Marco Sazzetti, A Droite toute ! Le tournant des années 1980, Paris, Éditions d’Alternative libertaire, 2013, 104 pages, 8 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Avec ce petit opuscule, Alternative libertaire décide de replonger dans son passé, celui de l’Union des travailleurs communistes libertaires (UTCL), dont le préfacier et responsable de cette publication, Théo Rival, a récemment proposé une histoire1.

C’est à une sélection d’articles publiés dans le mensuel de l’UTCL, Lutter !, entre 1985 et 1990, que nous avons donc droit, tous signés de Marco Candore, alias Marco Sazzetti (en souvenir de Sacco et Vanzetti), mais également Lola Cosmetic (sic). Elle est complétée par une chronologie et quelques notices explicatives. En dehors de l’auteur, l’autre lien de tous ces articles, c’est le constat qu’ils font d’une droitisation de la vie politique, à travers une prose résolument militante (en témoigne à lui seul l’objectif avancé de « construire un antifascisme de masse et de classe », p. 77). L’analyse se penche ainsi sur les progrès du néo-libéralisme (relativisant à juste titre sa critique de l’État2), l’essor du Front national, vu comme menace fasciste explicite3, la porosité de ses thèmes avec la droite de gouvernement (les exemples du discours anti-immigrés d’un Jacques Chirac p. 34-35) avec l’accent mis sur le travail du Club de l’horloge4, mais également les complicités de la gauche5 et la banalisation du racisme6.

La question qui se pose, à la lecture de cette mince anthologie, est de savoir ce qu’elle apporte réellement, si ce n’est l’analyse militante d’une partie du mouvement libertaire actuel, par une sélection documentaire. Pour les historiens et chercheurs, ce corpus est malheureusement trop réduit, et de manière plus générale, l’éclairage peu novateur, en partie redondant avec les travaux quand même plus conséquents de François Cusset7 voire plus légers de Sébastien Fontenelle8.

1 Théo Rival, Syndicalistes et libertaires. Une histoire de l’Union des travailleurs communistes libertaires (1974-1991), Paris, Éditions d’Alternative libertaire, 2013, chroniqué sur notre blog.

2 « Le néo-libéralisme, lui, n’est en fait qu’une « nouvelle » version de l’État fort, exclusivement [souligné dans le texte] répressif, de toute évidence entièrement tourné – sans partage ni contrepartie – vers la défense des privilèges. » (p. 21).

3 Sur cette problématique, les mêmes éditions ont précédemment publié la synthèse de Larry Portis, Qu’est-ce que le fascisme ? Un phénomène social d’hier et d’aujourd’hui, Paris, Éditions d’Alternative libertaire, 2010, chroniqué dans notre revue électronique.

4« Le club de l’horloge, quant à lui, et c’est nouveau, avance sur des thèmes communs à toute l’opposition, de la droite « classique » à l’extrême droite : tout n’est ensuite que question de degrés. » (p. 19).

5« Mais le PC, ou le PS, savent très bien quelle est la résonnance politique d’un discours sécuritaire, fût-il « de gauche » (…) Le sacrifice des valeurs grâce auxquelles la gauche s’est hissée au pouvoir a de terribles retombées. Désorientée, une partie de l’électorat s’abstient, sans pour autant que les luttes de masse, hors institution, émergent de façon alternative. La tendance au repli, la dégénérescence du tissu social (…) se poursuivent de plus belle, aidées en cela par le discours cynique de l’État exaltant le profit capitaliste. » (p. 38-51-52).

6« Ce n’est donc même plus d’intégration dont il est en réalité question (…) Mais d’uniformisation dans une société qui semble supporter de moins en moins la différence, vivant celle-ci comme une contestation et donc une mise en péril potentielle. » (p. 73).

7François Cusset, La Décennie. Le Grand cauchemar des années 1980, Paris, La Découverte, 2008, chroniqué sur notre ancien site.

8Sébastien Fontenelle, Vive la crise ! : ou l’art de répéter (inlassablement) dans les médias qu’il est urgent de réformer (enfin) ce pays de feignants et d’assistés qui vit (vraiment) au-dessus de ses moyens, Paris, Seuil, 2012.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *