Alexandre Bogdanov, L’Etoile rouge / L’Ingénieur Menni, Lausanne, L’Âge d’homme, 1985 (édition originale 1908 et 1912), 344 pages, 17 €.

Un billet de Jean-Guillaume Lanuque (II)

Alexandre Bogdanov (1873-1928) est surtout connu des spécialistes de l’histoire de la Russie contemporaine pour avoir été une des personnalités dirigeantes du Parti bolchevique, cible de Lénine dans son pamphlet Matérialisme et empiriocriticisme, au-delà de la figure de Ernst Mach. Partisan, comme son camarade Lounatcharski, des « constructeurs de Dieu », il s’investit dans la construction de la Russie révolutionnaire, devenant professeur d’économie à l’Université de Moscou, directeur de l’Académie des sciences sociales, membre du Conseil de l’économie nationale, et impulsant la création d’un novateur Institut des transfusions sanguines. Précurseur de la cybernétique au milieu des années 1910 avec sa tectologie, c’est un personnage étonnant, ayant suscité l’intérêt du romancier (et historien) Philippe Videlier qui le met en scène dans une des nouvelles de son recueil Le Jardin de Bakounine et autres nouvelles de l’Histoire1. Un des éléments qui a particulièrement retenu l’attention de Philippe Videlier n’est autre qu’un des romans de science-fiction écrits par Bogdanov, L’Etoile rouge, première partie d’un diptyque dont la seconde partie s’intitule L’Ingénieur Menni.

L’Etoile rouge restitue la narration d’un personnage censé être très proche de Bogdanov lui-même, militant bolchevique qui, en ces lendemains de révolution de 1905, voit s’approcher la crise finale de l’ordre dominant, mais également la fin de son couple. Au milieu de cette déchirure conjugale, Menni, un autre militant qui se révèle être en réalité un représentant du peuple des Martiens, plus avancé que le nôtre. Ayant décelé les potentialités du narrateur, il le convie à un voyage sur sa planète. Classique, ce choix de la planète rouge répond à une attraction contemporaine stimulée par les hypothèses de Schiaparelli, nommément cité ici. Alexandre Bogdanov privilégie une prose assez plate, descriptive, qui se contente d’accumuler les tableaux de la société martienne, presque sans élément romanesque (l’accident durant l’aller vers Mars, la romance avec une Martienne, ou l’assassinat final sont de rares exceptions). Il manifeste un intérêt certain pour les sciences, souligne l’esthétisme des machines industrielles, et envisage la relation entre l’homme et la nature comme un affrontement prométhéen, une véritable lutte pour la survie, où les destructions écologiques ne peuvent être assimilées que par de nouveaux progrès de l’inventivité humanoïde. Sa civilisation martienne maîtrise ainsi la désagrégation du radium et l’antimatière, moteurs de leurs éthéronefs2. On est ici dans une société industrielle plus proche de Bellamy que de Morris3.

Surtout, ces Martiens ont atteint un stade socialiste d’évolution, vision de l’« avenir meilleur » (p. 47) qui attend la Terre. Bogdanov retrace le cheminement ayant conduit Mars à cette acmé, les critères géographiques ayant joué un rôle crucial. Car si la succession des modes de production fut à peu près la même que sur Terre, l’esclavage y demeura inconnu, et le passage au socialisme se fit en douceur, sans opposition violente des anciennes classes dominantes. Un contraste que Bogdanov explique par la nature plus hostile de Mars, encourageant la solidarité, et le moindre obstacle des reliefs qui ne donna pas naissance à des patriotismes aussi poussés que les nôtres4. L’esprit collectif l’emporte ainsi plus aisément sur l’individualisme (« Créateur, chaque travailleur l’est, mais dans chaque travailleur, c’est l’humanité et la nature qui créent. », p. 43), à l’exception des enfants, pris en charge dans des institutions spécialisées pratiquant une pédagogie au moins en partie libertaire5. Le travail productif est supervisé via des statistiques détaillées6 à partir desquelles chacun se positionne spontanément, la journée de travail allant de 6 à 15 heures pour les plus motivés. Le suicide assisté est ici parfaitement accepté, et les transfusions sanguines régulières ont comme résultat d’allonger de manière notable l’espérance de vie7. Alexandre Bogdanov a même imaginé le cinéma en 3D, mais il ne le décrit que pour visionner des pièces de théâtre… Les révélations finales de L’Etoile rouge montrent cependant que l’auteur non seulement ne voit pas le socialisme comme un paradis sans nuages, mais qu’il est capable d’une grande capacité d’anticipation politique. Il prend en effet en considération les difficultés de la révolution mondiale, éclatée en autant de situations nationales diverses, et imagine l’hypothèse d’une révolution socialiste isolée, montrant ce faisant beaucoup de pertinence8.

Le second roman, L’Ingénieur Menni, date de 1912, et plutôt qu’une suite de L’Etoile rouge, il s’agit de ce qu’on appelle aujourd’hui une préquelle. Introduit par le narrateur précédent, ce livre dans le livre se présente comme un roman historique écrit par un des personnages de L’Etoile rouge. L’action se déroule trois cents ans en arrière, et met en scène Menni, un aïeul du Menni présent dans le précédent roman. Mars est alors au crépuscule du capitalisme, et Menni imagine des projets titanesques de transformation planétaire : creuser des canaux de manière à accroître les surfaces irriguées. Il se retrouve toutefois en butte aux revendications ouvrières et aux machinations des trusts capitalistes. Devenu meurtrier, il est emprisonné, mais finit par reprendre la direction des travaux avant de céder la place à son fils, Netti, et de se suicider, avec le sentiment du devoir accompli. Ces personnages hautement symboliques sont autant d’illustrations des engagements de classe, Menni, le bourgeois prisonnier de ses préjugés qui s’efforce pourtant de voir au-delà, en particulier dans le sens d’une œuvre collective9, et Netti, le militant socialiste qui incarne la sève nouvelle. Il y a beaucoup de didactisme dans ce roman, et l’on y trouve des développements sur la conscience pour soi / conscience en soi de la classe prolétarienne, la défense des syndicats comme avant-garde du collectif, la critique de la science bourgeoise éclatée en spécialités face à une science prolétarienne à bâtir (s’annonce ici le mouvement du Proletkult), etc…

Sans préjuger de l’édition originale, il est regrettable que cette version française n’ait pas incorporé des cartes du Mars de Schiaparelli, car les lieux cités par Bogdanov sont légions. Il est également dommage que la postface, signée, comme la préface et la traduction, de Catherine Prokhoroff, s’intéresse surtout aux débats philosophiques entre Lénine et Bogdanov, sans jamais tenter d’évaluer la postérité critique des deux romans… L’Ingénieur Menni est toutefois qualitativement inférieur à L’Etoile rouge, du fait à la fois d’une narration plus laborieuse, et d’une intrigue que l’on aurait parfaitement pu transposer sur Terre, avec un De Lesseps en lieu et place de Menni. Au détour d’une page, cependant, Alexandre Bogdanov esquisse le tableau d’un Mars du lointain avenir à l’ampleur véritablement cosmique : l’espèce humanoïde finissante décide en effet de se suicider via l’explosion de la planète, par le biais de laquelle les autres formes de vie intelligente dans l’univers, trop lointaines pour autoriser un contact par expédition spatiale, bénéficieront de témoignages gravés des apports de la civilisation martienne ; on a là comme une prescience du message porté par la sonde Pioneer 10, voire même de la panspermie chère à certains auteurs de science-fiction…

1Chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/4364

2Beau néologisme, dont se rapprochera peut-être sans le savoir l’éthérodrome de Jacques Spitz…

3« (…) c’est pourquoi la philosophie sera dépassée sur Terre comme elle l’a déjà été chez nous par le monisme de la science. » (p. 148).

4L’exposition plus importante de la Terre au rayonnement solaire est une autre raison invoquée, car elle favorise la diversité et la vitalité de la vie sous toutes ses formes, entraînant par là même luttes et conflits entre elles.

5L’autonomie des enfants est largement favorisée, tout comme la cohabitation de jeunes d’âges différents visant à favoriser l’entraide.

6Dans cette société, toutefois, l’accumulation bureaucratique de la paperasse est énergiquement combattue.

7« (…) l’échange entre camarades de vie non seulement sur le plan idéologique mais aussi sur le plan de l’existence physique… » (p.101).

8« Mais même là où le socialisme se maintiendrait et vaincrait, son caractère en serait profondément et pour longtemps altéré par les longues années d’état de siège, les indispensables terreurs des armées, et leur conséquence inévitable en serait un patriotisme barbare. » (p. 140-141).

9« Vous combattez pour une cause, vous considérez qu’il est juste et sage de sacrifier des milliers de vies aujourd’hui pour que des millions d’hommes soient plus libres dans le futur. L’ingénieur Menni, homme de science, pensait la même chose que vous, hommes de travail. » (p. 240). 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *