Carlos Giménez, Les temps mauvais. Madrid, 1936-1939, Paris, Fluide glacial, 2013, 235 pages, 35 €

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Il s’agit de la publication en un seul volume des quatre tomes édités séparément auparavant. Carlos Giménez est ce dessinateur qui s’est fait connaître grâce à Paracuellos, une bande dessinée en plusieurs tomes également évoquant ses souvenirs d’enfant dans un hospice madrilène sous le franquisme. Ici, il revient sur son expérience préalable lors de la guerre civile. La guerre, il la vit avec sa famille à Madrid. C’est la guerre vue à travers les yeux d’un enfant, qui subit comme tous les civils les bombardements, les incendies, les exécutions sommaires, les privations et le rationnement, la faim et les maladies dans une ville assiégée. A chaque fois, en quelques vignettes, le dessinateur sait rendre l’ambiance, lugubre la plupart du temps, de cette période de sa vie et des humbles habitants de la capitale. On est loin du discours militant, même si Carlos Giménez ne cache pas sa haine du franquisme. Ici, il n’y a pas vraiment de romantisme, mais bien plutôt de la souffrance. Autant le dire clairement, avec ces Temps mauvais, on approche du chef d’œuvre car rarement, avec une économie de moyens (dessins en noir et blanc, chacune de ces histoire se déroulant sur 3 ou 4 pages maximum, sauf quelques exceptions), un auteur est parvenu à faire autant sentir le drame humain qui se joue alors. Il n’y a pas vraiment de héros, y compris parmi les défenseurs de Madrid dont quelques histoires montrent un visage assez répugnant, mais à chaque fois des êtres humains en difficulté, en proie à la lâcheté, ou qui souffrent. On ne peut évoquer tous les moments d’émotion qui s’emparent du lecteur à l’évocation de ces temps de barbarie. On se contentera de mentionner le récit intitulé Sito, dont on découvre qu’il s’agit du nom d’un chat, et de son sort tragique en une période où la famine règne. La tragédie se poursuit tout au long du livre, même une fois Madrid tombée, car commence alors une froide et systématique répression de la population, les dénonciations et les revirements. Il y a peu de joie dans ces récits, la mort rôde en permanence. C’est d’ailleurs avec la disparition d’un enfant que se clôt l’album, sous l’œil impitoyable des bigotes qui reviennent dominer l’Espagne. Cet album des Temps mauvais constitue une lecture indispensable, en complément de la littérature abondante sur la guerre d’Espagne, pour percevoir la dureté d’une guerre menée contre l’humanité, et gagnée par les forces réactionnaires. Ce livre, différemment et mieux que beaucoup d’autres, nous fait pénétrer dans l’intimité d’un affrontement fratricide. Une bande dessinée indispensable.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *