Sébastien de Diesbach, La révolution impossible. Mes années avec Socialisme ou Barbarie, Paris, L’Harmattan, 2013, 241 pages, 25 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Sébastien de Diesbach a participé – sous le pseudonyme de Chatel – aux activités de Socialisme ou Barbarie à une période charnière (de la seconde moitié des années 1950 à la dissolution du groupe). D’où, a priori, l’intérêt du texte, l’auteur tentant « de faire revivre la présence [du groupe] dans le fracas de l’histoire » (p. 241). Malheureusement, ce livre est beaucoup moins écrit de l’intérieur de Socialisme ou Barbarie qu’en fonction du parcours professionnel de l’auteur – trente ans de management – qui a suivi cette expérience, et ancré dans le contexte libéral actuel. Et ce au point de constituer comme un cas d’école de la thèse de Boltanski et Chiapello, Le nouvel esprit du capitalisme (Paris, 1999), sur la reprise et inversion de critiques anticapitalistes dans la logique managériale. Ainsi, l’essai reprend la désormais classique interprétation dépolitisante d’une opposition fondamentale entre libération de moeurs et libération sociale, entre le Moi et le Nous ; la vraie liberté se trouvant bien entendu du côté – isolé et séparé – de la vie privée. Le ton employé dès lors est parfois celui de la distanciation ironique, avec des accents religieux (schisme, le Christ…) voire moralisateurs (le groupe n’aurait pas été suffisamment antitotalitaire), pour décrire le parcours et les tensions qui animaient le collectif autour de Castoriadis. L’auteur relit d’ailleurs l’engagement du groupe à partir d’une analyse politique en porte-à-faux avec l’effort de théorisation mené alors, tendant à édulcorer la violence et les divisions de la société française durant les dernières années de la guerre d’Algérie (p. 157) ou déclarant le fascisme plus proche du communisme que du capitalisme (p. 158). Le comble est atteint quand de Diesbach opère un rapprochement entre les écrits de l’économiste ultra libéral Friedrich von Hayek1 et de ceux de Socialisme ou Barbarie (p. 220).

Les chapitres s’articulent autour d’analogies avec tel ou tel livre ou film, mais qui sont plus plaquées superficiellement que développées, et autour d’une longue digression sur la montagne et l’alpinisme dont l’auteur est féru. Les pages éclairantes et agréables sont celles qui constituent autant de portraits (attachants) des compagnons d’alors – Lyotard, Castoriadis, Mothé, Véga… – et la tentative d’éclairer une époque intellectuelle, en revenant par exemple sur la figure de Merleau-Ponty. Mais le lecteur intéressé par la vie interne de Socialisme ou Barbarie restera très largement sur sa faim.

 1Selon Friedrich von Hayek (1899-1992), philosophe et économiste autrichien, les individus font spontanément apparaitre un ordre social lorsque la loi de l’offre et de la demande est laissée totalement libre, sans entraves aucune. Il s’oppose donc à toutes les solutions étatistes, socialistes bien sûr, mais aussi conservatrices.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *