Pierre Borhan, La volonté de bonheur. Témoignages photographiques du Front populaire, 1934-1938, Paris, Hazan, 2013, 24,95 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Les photos d’une vingtaine de photographes, dont quelques célébrités, rassemblées dans cet ouvrage proviennent d’une exposition présentée au Pavillon populaire, espace d’art photographique de Montpellier, de mars à juin 2013. Pierre Borhan, commissaire de l’exposition signe une intéressante présentation, « S’unir, lutter, être plus, vivre mieux » qui resitue l’enjeu du Front populaire et le rôle des photographes dans la construction de son image, de sa pérennité. Si certaines de ces photos, toutes en noir et blanc, sont connues, en particulier celles signées de photographes de renom à l’instar de Willy Ronis, Robert Capa, Henri Cartier-Bresson, Robert Doisneau, pour ne donner qu’un aperçu, d’autres, en particulier d’auteurs anonymes, sont tout à fait originales. L’ouvrage est également parsemé de Une de journaux, Vu, Regards le grand hebdomadaire illustré du Parti Communiste, mais aussi L’Humanité, incontournable, Le Populaires, organe de la SFIO ou encore Le Petit parisien, de quelques affiches ou de reproduction de quelques archives, ainsi la brochure programme éditée par le Comité du Rassemblement populaire à l’occasion du serment prononcé le 14 juillet 1935. Quelques cartouches, de couleur rouge, permettent également d’offrir des éléments de contextualisation aux œuvres reproduites. Si la geste gréviste se situe au cœur du propos, avec là encore de belles découvertes et surprises en matière de photographies, d’anonymes en particulier, d’autres chapitres sont consacrés avec brio à des aspects moins attendus. Bien sûr la conquête des congrès payés donne droit à un bel ensemble de photographies, mêlant photographes célèbres immortalisant les joies du camping ou pique-nique au bord de la Marne, mais aussi des photographies de jeunes en Auberge de jeunesse de Pierre Jamet. Une sélection de quelques œuvres de ce formidable photographe, méconnu, laisse transparaître le formidable élan que furent ces centres de vacances pour une partie de la jeunesse populaire. Des chapitres sont consacrés également à la chanson (hélas, trop cursif et résumé à Charles Trenet), aux écrivains ou aux artistes (Picasso, le cinéma de Jean Renoir ou encore l’exposition internationale des Arts et techniques de 1937) de la période du Front populaire. De ce mélange entre photographes consacrés, moins connus ou encore anonymes, on retiendra que la qualité des photos de ces derniers ne souffre pas de la comparaison avec les premiers, faisant de ce recueil un bel ouvrage, un vibrant et vivant hommage au moment Front populaire. Un objet d’histoire et de mémoire à mettre entre toutes les mains.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *