Clifford D. Conner, Histoire populaire des sciences (A People’s History of Science : Miners, Midwives, and « Low Mechanicks »), Montreuil, L’échappée, 2011 (2005 pour l’édition originale), 560 pages, 28 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

C’est un ouvrage majeur que les éditions L’échappée publient, un des travaux les plus convaincants de ce genre historiographique qu’est en train de devenir l’histoire populaire, et un livre dont on ressort grandi et nanti d’une vision différente sur l’histoire des sciences (ces dernières entendues au sens large, incluant également les techniques). La problématique de Clifford D. Conner peut s’énoncer brièvement : à l’opposé de toute encomiastique, montrer que les progrès scientifiques résultent avant tout d’une masse d’anonymes, plus que de « génies » individuels, les impulsions nécessaires provenant d’abord des techniques (la pratique précédant la théorie et non l’inverse).

Débutant son étude par la préhistoire, l’auteur pose comme postulat l’égale intelligence des humains entre cette lointaine époque et aujourd’hui, et présente les premières connaissances scientifiques comme étant à la fois plus étendues que l’on pourrait le croire et maîtrisées collectivement (une forme alternative de communisme primitif, en somme !). Ainsi, il voit dans l’élaboration des techniques de pistage le prototype de la méthode scientifique, et développe l’impressionnant exemple des premières populations du Pacifique, aux connaissances maritimes particulièrement avancées (justifiant l’idée d’un peuplement volontaire et non accidentel des nombreuses îles de cet océan). Clifford D. Conner repère également dans le tissage, la poterie et la métallurgie des découvertes d’origine féminine, et il défend même l’idée d’une élaboration des premières écritures grâce aux agriculteurs et artisans plutôt qu’aux prêtres, et celle des chiffres indiens par des comptables anonymes… au risque peut-être de tordre le bâton de l’invention dans l’autre sens ?

Avec les débuts de la civilisation, ce savoir partagé se voit en partie accaparé par des élites, à l’instar du surproduit qu’elles consomment. Un autre des mérites de l’ouvrage de Clifford D. Conner réside dans son effort de réhabilitation de l’apport des autres aires géographiques, loin de cet européocentrisme persistant. Sont par exemple mis en valeur le travail considérable des premiers agriculteurs amérindiens dans la domestication et l’hybridation de bien des espèces actuelles, ou les avancées chinoises, sources de la révolution scientifique européenne (l’imprimerie, la technique du forage, les théories de Newton ou Harvey, la poudre à canon…). A l’inverse, il se dresse contre le mythe du « miracle grec », dont il rappelle l’origine dans le racialisme du XIXe siècle (même si on peut lui objecter qu’il ne se résume pas à cela), en souligne l’aspect syncrétique[1], et oppose surtout en son sein les Lumières des pré-socratiques à la réaction incarnée par Pythagore ou Platon, qui auraient retardé le progrès des sciences pour deux millénaires ![2]

A cet égard, Clifford D. Conner partage avec Chris Harman (Une histoire populaire de l’humanité[3]) la perception du retard de l’Europe au Moyen Âge comme un atout, ici l’espace de liberté laissé par la féodalité aux marchands, par le biais desquels les progrès scientifiques vont se développer (ainsi de la généralisation des chiffres indiens). L’influence du marxisme est d’ailleurs sensible dans cette Histoire populaire des sciences, pour laquelle le contexte et les forces sous-sous-jacentes sont supérieurs au génie individuel. La révolution scientifique qui se développe en Europe à partir du XVe siècle s’appuie là encore sur les gens du commun : sur les marins davantage que sur Henri le navigateur, dont la légende dorée ressort irrémédiablement noircie ; sur la lunette et le chronomètre, inventions qui n’ont rien à voir avec les élites intellectuelles. Clifford D. Conner voit en effet dans les artisans le substrat matériel de cette révolution, le « stimulus indispensable à la « philosophie mécaniste » » (p. 272-273) ; d’autant qu’avec la généralisation de l’imprimerie, ces artisans produisent une importante littérature en langue vernaculaire, que sut utiliser la frange la plus ouverte de l’élite. Dans cette époque moderne, on retrouve la même opposition que dans la Grèce archaïque et classique, entre les tenants d’une science populaire et subversive (Paracelse) et les défenseurs des dominants et de l’ordre social existant (Bacon ou Newton).

A partir du XVIIIe siècle, surtout, Clifford D. Conner nous explique la dépossession des savoirs populaires à travers la prolétarisation menée au profit de la technoscience, tant décortiquée par le collectif Pièces et main d’œuvre (publié chez le même éditeur). Il y aurait selon lui coïncidence entre cette confiscation et le passage du féodalisme au capitalisme. Toutefois, prendre l’exemple d’Isaac Newton[4], dont les découvertes répondaient aux problèmes techniques du capitalisme alors en plein essor, nous semble insuffisamment convaincant. De même, l’opposition entre orthodoxie scientifique, à base de mathématiques et de physique, et ces hétérodoxies que seraient le mesmérisme ou les médecines douces et alternatives laisse songeur, tant ces dernières peuvent s’accompagner d’une certaine dose de charlatanisme. A compter du XIXe siècle, la science est quasiment et définitivement soumise au capital, si ce n’est le rôle persistant d’artisans dans les débuts de la révolution industrielle, que ce soit par l’invention du coke, la découverte du gaz, l’élaboration de la machine à vapeur par Newcomen et Watt, ou la fondation de la géologie anglaise avec le géomètre Smith.

Le XXe siècle est par contre abordé d’une manière plus impressionniste, d’autant que Clifford D Conner considère à tort que la « confiance absolue dans les bienfaits de la science » (p. 419) persiste au moins jusqu’en 1945[5]. Insister surtout sur les dangers de la sociobiologie, vue comme un fatalisme génétique[6] et sur les limites de la révolution verte, qui ne s’est pas accompagné de la nécessaire réforme sociale afin de solutionner le problème de la faim, sont autant d’occasions de souligner la nécessaire méfiance vis-à-vis de scientifiques à l’objectivité alibi. Au cœur de sa critique, le complexe scientifico-industriel, parangon de la collusion entre recherche et profit, qui remplace le complexe militaro-industriel en tant que première source de dépenses en recherche aux États-Unis[7]. Clifford D. Conner y oppose les derniers exemples de science populaire en informatique, fruits des programmeurs, et témoignant donc toujours de la priorité de la pratique sur la théorie. Pour autant, il ne nourrit aucune illusion sur le potentiel émancipateur de l’outil informatique, inévitablement digéré par le système, et conclut sur une nouvelle déclinaison de l’alternative « socialisme ou barbarie »…

Ouvrage ample, précieux en dépit de ses thèses parfois plus discutables, l’Histoire populaire des sciences est aussi une réflexion historiographique, qui met en avant le rôle de précurseur tenu par Edgar Zilsel et braque ses feux contre les universitaires, accusés de défendre le rôle des savants dont ils seraient d’une certaine manière les successeurs, une vision assurément trop manichéenne.



[1]              Une tendance également représentée par l’anthropologue Jack Goody, auteur de Le vol de l’histoire. Comment l’histoire a imposé le récit de son passé au reste du monde (prochainement chroniqué sur ce blog).

[2]              Nonobstant la part d’exagération polémique, on notera le parallèle qu’il y a entre la réflexion de Clifford D. Conner et celle de Michel Onfray dans son premier tome de sa Contre-histoire de la philosophie (Les sagesses antiques, chroniqué sur notre ancien site).

[3]              Ouvrage chroniqué sur ce blog de Dissidences

[4]              Il attribue d’ailleurs à Newton cette citation célèbre, qui est en fait de Bernard de Chartes au XIIe siècle : « des nains sur des épaules de géants ».

[5]              L’apocalypse de la modernité d’Emilio Gentile (chroniqué dans notre Bibliothèque des comptes rendus d’août 2011, http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1365 ) ou la méfiance vis-à-vis de la science sensible dans la littérature de science-fiction pré 1914 suffisent à infirmer cette affirmation.

[6]              A ce sujet, voir André Pichot, La société pure. De Darwin à Hitler (chroniqué dans notre Bibliothèque des comptes rendus de novembre 2011, http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1483).

[7]              « Les frontières entre recherche publique, industrielle et universitaire n’ont cessé de se brouiller. Il en résulte que l’argent public versé aux universités sert à produire des connaissances qui deviennent ensuite la propriété privée des grandes entreprises » (p. 443).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *