Lucien Cancouët, Mémoires d’un authentique prolétaire, Paris, Vendémiaire, 2011, 378 pages, 18 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Avec cet ouvrage, on découvre la part maudite du mouvement ouvrier français, celle qui a fait le choix de Vichy et donc de la collaboration avec les nazis durant la Seconde Guerre mondiale. Dans sa courte préface, le philosophe Alain, qui a rencontré l’auteur durant la Première Guerre mondiale,  présente ainsi le texte : « On entrera ainsi dans la confidence d’un véritable homme du peuple qui, depuis la guerre, comme après, par la parole et par l’écrit, n’a jamais cessé de batailler pour le salaire, pour la dignité, pour le loisir, pour la culture de l’ouvrier. Toujours s’en tenant à la pure doctrine syndicaliste, condition selon lui de la cohérence et de la puissance du prolétariat, lequel devrait être et sera le régulateur de la politique par le refus de toute soumission à un parti et par une revendication énergiquement humaine » (p. 7). Écrit en 1950, ce témoignage n’est publié qu’aujourd’hui, par l’entremise de l’Institut d’histoire sociale. L’IHS, fondé dans l’entre-deux guerre, est devenu après la Libération, sous l’égide de l’ex-communiste Boris Souvarine, le refuge de tous les syndicalistes ayant été exclus du mouvement syndical pour fait de collaboration. Pierre Rigoulot, son actuel directeur, a d’ailleurs rédigé les notes du texte de Cancouët, ainsi qu’une postface explicitant le sens de la publication. Sous sa plume, l’édition du livre s’explique par le fait que « cette gauche qui souhaitait une politique d’entente avec l’Allemagne et qui pensait pouvoir désamorcer l’hostilité allemande en renégociant le traité de Versailles, il est passionnant de la redécouvrir en lisant les mémoires de Lucien Cancouët » (p. 367). Il faut donc lire ces pages, aujourd’hui, avec à l’esprit la claire intention de l’auteur : réhabiliter l’action de ceux qui refusèrent si fort le stalinisme (ici désigné simplement comme « LE » parti communiste) qu’ils en vinrent à soutenir la collaboration avec le nazisme. Durant la vingtaine d’années qui suivent la publication de ses mémoires (qui s’achèvent en 1950), Cancouët poursuivit son activité à Force ouvrière (FO), militant par ailleurs dans Paix et Liberté, l’organisation de l’anticommunisme militant[1], et dans diverses activités liées à l’IHS. Le début du récit est classique, celui d’un enfant de la campagne, né dans une ferme et amené à quitter le monde rural pour Paris afin d’y gagner sa vie. Le Paris de la fin du XIXe siècle, ainsi décrit est le Paris populaire, celui des taudis et d’une vie faites de difficultés, de privations et d’un travail harassant. Lucien Cancouët décrit ainsi très bien le fléau de la maladie (p. 89 et suivantes) pour une famille ouvrière en l’absence de protection sociale. Entré au syndicat, alors qu’aucune prédisposition familiale ne l’y entraînait spontanément (il décrit ainsi les invectives de son grand-père contre les Communards et les révolutionnaires, présentés comme des fusilleurs et des incendiaires, p. 69), il devient rapidement un adepte de Gustave Hervé, un des plus radicaux dirigeants ouvriers d’avant 1914, avant de devenir, une fois la guerre déclarée, un ultra-patriote. Ce que retient Lucien Cancouët, c’est que « la propagande orale ou écrite avait trop peu de chance d’aboutir » (p. 99). Il devient donc anarchiste, ému par une conférence sur le vol (« Mes nouveaux compagnons estimaient que les lois bourgeoises n’étaient pas faites pour eux et que leur premier devoir était de n’en tenir aucun compte », p. 100). Sans véritable qualification, il pratique différents métiers, domestique, ouvrier, infirmier (appellation pompeuse pour garçon de salle), entrecoupés de périodes de vagabondages. Il a dix-huit ans et cette période de formation constitue pratiquement la moitié de l’ouvrage. Peu avant l’entrée dans la Grande guerre, qui constitue le tournant de son existence, un chapitre tout à fait étonnant et très intéressant (« Répit au seuil de la guerre », p. 171-183), car fort singulier, est consacré à son retour à la foi de son enfance, manifestation de la fragilité de sa réflexion politique et plus généralement, de son instabilité sociale. L’auteur devient membre de la société Saint Vincent de Paul et s’adonne à la prière, à la confession et autres pratiques religieuses. « Pour moi, le bain spirituel que je venais de prendre m’avait rendu la foi de mon enfance, mais c’était une foi plus robuste, plus complète. Guidé par l’abbé Fourquet, je trouvais dans la conception religieuse qui blâmait ouvertement la société, la réponse à ma propre malédiction contre les riches » (p. 177). Quelques mois plus tard, c’est la guerre. Les hasards de son affectation militaire font qu’il devient voisin de chambrée d’Alain, engagé volontaire, lui. Lucien Cancouët survit à l’épreuve, après deux blessures et quarante-neuf mois de front, avant d’être décoré de la croix de guerre. Cette décoration ne l’empêche pas de faire dix mois supplémentaires avant d’être définitivement démobilisé. Il passe et réussit son examen d’entrée aux Chemins de fer. Il ne participe pas à la grève de mai 1920, et reste hors du mouvement syndical lors de la scission syndicale CGT-CGTU. C’est en 1924 qu’il fait le choix de la CGT, en s’affrontant aux militants CGTU dont les chemins de fer sont une des places fortes. Le récit saute allègrement la fin des années vingt et le début des années trente pour insister sur la « colonisation communiste » après le Front populaire. Totalement hostile à l’intervention en Espagne (avec l’argument du déclenchement d’une nouvelle guerre mondiale), il finit par rallier Syndicats, journal regroupant l’aile droite de la CGT, dirigée par René Belin, qui sera le fourrier de la collaboration. Logique avec son positionnement, il est munichois (« Eh bien, je tiens à dire que j’ai été munichois de toute ma foi et de toute ma volonté (…) Le départ de Chamberlain en avion pour aller parler à Hitler d’homme à homme nous apparut comme un acte de grande envergure (…) », p. 298). Son pacifisme foncier l’amène à accepter des responsabilités liées à son activité syndicale : « Au degré de misère et de désespoir où nous étions, que chacun, de sa place, fît ce qu’il pouvait pour venir au secours des plus malheureux et des plus menacés me parut logique » (p. 313). C’est ainsi qu’il passe la guerre dans une vague activité de bienfaisance pour les salariés de la SNCF, diligentée par Vichy, tout en déplorant l’attitude de certains de ses camarades qui « répandaient des tracts ridicules pour faire croire à leur influence (…) Ils n’avaient pas besoin de se manifester par une agitation puérile qui exposait inutilement leurs troupes à la répression sans pitié des nazis (…) Pour nous qui nous employions à réduire le plus possible les dégâts et nous n’hésitions jamais à intervenir quand il s’agissait de sauver un homme » (p. 317). Son activité lui vaut de passer en 1946 devant une commission d’épuration. Mais, finalement, acquitté des charges qui pèsent contre lui, il rejoint les rangs de FO. Dans un ultime chapitre conclusif, Lucien Cancouët revient sur ses multiples engagements, syndicaux bien sûr, mais aussi à la SFIO et à la LDH, délivrant son message favorable à l’unité syndicale, mais sans les communistes. On comprend que tous ses engagements furent surdéterminés par son anticommunisme foncier, ce qui valide les interprétations des historiens. Et ses proclamations anti-système (« N’accordez jamais aucune confiance à un gouvernement, quel qu’il soit, car je n’ai jamais connu un homme politique qui fût vraiment honnête envers les travailleurs. Ils ne pensent qu’à marchander, à négocier aux moindres frais, et à ne pas faire tort à leur carrière », p. 357) s’accommodent ainsi fort bien, en pratique, des dérives qui l’ont conduit à Vichy et à la collaboration. Le Proudhon dont il se réclame, comme d’ailleurs beaucoup de syndicalistes ralliés à Vichy, (« Réclamer la Justice et la Liberté, c’est faire appel à une véritable fraternité humaine », p. 359), apparaît ainsi pour le moins désincarné.

L’objectif de cette collection Généalogie des éditions Vendémiaire, « Faire entendre des voix singulières » est parfaitement rempli avec ce volume, même si la singularité de la voix de Lucien Cancouët demande une forte mise à distance critique.


[1]    Un bel ensemble d’affiches de cette officine est rassemblé dans l’ouvrage de Nicolas Lebourg, Mort aux bolchos. Un siècle d’affiche anticommuniste, Paris, Les Échappés, 2012, chroniqué par Dissidences sur http://dissidences.hypotheses.org/3448


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *