnaire quasi précurseur du nazisme. Celui-ci stigmatise également les « dichotomies simplificatrices » qui articulent la réflexion de Michel Onfray, une dimension binaire par trop systématique et simplificatrice.

Point également essentiel[1], le caractère anti-révolutionnaire de Michel Onfray, auteur de La Religion du poignard : éloge de Charlotte Corday, est particulièrement ciblé par l’auteur, qui le rapproche de ce révisionnisme historique dénoncé en son temps par un Domenico Losurdo. Saint-Just, Marat, Robespierre (qualifié d’opportuniste !), ainsi que ces défenseurs de la Grande Révolution que furent Kant ou Sartre, sont autant de personnalités unilatéralement noircies[2], dans le même temps où Michel Onfray considère le capitalisme comme éternel (dans son Manifeste hédoniste) et partant, envisage un « capitalisme libertaire »… Ce qui conduit Michael Paraire à tracer un lien entre Dühring, les nouveaux philosophes et Michel Onfray.

Le dernier acte de l’accusation concerne donc logiquement l’inanité de l’engagement anarchiste du « gastrosophe », de par sa condamnation de la violence (expliquant a priori ses silences sur la révolution espagnole réellement existante[3]), son mépris du peuple (dans Politique du rebelle) ou sa prise de position en tant que « sioniste pro-palestinien ». « Dans ce schéma, pas d’idée d’action collective autre qu’une somme d’actions individuelles désordonnées, pas d’organisation politique déterminée à prendre le pouvoir puisqu’il n’y a pas de lieu du pouvoir et donc, en fait, rien du tout, pas de changement » (p.96). Symbole de cette castration d’un anarchisme véritable, la trilogie moraliste Georges Palante / Jean Grenier / Albert Camus, à laquelle Michael Paraire oppose celle, pleinement politique, constituée de Pierre-Joseph Proudhon / Michel Bakounine / Pierre Kropotkine.

Toutefois, dans cette dénonciation acérée d’un confusionnisme bien réel, Michael Paraire se laisse parfois entraîner trop loin, comme lorsqu’il sous-entend que Michel Onfray est mû par l’attrait de droits d’auteur conséquents, d’une jouissance uniquement égoïste, que les médias lui vouent une véritable « adulation » ou en faisant implicitement de lui un véritable « philosophe flic »[4]. Certes, c’est là une des caractéristiques du pamphlet, mais cela dessert la rigueur de l’analyse. Michel Onfray nous semble au contraire parfaitement sincère dans sa démarche, sans doute empreint de certaines illusions, et de la même manière, les critiques de Michael Paraire à l’égard de ses travaux apparaissent partielles, dans la mesure où sa réactivation d’une critique anticléricale sans concession aussi bien que ses éclairages sur des figures philosophiques matérialistes radicales (Lucrèce ou Meslier, pour n’en citer que deux) revêtent une véritable dimension révolutionnaire.

La seconde partie de l’ouvrage de Michael Paraire s’attarde donc à poser les bases de ce suranarchisme, qui semble surtout s’inscrire dans une filiation avec le communisme libertaire. Sur le plan théorique, irrigué par les progrès de l’investigation scientifique et par là censément plus solide que la « fable » mythophilosophique de Michel Onfray, ce suranarchisme doit être au croisement du matérialisme de Kropotkine, de la complexité soulignée par Gaston Bachelard, du caractère collectif et mobile de la matière défendu par Bertrand Russell (a contrario d’éventuelles substances intangibles), de l’auto-organisation de celle-ci (plus efficiente que la simple entropie) et de la centralité du groupe telle que Proudhon la pensait.

C’est toutefois sur la définition d’une pratique suranarchiste que Michael Paraire nous semble prêter surtout le flanc à la critique. Elle doit selon lui s’inscrire en porte à faux de l’anarchisme individualiste[5], celui dont Michel Onfray défend justement l’héritage, rejeter le refus systématique du pouvoir pour viser sa restitution pleine et entière au peuple, et ne pas condamner par principe la violence, tout en prônant l’insertion des intellectuels dans les luttes sociales afin d’en être des « catalyseurs » (à l’image d’un Noam Chomsky) et en recherchant l’unité des révolutionnaires via les amitiés, opposées à l’élitisme d’Onfray. Tout cela manque de précisions – que ce soit sur la définition du peuple, sur ces possibles amitiés ou sur une appréhension du pouvoir sensiblement incomplète[6] – et fait totalement l’impasse sur l’alternative sociale et économique concrète à promouvoir.


[1]              Que nous avions également en partie relevé dans nos récentes critiques des tomes 8 et 9 de sa « Contre-histoire de la philosophie », chroniqués sur notre blog.

[2]              Dans son évocation des luttes entre révolutionnaires français, Michael Paraire a toutefois tendance à privilégier les déterminants idéologiques, négligeant leur dimension sociale.

[3]              « Lui qui voudrait tant être solaire, lumineux, est hanté par les ombres silencieuses de ces combattants antifascistes qui s’étaient, eux, engagés dans une vraie résistance, mais qui furent, surtout, tellement plus lumineux que sa petite personne » (p. 105).

[4]              Son but étant de « (…) semer la confusion idéologique dans l’anarchisme en le faisant exploser, en le dynamitant de l’intérieur même de sa théorie [souligné par l’auteur]. Dans le passé, c’était un travail de police. Désormais, c’est un intellectuel qui fait le boulot. L’État fait des économies de personnel » (p. 93).

[5]              Michael Paraire défend à propos de son essor dans la France de la fin du XIXe siècle une hypothèse qui nous semble très discutable, basée sur une surestimation du nombre de victimes de la Semaine sanglante, dont découlerait l’impasse de la propagande par le fait en tant que praxis de vaincus (voir à ce sujet Eric Fournier, La Commune n’est pas morte. Les usages politiques du passé de 1871 à nos jours, Paris, Libertalia, 2013, chroniqué sur notre blog).

[6]              « Quant à la CNT espagnole, elle a péri de n’avoir pas pris le pouvoir dès le début de la Révolution, d’avoir envoyé des ministres au gouvernement bien trop tardivement, et, finalement, de s’en être retirée pour laisser la place à des alliés hostiles, les communistes staliniens, qui ont travaillé à la détruire. Les anarchistes espagnols l’ont finalement compris lorsqu’ils sont revenus au gouvernement, fin 1938 (…) » (p.153) : la confusion semble complète entre destruction de l’appareil d’État bourgeois et participation à ce dernier, lutte contre les communistes staliniens ou nécessaire alliance avec eux…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *