Une autre approche de l’histoire de l’épuration ou un grand bond en arrière ? A propos de : Jean-Marc Berlière, Franck Liaigre, Ainsi finissent les salauds. Séquestrations et exécutions clandestines dans Paris libéré, Paris, Éditions Robert Laffont, 2012, 432 pages, 22 €.

I – Préambule

Avec cet ouvrage, Ainsi finissent les salauds, Jean-Marc Berlière et Franck Liaigre exhument un cas de justice expéditive, l’exécution de 38 personnes en septembre 1944 par des résistants communistes appartenant aux Francs-tireurs et partisans (FTP), installés à l’Institut dentaire à Paris, une « affaire particulièrement macabre » selon l’accroche éditoriale de la 4e de couverture. L’histoire d’un certain nombre de ces victimes, avec force détails, constitue une première partie (la plus longue) d’un récit mis en scène soi-disant « comme un roman noir », dixit toujours la 4e de couverture. Les chapitres suivants restituent l’atmosphère « dantesque » (p. 148 ) de ce « troisième cercle de l’enfer »[1] qu’est selon eux l’Institut dentaire (ID), essentiellement à partir des témoignages de deux collaborateurs notoires (Louis L’Hévéder et René Château) qui y ont séjourné, tandis que la dernière partie dresse un portrait à charge des FTP rattachés à cet Institut, toujours d’après les souvenirs des mêmes épurés. Ces FTP sont qualifiés, dans le sous-titre, de « bourreaux ordinaires », ce qui vaut réminiscence pour le moins douteuse, ou provocatrice (les deux ?) du titre du livre de Christopher R. Browning, Des hommes ordinaires[2], sur les tristement célèbres policiers allemands responsables à l’été 1942 du massacre de milliers de juifs polonais. Un abus de langage qui frise l’inconvenance …

Une dizaine d’annexes, regroupées sous le titre un rien pompeux de « L’atelier de l’histoire », dressent, entre autres, un bref curriculum vitae des prisonniers et des victimes de l’ID ainsi que les attendus de l’épilogue du procès de 1955 intenté à des responsables FTP de l’Institut. Une bibliographie – où voisinent, sans classement aucun, ouvrages et articles scientifiques, mémoires de collaborateurs avérés, avec un nom étonnant, celui de Dominique Venner, essayiste de l’extrême droite la plus radicale[3] – clôt cet ouvrage, qui comporte également un certain nombre de photographies anthropométriques des principaux acteurs de ce récit.

II – Les auteurs

Le binôme Jean-Marc Berlière et Franck Liaigre en est à son quatrième livre. Tous concernent l’action des militants du Parti communiste français entre 1939 et 1944. Tous dénoncent, depuis le premier jusqu’à celui-ci, soit l’inconséquence, voire l’inutilité en terme d’efficacité militaire comptable, des premiers pas de la résistance armée des Jeunesses communistes[4], soit la « face cachée » des activités communistes clandestines, à savoir le châtiment des traîtres (« un des secrets les mieux gardés » du PCF, selon la 4e de couverture)[5], soit enfin s’attaquent avec véhémence à la « mystification » de l’affaire Guy Môquet[6]. Dans la même veine dénonciatrice des usages du communisme au miroir français, citons le sujet sur les listes noires établies par le PCF, Franck Liaigre étant cette fois associé à Sylvain Boulouque[7]. Jean-Marc Berlière, outre ces derniers ouvrages, est un spécialiste reconnu de l’histoire de la police. Professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université de Bourgogne, il enseigne dans des écoles de police et de gendarmerie et appartient à l’équipe de recherche du CESDIP[8], qui est une unité mixte de recherche du CNRS (UMR 8183), associée au ministère de la Justice et à l’université de Saint-Quentin-en-Yvelines. Franck Liaigre, enseignant dans le secondaire, appartient aussi à l’équipe du CESDIP. Il vient de soutenir, en décembre 2012, aux Archives de la Préfecture de Paris, sa thèse, Les Francs-Tireurs et Partisans (FTP) face à la répression. Une autre approche de l’histoire de la Résistance (sous la direction de Jean-Marc Berlière).

III – Objectifs de recherche

Jean-Marc Berlière et Franck Liaigre se considèrent comme des historiens non-conformistes, « sans tabou ni complexe »[9]. Ils ne cessent de le rappeler. Eux seuls (ou presque) bataillent ferme contre une historiographie de la Résistance manifestement « sous influence » (p. 287) puisqu’elle « ne cache pas son manichéisme et assume ses prises de positions partisanes » (p. 298). En 2007, dans la postface à Liquider les traîtres, ils s’en prennent à ce qu’ils qualifient de « vulgate pieusement répandue (…) depuis soixante ans »[10] et récemment, en février 2013,  dans la présentation de son dernier livre sur le site du CESDIP[11], Jean-Marc Berlière se fait encore plus accusateur : « L’histoire de la Libération ne fut pas celle que l’on enseigne depuis 70 ans »[12]. Leur remise en cause vise les chiffres de l’épuration, établis par le Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale et ensuite par l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP), minorés selon eux. Leurs références vont à des estimations antérieures, celles très anciennes de Robert Aron, ou celles plus récentes d’Henri Amouroux. Ce qui est une façon de rayer d’un trait de plume les avancées historiographiques sur le sujet[13] – histoire sous influence, sans doute ? L’« influence » majeure stigmatisée par nos auteurs est sans conteste celle des communistes, d’où cette volonté de lutter contre « tous les poncifs et le légendaire qui caractérisent la réécriture de l’histoire par le PCF » (p. 273). Pourtant, comme le remarquait l’historien (récemment décédé) Jean-Pierre Besse : « A trop vouloir détruire les mythes construits par le PC après la Libération, on arrive parfois à tomber dans les mêmes excès. »[14] Excès reformulés à leur manière par les éditions Robert Laffont, pour les deux derniers ouvrages, Liquider les traîtres et Ainsi finissent les salauds : « Un des secrets les mieux gardés du Parti communiste français », « La face cachée du PCF », « Les dessous de la Libération », « Quand la réalité se fait plus noire que la fiction » sont les accroches qui figurent sur les bandeaux des livres ou dans les communiqués pour la presse. Avec à chaque fois cette insistance étrange, assortie d’une dénégation : Cela se lit « comme un roman » pour le premier et « comme un roman noir » pour le second, mais ce n’est pas de la littérature[15], c’est bien d’histoire qu’il s’agit ! Une histoire qu’il ne s’agit pas de renouveler, ce qui est logique, dans notre discipline, d’après les avancées de la recherche, mais de revisiter, voire de réécrire : ne plaident-ils pas pour un nouveau dictionnaire de la Résistance[16] ?

IV – Mémoires de collaborateurs : quel crédit ?

Les archives, encore les archives, toujours les archives, ne cessent-ils également de marteler[17], comme fondement de leur travail, de leurs enquêtes. Comme si aucun autre historien de la Résistance n’avait jamais franchi le seuil des salles où sont entreposées celles de la Préfecture de police, de la Justice militaire, les archives départementales et nationales etc. Si la recherche des archives est en effet le premier travail de l’historien, pour établir des faits, nos deux auteurs ne peuvent ignorer également qu’un fait « n’est rien d’autre que le résultat d’un raisonnement à partir de traces »[18] et qu’il n’y a pas de faits sans questionnement, sans hypothèses préalablement établies, décisives. Jean-Marc Berlière et Franck Liaigre savent pertinemment que c’est « la question qui construit l’objet historique »[19], que c’est l’historien qui transforme les traces en documents, que c’est l’historien qui fait parler ce qui, sans cette opération, reste muet. Encore faut-il que cette parole libérée ne donne pas lieu à un réquisitoire (pas plus qu’à un plaidoyer, d’ailleurs). Il semble bien, pourtant, que ce soit le cas ici. Comment ces deux historiens, dont un chevronné, peuvent-ils construire la majorité de leur récit sur la trame de témoignages de collaborateurs (devenus des épurés), des cahiers intimes pour l’un (Louis L’Hévéder) et un livre écrit sous pseudonyme pour l’autre (Abel, alias René Château) ? A la lecture de leurs commentaires féroces, dans Liquider les traîtres, sur le « primat de la mémoire » ou de leur ironie mordante sur la parole de témoins soi-disant « irrécusables » et « irremplaçables », convoqués pour déconstruire (avec raison) certains récits hagiographiques et légendaires[20], comment comprendre leur attitude face à ces deux écrits dont on nous dit qu’ils « se complètent » (p. 340) ? Pourtant, L’Age de Caïn. Premier témoignage sur les dessous de la Libération de Paris[21], de René Château, est un pamphlet essentiellement anticommuniste (assimilation des FTP à des commissaires du peuple, à des  brigadistes ayant pratiqué la torture en Espagne, p. 220-221, etc.)[22] qui « déforme par prudence et détourne certains épisodes pour noircir son propos » (p. 341), reconnaissent-ils pourtant, donc peu fiable a priori, de plus parfois antisémite. Comment accepter en effet, sans aucunement relever l’odieux de la description, ce portrait tracé par René Château, d’un des FTP de l’Institut :  « Thomas était un juif polonais. Petit, trapu, frisé, partout furetant, partout glissant le danger de sa face blême… » (p. 220) ? Que ce collaborateur, possédé en quelque sorte par sa vision du monde raciste, ne puisse faire autrement, pour décrire un résistant communiste, que d’utiliser les mêmes poncifs antisémites que l’illustrateur Liquois pour dessiner des maquisards comme un ramassis de marginaux, de truands et d’étrangers dont un nommé Isaac, dans le journal satirique Le Mérinos [23], semble empreint d’une certaine logique. Mais alors, quelle est celle qui peut bien conduire deux historiens à les ignorer ? D’autant que lorsque René Château, dans le journal collaborationniste La France socialiste dont il était le directeur, attaquait « l’internationale juive », cette dénonciation est quand même remarquée comme un des « dérapages [sic] antisémites » de leur source par les auteurs[24]. Pourtant, une telle vision du monde, un tel vocabulaire n’altèrent nullement le jugement de Jean-Marc Berlière et Franck Liaigre. En effet, le « récit minutieux et circonstancié, encore frémissant de peur, d’émotion » (p. 340), du collaborateur René Château – collaborateur sans les guillemets, alors que les auteurs ont cru bon de les mettre par deux fois (p. 197, p. 335), la première pour évoquer ceux internés à Drancy à la Libération, la seconde pour lister des individus ayant appartenu, (quand même !), à la Milice, au PPF de Jacques Doriot ou à la Waffen SS[25] –, « polémiste au style souvent brillant » (p. 340 ), doué d’« un vrai talent » (p. 397, n. 21), devient une référence « incontournable » (p. 341). La biographie rapide de cet ex-socialiste de la tendance pacifiste, par nos auteurs, est d’ailleurs biaisée. Celui-ci est présenté comme une « des cibles favorites des collaborationnistes » (p. 47), c’est-à-dire des ultras de la collaboration avec les nazis, en 1943. Si René Château et ses partisans sont effectivement écartés de La France socialiste à l’été 1943 par les nazis, c’est uniquement parce que le rôle qu’eux-mêmes leur ont assigné en 1941 est terminé. Les nazis ont besoin d’une nouvelle équipe. Cet épisode est parfaitement évoqué par l’historien Gilles Morin : « Après les avoir utilisés, les Allemands les privent d’expression en 1943 en supprimant leur presse qu’ils ont financée jusqu’alors. »[26] Ces analyses sur ces socialistes passés à la collaboration ne peuvent avoir échappées à Jean-Marc Berlière et Franck Liaigre, pas plus que celles de Jean-Claude Vimont sur les pamphlets des épurés : « La contrition n’est pas de mise et ces textes sont avant tout des plaidoyers en faveur de la cause des vaincus et des réquisitoires contre les vainqueurs. Les raisons véritables de leurs condamnations sont passées sous silence mais la xénophobie, l’antisémitisme, la fidélité au Maréchal et à ses gouvernements, le choix de la collaboration avec les nazis affleurent au détour des pages. Les procédés d’inversion victimaire et tous les artifices qui les accompagnent irritent. »[27] Jean-Marc Berlière peut d’autant moins l’ignorer que c’est lui-même qui a revu l’article de Jean-Claude Vimont et « qui [lui] a apporté de très utiles compléments, tant du point de vue méthodologique que bibliographique »[28].  Armés donc de si spécieux sésames, de quel événement incontournable nous entretiennent-ils ?

V – Victimes et bourreaux : du choix des mots

L’objet restreint du récit historique de Jean-Marc Berlière et Franck Liaigre – l’enfermement à l’Institut dentaire du XIIIe arrondissement de Paris d’une majorité de collaborateurs avérés et, aussi, c’est exact, de victimes de vengeances sordides ou de malheureux coups du sort, suivi de l’exécution d’une quarantaine d’entre eux – nous importe moins ici que la manière dont ces auteurs, sous le prétexte invoqué de « rendre une seconde vie [à des] victimes tombées dans l’oubli » (p. 293), utilisent ce micro-événement pour délégitimer l’épuration. Pour eux, cette trace d’une micro-histoire au ras du sol[29]de la période agitée de la Libération vaut grille de lecture applicable à tous les excès de l’« épuration sauvage », ce que la tradition de l’extrême droite nomme les « crimes masqués du résistantialisme », d’après le titre homonyme de l’ouvrage de l’abbé Desgranges en 1948[30]. De manière symptomatique et inquiétante pour le débat public actuel, cette expression, ce titre et ce nom sont cités comme preuve d’une « omerta », d’une « chape de plomb » sur ces événements par le journaliste Dominique Jamet lors d’une émission présentée par Michel Field[31], sans que ni celui-ci ni Jean-Marc Berlière ne sourcillent ou ne s’insurgent contre ce rappel nauséeux, soixante-quatre ans après, d’une littérature pro-Vichy alors diffusée sous le manteau. D’ailleurs, pourquoi relever ce topos de la littérature d’extrême droite lorsqu’on a soi-même écrit que la Libération fut « une orgie sanguinaire », la précaution d’adjoindre à ce jugement l’adverbe « aussi » (p. 287) n’en ôtant pas le caractère odieux. Si le sang coula, la faute en revient aux « mots d’ordre de la Résistance et de la France libre diffusés par la BBC » et aux « ordres d’Alger, de Londres, du COMAC[32], de la direction FTP (…) des MUR[33] (…) » (p. 285), en fait à la Résistance tout entière, du sommet jusqu’à la base, qui avait l’outrecuidance de vouloir châtier ceux qui avaient prêté main forte aux nazis pendant quatre ans. Les auteurs nomment cela « le venin »… De dérives en dérives, Jean-Marc Berlière et Franck Liaigre en arrivent à tracer une équivalence entre les victimes juives – le bilan de la Solution finale en France est d’environ 80 000 morts, dont 11 000 enfants – et communistes des nazis et les victimes des différentes épurations extra-judiciaires à la Libération[34]. L’impasse est faite sur un aspect essentiel du phénomène, comme l’explique Jean-Claude Vimont à propos, justement, de la vulgate préférée des épurés : « Invoquer la fraternité de toutes les victimes de l’épuration, internées, emprisonnées, condamnées à mort, les confondre avec celles du nazisme et celles du stalinisme est un procédé commode pour passer sous silence les actes concrets qui ont déclenché les procédures[35]. » En surplomb, comme un fil rouge évident, toutes les furies révolutionnaires, des pétroleuses de la Commune et d’Espagne – Sonia une combattante FTP est surnommée indifféremment la Vierge rouge [comme Louise Michel] ou la Pasionaria [comme Dolorès Ibarruri] – aux gardes rouges bolcheviques d’octobre 1917 en passant par les sans-culottes (p. 233, 235-236), veillent et président aux massacres de l’automne 1944 comme elles l’ont fait pour la dékoulakisation, le Goulag ou Katyn.

Les FTP, eux, ont droit à une autre approche, confortée, une nouvelle fois, par les récits de René Château et Louis L’Hévéder. Indéniablement, ni les deux ex-partisans de Vichy ni les deux historiens n’ignorent les poncifs et les ressorts dramatiques d’une certaine littérature, celle d’auteurs contre-révolutionnaires et anti-communistes, au point que les expressions des premiers se confondent avec celles des seconds. Le peuple n’est qu’une « foule cruelle et avide de sang » (p. 44) ou une « populace déchaînée » (p. 58). Les combattants sont tous inévitablement pris de boisson : « Il continue à boire et à tabasser sa femme » (p. 76), « un sergent FTP (…) souvent ivre » (p. 171), « Ils sont ivres » (p. 174), « par ivresse » (p. 177), attirés par « quelques juteux profits » (p. 35),  illettrés (p. 217, 219, 220) ou dépeints comme des truands de série B, avec une légère touche xénophobe : « Un teint olivâtre, des lèvres sensuelles et des dents blanches, aiguës, une allure suffisante d’homme à bonnes fortunes » (p. 169). A la lecture de telles descriptions, comment ne pas songer, en effet, à celles d’auteurs comme, disons G. Lenotre ou Cécile de Tormay, choisis dans un vaste corpus ? Pour le premier, historien monarchiste et spécialiste de la petite histoire de la Révolution française, celle-ci « voit surgir des bas-fonds tout un personnel de braillards », dont, dans la ville de Carhaix, « un ivrogne nommé Dagorne », commissaire de la République se comportant « en barbare » et orchestrant « pillages des églises, exactions (…), ripailles, vols à mains armée …[36] ». Cécile de Tormay, romancière hongroise du début du XXe siècle, bien oubliée de nos jours, écrit au début des années vingt son témoignage sur la révolution hongroise, Le Livre proscrit. Scènes de la révolution communiste en Hongrie. Ses communistes ont des « faces bestiales de Judas », « le sang aux yeux », les « commissaires du peuple boivent du champagne et lancent les bouteilles vides par les fenêtres », ils répandent autour d’eux une odeur fétide, sont repoussants, etc.[37] Un fil rouge existe, de toute évidence…

VI – Conclure, enfin

Ce livre doit être lu comme cas d’école des dérives de l’étude historique oublieuse des règles fondamentales du métier. Une soumission à la passion partisane d’un passer outre à de soi-disant tabous, assortie de présupposés idéologiques, conduit exactement . Certains en tiennent pour un « génocide vendéen », d’autres pour une histoire nationale néo-capétienne[38]. Jean-Marc Berlière et Franck Liaigre, eux, se sont engagés dans l’exhumation de mini-tchékas orchestrant une « terreur rouge » épuratoire sur le territoire français, à la faveur de la Libération[39]. Oserons nous un rappel d’autres positions, sur l’épuration, du même Jean-Marc Berlière, mais en 2001 ? Dans Les policiers français sous l’Occupation, il écrit : « L’épuration a donné lieu à des lectures successives et contradictoires dont la controverse n’est jamais absente. Avec J.-P. Rioux, observons que (…) celle-ci ne fut pas le « bain de sang » dénoncé par certains, trop heureux de dédouaner Vichy et de mettre en accusation la Résistance[40] et ses excès[41]. » Quelques lignes plus loin, il est encore plus précis, condamnant les chiffres mythiques des partisans de ce « résistantialisme » qu’il accepte, douze ans plus tard, sans sourciller : « (…) un mythe opposé : celui du « bain de sang », des « 100 000 exécutions sommaires » abondamment et complaisamment développé après la Libération tant par la presse anglo-saxonne que par les partisans de Vichy prompts à dénoncer les « crimes du résistantialisme » (…)[42] » Intrigante, cette volte-face ? Admettons plutôt que ce soit tout bonnement, hélas, l’époque présente qui permette le retour et l’expression publiques de telles positions dans le champ scientifique.

Christian Beuvain[43]


[1]    L’expression est tirée du livre de Robert Aron, Histoire de l’épuration (2 tomes), paru en 1967-1969.

[2]    Christopher R. Browning, Des hommes ordinaires. Le 101e bataillon de réserve de la police allemande et la Solution finale en Pologne, Paris, Tallandier, coll. « Texto », 2007.

[3]    Dominique Venner, ancien activiste de l’OAS, théoricien d’un aggiornamento de l’extrême droite, membre de la Nouvelle droite d’Alain de Benoist, s’est récemment donné la mort (21 mai 2013) pour protester contre ce qu’il appelle la décadence de l’identité française et européenne.

[4]    Jean-Marc Berlière, Franck Liaigre, Le sang des communistes. Les Bataillons de la jeunesse dans la lutte armée. Automne 1941, Paris, Fayard, 2004, chroniqué par Dissidences sur http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2377

[5]    Jean-Marc Berlière, Franck Liaigre, Liquider les traîtres. La face cachée du PCF clandestin (1941-1943), Paris, Éditions Robert Laffont, 2007, 511 pages, dont Dissidences a rendu compte sur notre ancien site, http://www.dissidences.net/mouvement_communiste_france.htm#berliere2

[6]    Jean-Marc Berlière, Franck Liaigre, L’Affaire Guy Môquet. Enquête sur une mystification officielle, Paris, Larousse, 2009, également chroniqué par notre collectif, sur http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=832

[7]    Sylvain Boulouque, Franck Liaigre, Les listes noires du PCF, Paris, Calmann-Lévy, 2008, chroniqué sur http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2396

[8]    Centre de recherche sociologique sur le droit et les institutions pénales.

[9]    Cette expression est appliquée par Jean-Marc Berlière et Franck Liaigre, dans la postface de Liquider les traîtres, à de jeunes historiens qui, d’après eux, « mettent au jour des pans totalement ignorés » de l’histoire de la Résistance et de l’Occupation, mettant ainsi leurs pas dans ceux des glorieux aînés que seraient nos deux  auteurs …

[10]  Jean-Marc Berlière, Franck Liaigre, Liquider les traîtres, postface, Paris, Éditions Robert Laffont, 2007, p. 375.

[11]  Jean-Marc Berlière, François Le Goarant de Tromelin, Liaisons dangereuses. Miliciens, truands, résistants. Paris, 1944, Paris, Perrin, 2013.

[13]  Lire par exemple l’ouvrage de Philippe Buton, La joie douloureuse. La Libération de la France, Bruxelles-Paris, Éditions Complexe et IHTP, 2004, où la légende des « 100 000 épurés » est mise à mal (environ 11 000 victimes, en fait), ou la dernière synthèse de Bénédicte Vergez-Chaignon, Histoire de l’épuration, Paris, Larousse, coll. « Bibliothèque historique », 2010, et son compte rendu par Fabrice Grenard sur http://www.histoire-politique.fr/documents/comptesRendus/pdf/CR1_2011_GrenardsurVergezChaignon_def.pdf

[14]  Jean-Pierre Besse, « Compte rendu de Sylvain Boulouque, Franck Liaigre, Les listes noires du PCF, 2008 », Le Mouvement Social, en ligne : http://mouvement-social.univ-paris1.fr/document.php?id=1540

[15]  Il est vrai que pour les connaisseurs de romans noirs marginaux, le titre choisi Ainsi finissent les salauds fait inévitablement songer au roman d’André Héléna, Les Salauds ont la vie dure, écrit en 1949, qui, ô surprise ! se déroule pendant l’Occupation …

[16]  Ils proposent cette réécriture dans Liquider les traîtres, note 500, p. 468. Cette proposition est la touche  finale à la mise en cause, dès la première page du livre, d’un « Dictionnaire de la Résistance récemment paru » (p. 11), sans mention des auteurs mais où tout un chacun peut reconnaître le Dictionnaire historique de la Résistance sous la direction de François Marcot, avec la collaboration de Bruno Leroux et Christine Levisse-Touzé (Robert Laffont, collection « Bouquins », 2006, 1248 p.).

[17]  « Il n’est pas d’histoire, du moins telle que nous l’entendons, la concevons, la défendons et tentons de l’illustrer livre après livre, sans longues recherches et sans archives », Ainsi finissent les salauds, p. 423.

[18]  Antoine Prost, Douze leçons sur l’histoire, Paris, Seuil, coll. « Point-Histoire », 1996, p. 70.

[19]  Antoine Prost, Douze leçons sur l’histoire, op. cit., p. 79.

[20]  Liquider les traîtres, op. cit., p. 367-371 par exemple.

[22]  Une autre citation, non retenue par les auteurs  : « Tout le Parti est devenu, à la Libération, une gigantesque Guépéou. Ses militants ont été, tout ensemble, dénonciateurs, policiers, tourmenteurs, bourreaux, tenanciers des camps de concentration », http://ia600305.us.archive.org/34/items/LageDeCain/CAIN.pdf , p. 83 (consulté le samedi 8 juin 2013).

[23]  Lire Gilles Ragache, « Un illustré sous l’Occupation : Le Téméraire », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 47-4, 2000/4, P. 747-767, et Pascal Ory, Le petit nazi illustré. Vie et survie du Téméraire (1943-1944), Paris, Nautilus, 2002.

[24]  Ainsi finissent les salauds, p. 48.

[25]  Jean-Marc Berlière, invité pour ce livre dans l’émission Historiquement show de la chaîne de télévision Histoire, présentée par Michel Field, le 23 mars 2012, récidive en évoquant la répression, à l’Institut dentaire, de gens « qui seraient des collaborateurs ».

[26]  Gilles Morin, « La trahison chez les socialistes, ou juger de ses traîtres durant la Seconde Guerre mondiale », in Sylvain Boulouque, Pascal Girard (dir.), Traîtres et trahisons. Guerres, imaginaires sociaux et constructions politiques, Paris, Seli Arslan, 2007, p. 132.

[27]           Jean-Claude Vimont, « Les pamphlets d’épurés incarcérés après la libération », Cahier du GRHis, n° 20, PURH, 2008, p. 155, sur http://www.ovnic.fr/P-GRHIS/IMG/pdf/CAHIERGRHIS20-9.pdf

[28]  Jean-Claude Vimont, Ibidem, p. 135.

[29]  J’emprunte cette expression à Jacques Revel, dans son avant-propos, « L’histoire au ras du sol », au livre de Giovanni Levi, Le pouvoir au village, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèques des histoires », 1989.

[30]  Abbé Desgranges, Les crimes masqués du « résistantialisme », Paris, éditions l’Elan, 1948, réédité en 2003 aux éditions Dualpha, maison d’édition d’extrême droite créée par Philippe Randa.

[31]  Voir la note 23.

[32]  Il s’agit du  Comité d’action militaire, dépendant du Conseil national de la Résistance (CNR).

[33]  Il s’agit des Mouvements unis de résistance, regroupant, dès janvier 1943, les groupes Combat, Libération-Sud et Franc-Tireur.

[34]  Ainsi finissent les salauds, p. 298.

[35]  Jean-Claude Vimont, « Les pamphlets d’épurés incarcérés après la libération », op. cit.

[36]  G. Lenotre, La petite histoire. Révolution et Empire (extraits), Paris, Hachette, 1947, p. 53 et 57.

[37]  Cécile de Tormay,  Le Livre proscrit. Scènes de la révolution communiste en Hongrie, Paris, Librairie Plon, coll. « Figures et souvenirs », 1933, p. 126, 137, 152.

[38]  Lire dans la section « Billets » de ce blog, l’article sur les historiens de garde, http://dissidences.hypotheses.org/3032

[39]  Un prochain livre peut-être sur ces autres lieux d’épuration sauvages évoqués p. 361 ?

[40]  C’est nous qui soulignons.

[41]  Jean-Marc Berlière (avec Laurent Chabrun), Les policiers français sous l’Occupation, Paris, Perrin, 2001, p. 316.

[42]  Ibidem, p. 317.

[43]  Je tiens à remercier Jean-Paul Salles, Jean-Guillaume Lanuque, Morgan Poggioli et Frédéric Thomas pour leur relecture attentive.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *