Daniel Guérin, Bourgeois et bras-nus. Guerre sociale durant la révolution française. 1793-1795, Paris, Libertalia, 2013, 448 pages, 18 €, préface de Claude Guillon.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Bourgeois et bras-nus est ce qu’on peut appeler un classique de l’historiographie révolutionnaire. Digest de ce travail plus ample qu’est La Lutte de classes sous la Première République, véritable thèse d’histoire sans le nom, paru dans l’immédiat après Seconde Guerre mondiale, le livre est publié pour la première fois en 1973. Sa dernière réédition, réalisée par Les Nuits rouges en 1998, était déjà présentée par Claude Guillon, lui-même auteur de travaux sur les Enragés1. Cette nouvelle remise au goût du jour, proposée sous une couverture qui reprend en la détournant aux couleurs tricolores l’affiche (lithographie) célèbre du graphiste soviétique Lazar « El » Lissitzky (« Battez les Blancs avec le triangle rouge », 1920), semble s’inscrire dans la revitalisation des études sur la Révolution française, en partie face aux discours hostiles qui lui sont adressés de la part d’historiens conservateurs ou de médias complaisants, dans la continuité plus ou moins directe de François Furet (citons entre autres éléments de cette contre-offensive la réédition de La Grande Révolution de Pierre Kropotkine ou l’opuscule Robespierre, reviens ! signé d’Alexis Corbière et Laurent Mafféis, tous chroniqués dans notre revue électronique ou sur ce blog).

Cette réédition n’est riche que de trois réelles nouveautés. La première est une présentation de Claude Guillon, qui insiste sur l’influence manifeste, bien que loin d’être toujours reconnue, de l’œuvre de Daniel Guérin sur des travaux comme ceux d’Albert Soboul2. Claude Guillon, privilégiant la dimension libertaire des Enragés, critique également l’emprise encore forte, selon lui, du léninisme sur la grille de lecture mise en place par Daniel Guérin, ce qui l’amène à justifier certaines formes de terreur ou de censure de la presse. De cette discussion sur la nature du processus révolutionnaire souhaité, on retiendra surtout cette tendance à prendre de la distance vis-à-vis d’une violence jugée nécessaire, qui peut se lire comme fruit de l’idéologie dominante, qui n’accepte de violences qu’encadrée ou dissimulée… Les deux autres ajouts de cette nouvelle édition consistent en une biographie, qui cite d’ailleurs le volume que Dissidences avait consacré à Daniel Guérin, ainsi qu’un article de Daniel Guérin publié dans Les Temps modernes en 1957, « La révolution déjacobinisée », qui plaidait pour une synthèse communiste libertaire, pointant la double filiation contradictoire dans le mouvement communiste de l’héritage des Jacobins et des Enragés, et voyait dans les hébertistes rien de moins que l’annonce des bureaucrates staliniens.

Ce dernier point conduit à cerner les limites du travail de Daniel Guérin. Celui-ci relit en effet les premières années de la Première République à l’aune des développements du XXe siècle. Cet effet d’aller-retour entre passé et présent est bien sûr inévitable et même productif, permettant de travailler selon d’autres angles et d’autres concepts, mais à condition de ne pas verser dans l’analogie trop directe, ce que Daniel Guérin se permet, par exemple, lorsqu’il fait des muscadins des « (…) fascistes avant la lettre (…) » (p. 377). Il semble également avoir tendance à reporter sur la bourgeoisie d’alors le caractère pusillanime de celle des années 30 à laquelle il a été confronté, ne voyant souvent qu’égoïsme et manipulation, là où il peut y avoir conviction et illusion. Sa condamnation radicale des Montagnards, jusqu’à la résistance manifestée par les derniers d’entre eux lors de l’insurrection de Prairial 1796, présente également un caractère quelque peu outrancier3. L’option marxiste de son analyse le conduit enfin parfois à des explications que l’on ne peut s’empêcher de trouver au moins en partie réductrices, ainsi de la nature purement économique de la guerre déclarée en 1792, ou du poids déterminant des conditions objectives dans l’impossibilité d’une économie anti-libérale maintenue en 17934.

Reste que Bourgeois et bras-nus, d’une lecture très agréable et vivante, apporte des éclairages précieux et stimulants sur la Révolution française. L’axe de l’étude est la dualité de pouvoir entre la bourgeoisie et les masses populaires, incarnée en particulier par la balance instable entre l’Assemblée, organe bourgeois, et la Commune de Paris, émanation du peuple ; dualité dans laquelle Daniel Guérin voit également un conflit entre la bureaucratie et la démocratie, entre la centralisation bourgeoise et le fédéralisme autogéré. Ne cachant pas ses propres inclinations, Daniel Guérin témoigne d’une profonde empathie pour le peuple, plus particulièrement ses noyaux les plus conscients que sont les sans-culottes et les Enragés, sur lesquels il porte d’ailleurs un regard critique : « S’ils entrevirent et dénoncèrent l’exploitation capitaliste, ils n’en comprirent pas tout le mécanisme interne et ne cherchèrent pas à le supprimer. Ils voulurent seulement en limiter les effets » (p. 90).

A l’inverse de l’analyse récente proposée par Sophie Wahnich (La Liberté ou la mort. Essai sur la Terreur et le terrorisme, chroniqué sur notre blog), Daniel Guérin défend la terreur gérée par le peuple, et critique celle d’en haut, perçue comme un élément de totalitarisme. Il n’accorde de même aucune indulgence aux hébertistes, politiciens, carriéristes et arrivistes, qui sont accusés d’avoir orchestré la déchristianisation afin de détourner la colère sociale de la population, même si ce mouvement revêtit une véritable dimension populaire. L’année 1793 constitue à cet égard pour lui l’année charnière de la Révolution. Si la pression des « bras-nus », la vigueur de leur mobilisation conduit finalement, à l’automne, à des mesures de contrôle économique, allant jusqu’à envisager des projets de « communalisation », le reflux est sensible dès novembre, bien avant Thermidor, qui se caractérise pour lui avant tout par l’espoir caressé par Robespierre de jouer le rôle d’arbitre entre les factions bourgeoises. C’est le moment où Robespierre, en particulier, tourne ses attaques contre les déchristianisateurs et contre le pouvoir populaire (y compris des luttes revendicatives qui sont un des éléments précieux du livre), tandis que la loi du maximum commence à être assouplie. Le processus s’approfondit les mois suivants, la chute des hébertistes sonnant le glas des organes de pouvoir populaire, et suscitant un profond découragement chez les « bras-nus ». Autant de données et d’éclairages dont on doit impérativement tenir compte dans l’appréhension de la Révolution française. Comme l’on doit tenir compte de cet éclairage certes engagé, certes tributaire de son temps, mais néanmoins si rafraîchissant en cette époque restauratrice de valeurs surannées …

1 Voir Notre Patience est à bout. 1792-1793, les écrits des Enragé(e)s, Paris, éditions Imho, 2009, chroniqué sur notre ancien site.

2 Sur cet historien de la Révolution, voir Claude Mazauric, Un Historien en son temps. Albert Soboul (1914-1982). Essai de biographie intellectuelle et morale, Nérac, éditions d’Albret, 2004, chroniqué sur notre ancien site.

3 On saisit en tout cas en quoi cette tradition historiographique à part entière s’oppose clairement à celle défendue, entre autres, par le courant trotskyste « lambertiste ».

4 Daniel Guérin est à cet égard enfant de son époque. Il serait aujourd’hui intéressant d’envisager des scénarios uchroniques (ou contrefactuels, pour le dire autrement), en s’appuyant par exemple sur les perspectives brossées par un Jean Meslier ou sur les thèses des éditions L’échappée (voir Les Luddites en France. Résistance à l’industrialisation et à l’informatisation, Montreuil, 2010, chroniqué sur notre blog). 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *