Nicolas Machiavel, Simone Weil, Emmanuel Barot (postface), La révolte des Ciompi. Un soulèvement prolétarien à Florence au XIVe siècle, Toulouse, coédition CMDE/Smolny, collection « Les réveilleurs de la nuit », 2013, 93 pages, 11 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Les Ciompi, ce sont les artisans textiles qui forment une grande partie des habitants de Florence. A la fin du XIVe siècle, cette ville apparaît, à l’instar de la Flandre, comme un des endroits du plus important développement capitaliste en cours. Si l’on excepte le machinisme, encore à venir, l’organisation de l’atelier y ressemble fortement à celle d’une fabrique moderne. Lors du soulèvement, en 1378, les teinturiers, fer de lance du mouvement, constituent un gouvernement parallèle, extra-légal à celui qui règne au Palais. Simone Weil, dans un article paru en 1934 dans La Critique sociale1, reproduit ici en guise d’introduction, y voit l’émergence d’un soviet, du fait de cette dualité de pouvoir : « Le prolétariat, en août 1378, oppose déjà, comme il devait le faire après février 1917, à la nouvelle légalité démocratique qu’il a lui-même fait instituer, l’organe de sa propre dictature » (p. 14). Pour elle, cette révolte n’anticipe même pas le développement des luttes de classes générées par les nouveaux rapports sociaux capitalistes en gestation, elle est l’expression même d’un prolétariat en lutte. Plus substantiel est le second texte, issu des Histoires florentines de Nicolas Machiavel, originalement rédigé en 1521-1525, soit presque à la fin de vie de ce dernier (il meurt en 1527) et longtemps après Le Prince (1513) qui assure sa renommée. Machiavel, beaucoup plus narratif,se livre pour sa part à une analyse des antagonismes, des « inimitiés violentes et naturelles qui opposent la noblesse et le peuple, car l’une veut commander et l’autre refuse d’obéir » (p. 19). Enfin, dans une postface tout à fait contemporaine, Emmanuel Barot propose de retracer, à travers une lecture serrée de Machiavel, les conceptions antagoniques du peuple (et par conséquent du statut des princes) chez cet auteur. Le texte est assez ardu, car il implique préalablement une bonne familiarité avec l’auteur du Prince. Il en conclut, égratignant au passage, quoique sans le dire expressément, le Front de gauche et les tenants de la « révolution par les urnes », que l’appréciation de Machiavel constitue au final un moment d’entre-deux dans la conception des classes sociales, qui ne se distinguent pas encore foncièrement : ce qui représente au passage, une critique de l’analyse « gauchiste » de Simone Weil. Il faut attendre beaucoup plus tard pour que cette radicale distinction rentre dans les faits, puisque c’est « essentiellement avec Marx, que de façon rigoureuse, le néant-de-propriété, le popolo minuto des siècles passés, s’est transformé en classe universelle et a tenté de faire passer l’Histoire, par le biais de son histoire, à un stade délivré des archaïsmes absurdes de l’exploitation et de l’oppression. Cette histoire est toujours en cours » (p. 80). Une chronologie nécessaire, ainsi qu’une bibliographie complémentaire, présentant les principaux travaux en français d’historiens sur cette question, complètent ce fort savant petit ouvrage, indispensable pour la compréhension des luttes sociales d’antan.

1Il s’agit d’une revue publiée dans ces années-là (1931-1934) par Boris Souvarine, un des premiers militants communistes, exclu du Parti communiste français en 1924.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *