Alexandre Dorozynski, Moi, Vladimir Oulianov dit Lénine. Le roman du bolchevisme, Paris, Le Cherche-midi éditeur, collection « Documents », 2001, 272 pages, 16,77 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Alexandre Dorozynski est un auteur touche à tout, qui semble avoir eu le projet, dans la vague initiée par Le Livre noir du communisme, de proposer une vulgarisation de la vie de Lénine. Le parti-pris est placé sous des auspices quelque peu fantastiques, imaginant un Lénine vivant mais endormi artificiellement dans son mausolée, qui raconterait sa destinée passée. Le premier chapitre est à cet égard saisissant sur le sort du corps du dirigeant bolchevique après son décès, avec l’institution d’un comité d’immortalisation1 (sic). Mais très vite, le récit devient plus plat. La narration à la première personne de l’auteur est en effet loin, très loin de se rapprocher de ce chef d’œuvre de l’autobiographie imaginaire que sont les Mémoires d’Hadrien de Marguerite Yourcenar. On nous dira que Lénine, qui est censé s’exprimer, n’était pas un aussi bon écrivain que Trotsky. Certes, mais le problème est que le portrait devient vite à charge, et qu’une certaine ambiguïté domine tout au long de l’ouvrage.

Les citations sont en effet nombreuses, mais sans que l’on connaisse exactement leur origine, et en notes, les témoignages critiques dominent assez largement les récits plus empathiques (jusqu’à faire dire à Lénine que sacrifier 1/10e de la population russe est un prix à payer acceptable, laissant planer un doute sur l’authenticité des autres prétendus extraits…). Aucune bibliographie n’est portée en annexe, et on sent bien qu’Alexandre Dorozynski privilégie un angle bien particulier : il voit en effet en Lénine un démagogue, manipulateur des foules (les bolcheviques doivent mener l’« infiltration » des soviets), intransigeant et dogmatique (rejetant par principe la participation aux élections présidentielles étatsuniennes), misanthrope (son mépris des paysans est énergiquement souligné) et amoral, prêt à tout pour faire triompher un idéal désincarné. Dans son récit, les éléments factuels véridiques, tel le traumatisme séminal de l’exécution du frère aîné, cohabitent ainsi avec des éléments en apparence objectifs, mais qui nourrissent la thèse de l’auteur (un amour de la nature, qui représenterait l’opposé d’une sincère empathie à l’égard du genre humain). De même, à une présentation des diverses mesures progressistes prises par les bolcheviques au pouvoir, il est préféré de longs développements sur le mépris de la démocratie (l’exemple de l’Assemblée constituante est central), la terreur et la violence sans freins, pour lesquelles la situation concrète qui est en jeu n’est que vaporeuse. Surtout, Alexandre Dorozynski donne l’impression d’isoler des constantes du caractère de Lénine, dont les piliers se nomment violence et élitisme, sans jamais envisager une évolution sur la durée de son existence (il lui attribue une adhésion à la théorie de la révolution permanente dès 1905), sans non plus appréhender un réel pragmatisme, en fonction des mutations de la situation.

Cela s’accompagne d’un silence sur certains écrits n’allant pas dans le sens de la problématique retenue (Matérialisme et empiriocriticisme ou Le communisme de gauche, maladie infantile du communisme), et d’une série d’erreurs témoignant d’une compréhension déficiente des mouvements révolutionnaires, noyant les quelques remarques justes2. Interprétation de la rupture entre bolcheviques et mencheviques axée sur l’opposition démocratie / autoritarisme (faisant fi du centralisme démocratique et de la diversité interne au parti bolchevique, p. 100), mauvaise définition de la révolution permanente (négligeant la notion de transcroissance, p. 114), paternité erronée de l’analyse de l’État comme étant de classe (Marx et Engels l’avaient écrit bien avant Lénine, p. 167), affirmation d’une croyance fumeuse dans une vague révolutionnaire après 1917 (qui s’accompagne d’une description partielle et erronée de la révolution allemande3, p. 154 et 243), jusqu’au soutien financier des Allemands aux bolcheviques, y compris après leur prise de pouvoir (sic !). On l’aura compris, le livre d’Alexandre Dorozynski porte bien son sous-titre de « roman du bolchevisme ». Lénine peut encore attendre son biographe rêvé…

 1 Voir notre recension sur ce même blog de Ilya Zbarski et Samuel Hutchinson, A l’ombre du mausolée. Une dynastie d’embaumeurs, Arles, Solin / Actes sud, 1997.

2 Tel le traumatisme de l’écrasement de la Commune de Paris, un précédent à éviter à tout prix, ou de cette comparaison pertinente selon laquelle « Le révolutionnaire professionnel est (…) l’obstétricien de la révolution : il doit déterminer le moment le plus favorable pour cet accouchement. » (p. 170).

3 De même, la brochure de Rosa Luxemburg, La révolution russe, n’est utilisée que sous son angle critique, jamais sous son jour plus élogieux ou nuancé, pourtant dominant. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *