Pierre Znamensky (photographies de Pierre Gallice), Sous les plis du drapeau rouge, Rodez, Rouergue, 2010, 354 pages, 49,90 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Parmi les diverses publications consacrées à l’iconographie du communisme, l’ouvrage de Pierre Znamensky, assisté de Pierre Gallice, se distingue par sa profonde originalité. Il est en effet tout entier dédié aux drapeaux, bannières et autres étamines écarlates, principalement celles de la Russie révolutionnaire puis de l’URSS. Ce faisant, il s’avère être un utile complément au livre de référence de Maurice Dommanget, Histoire du drapeau rouge1, dont de nombreuses données sont d’ailleurs reprises, ainsi qu’à une étude de Guillaume Bourgeois sur la faucille et le marteau2. L’ambition présentée en quatrième de couverture, celle d’une « Histoire fractale du communisme (…) », reste toutefois en deçà de ce que l’on aurait pu espérer.

Certes, à travers la galerie de drapeaux soviétiques, c’est bien à une synthèse des grandes dynamiques collectives que l’on assiste. Les premiers drapeaux de la Russie révolutionnaire font ainsi preuve d’une profonde variété, en particulier ceux des unités militaires, parfois offerts par des usines. Les tout premiers présentés sont d’ailleurs des drapeaux noirs à tête de mort, utilisés par les partisans de Makhno. Dans l’ensemble, on note une grande diversité des couleurs secondaires et des motifs employés, comme pour la combinaison de symboles communistes et musulmans (sur l’étendard d’une division de cavalerie des Tatars de Crimée, par exemple). Un portrait de Trotsky à la manière de Georges Annenkov3, ou des calligraphies inspirées du style orthodoxe (certains anciens religieux s’étant d’ailleurs reconvertis dans la fabrique de drapeaux !) sont autant de signes dénotant l’exubérance des premières années de la tourmente révolutionnaire. C’est avec la montée du stalinisme que l’uniformisation des drapeaux se manifeste, jusqu’à un conformisme certain après 1945. Certains drapeaux témoignent d’une marge de liberté encore réelle – le Théâtre d’État de Leningrad affiche ainsi en 1928 un drapeau avec un carré blanc traversé d’une bande rouge très inspiré du constructivisme – et de réelles qualités artistiques (pages 137 ou 146 en particulier), mais qui va s’amenuisant. On découvre également les débuts du culte de la personnalité, avec un Staline particulièrement juvénile sur un drapeau de la fin des années 20, attribué aux travailleurs du bois de Gorki en récompense de leurs efforts, ou un Lénine enfant sur un drapeau des Jeunesses communistes de 1935, dont on se demande s’il ne présente pas un lien volontaire avec le culte de l’enfant Jésus… Par la suite, la déstalinisation voit Lénine remplacer Staline de manière exclusive sur nombre de drapeaux, un Lénine dont la représentation devient de plus en plus figée, à l’image du blocage de tout un système.

Malheureusement, les textes qui accompagnent les photographies de drapeaux, souvent intéressants, présentent aussi un certain nombre d’erreurs, d’oublis ou de raccourcis, tandis que la bibliographie n’est pas toujours bien à jour ; l’auteur semble par ailleurs garder ses distances vis-à-vis de l’action des bolcheviques, affectionnant plutôt la grille de lecture totalitaire. Le principal reproche concerne toutefois l’iconographie elle-même. Outre les gros plans sur les drapeaux seuls, l’ouvrage présente en effet de nombreuses photographies en noir et blanc, principalement de groupes divers posant devant des bannières. Ces dernières ne sont malheureusement pas suffisamment explicitées, ni remises en perspective, et lorsque des figures plus connues sont présentes sur les clichés, c’est au lecteur de réussir par ses propres moyens à les identifier ! Il est également regrettable que certaines œuvres ne soient pas analysées beaucoup plus en détail (cette bannière des quinze blasons des républiques de l’URSS datant de la fin des années 50, page 228), et que manquent à l’appel, outre d’éventuelles oriflammes de l’Internationale communiste, les drapeaux officiels des pays du camp socialiste, dont on aurait également apprécié de voir toute la symbolique disséquée. Pour représenter ces pays frères, qui n’ont droit qu’à une portion congrue, Pierre Znamensky a préféré sélectionner des bannières d’émulation, de syndicats ou de ministères, sans que les textes figurant sur beaucoup ne soient traduits (à la différence des textes en russe). Dommage, d’autant que certains étendards de Mongolie, de Corée du Nord ou de Cuba semblaient prometteurs… La promotion accordée par l’éditeur pour écouler les stocks (le prix étant passé de 50 à 20 euros !) semble par ailleurs témoigner de la difficulté pour ce beau livre de trouver un public suffisamment motivé… Signe des temps ?

1Cet ouvrage fut chroniqué sur notre ancien site, sur http://www.dissidences.net/mouvement_communiste_divers.htm#dommanget

2Guillaume Bourgeois, « L’héraldique de la faucille et du marteau dans l’univers communiste », in Denise Turrel, Martin Aurell, Christine Manigand et alii, Signes et couleurs des identités politiques du Moyen-Age à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, p. 115-151.

3Georges Annenkov est un peintre russe qui s’exile en France en 1924. Mais auparavant, il fut le peintre officiel de la révolution d’Octobre, comme portraitiste par exemple de Lénine et Trotsky. Adepte du constructivisme, il participe en 1920 aux spectacles de masse comme La Prise du Palais d’hiver avec ses 8000 participants..


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *