Georges Vidal, Histoire des communismes au XXe siècle, Paris, Ellipses Marketing, 2013, 368 pages, 19 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Nous avons déjà eu l’occasion, dans Dissidences, de recenser favorablement les travaux de Georges Vidal1. Cette fois, il s’essaye à la synthèse d’envergure, proposant rien moins qu’un tableau des communismes essentiellement durant le court XXe siècle, débordant légèrement en ses extrémités. Loin d’une histoire monochrome, il en souligne le « caractère foncièrement composite » (p. 9), estimant que « le communisme a été le grand paradoxe du XXe siècle » (p. 5). Déplorant la « balkanisation historiographique » régnant sur le communisme, il fait donc sienne une vision privilégiant la pluralité et la diversité du phénomène, loin des excès de ce que l’on nommera « l’école Courtois » (le pluriel du titre choisi par l’auteur fait déjà sens). La synthèse que nous propose Georges Vidal est de qualité, relativement complète sur le plan politique, et on discerne la patte plus personnelle de son auteur à travers l’insistance mise sur la dimension militaire de l’histoire des communismes. Cette histoire des communismes s’articule en une appréhension périodique faite de deux grandes tendances, trop générales en apparence mais finalement stimulantes : un essor et une volonté « d’intégration internationale » de 1917 à 1953, puis un déclin progressif lié à un polycentrisme croissant et un épuisement aussi bien économique que politique. Dans notre lecture, nous nous arrêterons sur quelques éléments seulement d’une synthèse fort riche, mais dont une bonne partie des développements n’apprendront que peu de choses aux lecteurs accoutumés du sujet.

A propos des bolcheviques, Georges Vidal défend l’idée d’un syncrétisme entre social-démocratie européenne et tradition révolutionnaire autochtone, et rappelle le contexte de désagrégation de la société qui fut celui d’Octobre 1917. A cet égard, ses remarques sur la volonté limitée de démocratisation, aussi bien venant des masses (on reconnaît là les travaux de Marc Ferro) que des bolcheviques eux-mêmes, par souci d’efficacité, méritent d’être soulignées2. Dans ce cadre, la bureaucratisation du Parti en est facilitée, mais Georges Vidal insiste également sur le « (…) phénomène plus large de militarisation du système soviétique, d’une part parce que les méthodes militaires paraissent être la solution pour relever un pays exsangue après des années de guerre, d’autre part parce que la guerre civile et la victoire de l’Armée rouge deviennent dans la mythologie soviétique le véritable creuset de la Russie communiste (…) » (p. 33). Il met également en valeur la rupture entre l’avant et l’après-Staline, la première période étant caractérisée par un « sens de l’adaptation » qui tranche avec la rigidité et le recentrage national de la période suivante. Dès lors, l’auteur estime que s’édifie un totalitarisme, usant d’une « logique génocidaire » (p. 44) dès 1932-1933 – ce que l’on peut trouver discutable –, que la Grande Terreur finalise3. De même, Georges Vidal montre bien que l’Internationale communiste est passée de la révolution mondiale comme finalité à sa « vassalisation » par Staline, servant à l’URSS d’instrument de politique extérieure ; sa dimension de « mécanique à produire des fantasmes » (p. 80) est un autre angle à prendre en considération.

Concernant les Partis communistes étrangers, justement, les développements à leur sujet sont souvent précieux : on relèvera par exemple la « résistance passive » manifestée par le PCF à la « stalinisation », la définition d’une identité durable à compter des années 19304, le rappel de la dissidence de droite alsacienne souvent moins connue que celle d’un Doriot, ou cet autre parti de masse que fut le parti tchèque… Quant à ce que l’auteur nomme les périphéries du communisme, essentiellement les partis communistes chinois et indochinois, il constate une plus grande part d’empirisme, de syncrétisme avec les cultures nationales, laissant déjà émerger de futurs « national-communismes ». Sur la fin de la Seconde Guerre mondiale, Georges Vidal montre bien qu’en opposition aux projets de Staline, la situation était bien favorable à la révolution, et que l’URSS était loin d’être à la hauteur des États-Unis et des fantasmes d’agression qu’elle a nourri pendant la guerre froide5. Pour la seconde grande partie de son approche, on retiendra un exposé clair de l’impossibilité de réformer le système bureaucratique en dépit des efforts d’un Khrouchtchev, en particulier, ou une analyse pertinente de la révolte hongroise de 1956. En Europe de l’est, justement, le développement est national plus qu’inter-national, et les réformes économiques tentées finissent toutes par échouer, même en Hongrie, véritable pointe avancée en la matière. Toutes les difficultés des partis communistes occidentaux, tiraillés entre révisionnisme et conservatisme, sont bien exprimées par la situation du parti communiste italien, à l’ambivalence chronique6 (p. 204). L’URSS de Brejnev connaît dès lors une évolution riche en potentialités d’éclatement, que ce soit la mise en place d’une « féodalité soviétique » ou l’affirmation d’une société civile dans laquelle la dissidence trouve son terreau. En ce qui concerne le déclin des PC occidentaux, Georges Vidal lui attribue une cause sociale déterminante, la recomposition de la classe ouvrière (p. 288). Dans le récit de la crise finale du camp soviétique, il est intéressant de noter la déconnexion que l’auteur fait des événements de 1989 en Chine, selon lui davantage liés aux divisions internes du PCC qu’aux mutations alors en cours en URSS et en Europe de l’est. Enfin, le rôle central du « discours moral » (p. 344) dans les références des PC actuels et qui serait un élément clef de différenciation d’avec les partis socialistes nous paraît être un axe explicatif porteur.

Les points faibles de son étude tiennent d’abord à la nature de son objet7. Lorsque le PCC n’a, selon Georges Vidal, comme seule continuité historique que son rôle dirigeant et son nationalisme, la question de son identité réellement communiste mérite d’être posée, ce qui fragilise toute la structure de l’ouvrage, car Georges Vidal estime dès son introduction que l’idéologie des États communistes remplit un rôle qui n’est pas seulement incantatoire… Paradoxalement, d’ailleurs, il ne traite pas de plusieurs pays ayant pourtant choisi un temps l’affiliation au camp socialiste, Mongolie, Angola, Éthiopie, Afghanistan, Laos, Corée du nord, etc… Surtout, ce que l’auteur nomme les « dissidences » du communisme, auxquelles il consacre tout de même un chapitre entier, ne sont prises en considération que pour la période de l’entre-deux-guerres. Cela s’accompagne également de certaines erreurs8 et de conclusions fragiles. Comment peut-on affirmer que le trotskysme connut après la Seconde Guerre mondiale un « recul inexorable de son influence », en oubliant aussi bien la Bolivie que le Sri Lanka, sans parler des années 68… Quant aux communismes de gauche, ils sont de toute façon jugés, dès l’entre-deux-guerres, issus de « scissions sans avenir » (p. 123). De même, les maoïstes sont trop rapidement traités, particulièrement les organisations les plus amples sinon les plus singulières (en Inde ou au Népal, en particulier).

Néanmoins, la synthèse que nous propose Georges Vidal est de qualité, dans laquelle on discerne la patte plus personnelle de son auteur à travers l’insistance mise sur la dimension militaire, relativement complète sur le plan (géo)politique et socio-économique, bien que l’on puisse regretter que la dimension culturelle du communisme soit totalement délaissée9.

1 Voir dans notre revue électronique la recension de La grande illusion ? Le Parti communiste français et la Défense nationale à l’époque du Front populaire, Lyon, PUL, 2006.

2« Ainsi, dès sa fondation, la république des soviets est soumise à des forces profondes qui l’écartent d’un processus de démocratisation. » (p.26). On notera toutefois que l’exercice de la démocratie au sein du Parti bolchevique, au moins jusqu’au début des années 1920, semble en partie sous-estimé.

3A titre de comparaison, la Chine communiste serait sorti du totalitarisme avec Deng Xiaoping prenant les rênes du pouvoir.

4« Désormais, l’identité communiste en France est faite de la combinaison de quatre dimensions : sociale avec un enracinement ouvrier, territoriale avec une large assise municipale, nationale par la légitimation d’un discours républicain et patriotique, téléologique avec la république des soviets. » (p. 96).

5« Cette position paradoxale des Soviétiques qui sortent à la fois renforcés et affaiblis de la guerre explique l’attitude contradictoire adoptée par Staline qui désormais mène une politique de grande puissance tout en étant conscient de la vulnérabilité de l’URSS. » (p.157).

6Ce dans le même temps où, durant les Trente Glorieuses, « (…) leur culture politique atteint sa pleine maturité au terme d’un long processus de cristallisation de réseaux de sociabilités et de solidarités, qui leur assurent un solide enracinement dans les pays où le PC dispose d’une large base sociale. » (p.264). Ce que l’on peut relier à l’affirmation, selon nous fort juste, selon laquelle le PCF ne nourrissait aucune volonté de prise du pouvoir au moment de la crise de mai 68 (p. 272).

7Quelques erreurs ponctuelles ou analyses contestables peuvent également être relevées, mais elles sont relativement dérisoires au vu de l’ampleur du sujet embrassé : Leningrad existant dès 1921 (p. 36) ; l’oubli de l’opposition cristallisée autour de Rioutine au début des années 1930 (p. 38) ; la mise en parallèle des critiques de Rosa Luxemburg et de Karl Kautsky à l’égard des bolcheviques, alors que la première est fraternelle (p.56) ; un Staline antisémite dès les années 1930 (p.110) ; un massacre des communistes indonésiens en 1965 délaissé, alors qu’il fit au bas mot environ 500 000victimes..

8La définition de la révolution permanente incomplète (p.117), Nin catalogué trotskyste au moment de sa mort (p.119), Voix ouvrière existant dès 1939 (p.120), les scissions au sein du mouvement trotskyste expliquées surtout par une « logique permanente de conflit interne » et « un strict dogmatisme » (p.120) [voir sur ce sujet mon article « La nébuleuse trotskyste, ou le pullulement des micro-organisations », in Dissidences, volume 6 « Trotskysmes en France », avril 2009, p.171 à 188], un tableau erroné du trotskysme français (p.121) et une mention bien trop brève d’un trotskysme indochinois pourtant développé dans la seconde moitié des années 1930…

9Le format limité de l’ouvrage explique dans doute, en partie du moins, ce hiatus.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *