Bernard Quiriny, Les assoiffés, Paris, Seuil, collection « Points », 2010, 416 pages, 7,70 €

Un compte rendu par Jean-Guillaume Lanuque

Jeune et prometteur auteur belge, Bernard Quiriny s’est surtout fait remarquer par des nouvelles mêlant fantastique et humour. Avec Les assoiffées, il livre son premier roman, une uchronie dystopique[1] à la forme prenante mais au fond plus problématique. Le point de divergence principal se situe en 1970, lorsqu’une révolution pacifique renverse l’État néerlandais, puis belge, instituant à la place un empire sororal, qui s’étend sur la totalité du Benelux. Peu à peu, ce régime révolutionnaire choisit de s’isoler du reste du monde, y compris de ses partis sœurs dans les autres pays. Le roman débute en cette année 2010 alternative, lorsqu’un intellectuel français bruyant et voyant, Gould, parvient à négocier une visite en plein cœur de l’empire le plus fermé de la planète. Pour l’accompagner, il choisit Langlois, un jeune journaliste prometteur, Golanski, patron de presse influent, Bordeaux, militant féministe, Alvert, vétéran(e) de la lutte politique, et Lotte, membre majeure du PFF (Parti féministe français). Le récit alterne alors entre témoignages des divers participants, dont certains vont se faire prendre dans les rets de la propagande (de la même façon que ces visiteurs de la Corée du nord filmés dans des reportages télévisuels), mis en parallèle avec le journal intime d’une habitante de l’empire féminin, une vue de l’intérieur qui a de quoi faire trembler, d’autant que cette femme se retrouve peu à peu  introduite dans les sphères du pouvoir. On peut toutefois s’interroger sur la cohérence de ce choix narratif, car conserver un journal aussi compromettant en plein cœur du palais de Judith, jusque dans son train personnel, en noircissant ses pages devant ses plus proches camarades, a tout du suicide recherché !

Cet État, dont l’isolement total manque d’ailleurs de crédibilité (comment imaginer maintenir un isolement absolu en 2010 ? Et pourquoi aucune mention n’est-elle faite de l’Internet ?), est en effet le décalque parfait des régimes anciennement « communistes », à l’image de la Corée du nord en particulier. Le pouvoir est autocratique, héréditaire (l’actuelle Bergère – sic – Judith étant la fille de la première dirigeante Ingrid) et totalitaire, les deux femmes ayant droit à d’innombrables statues, dont deux qu’il convient de fleurir, exactement comme celle de Kim Il Sung à Pyong Yang. La mythologie politique, ici seulement effleurée (quid du véritable déroulement des choses ?), règne en maîtresse, comme pour l’épisode de la Grande Marche sur Bruxelles, et Judith, à l’instar de Mao ou de Kim Jong Il, s’entoure d’un véritable harem. Les Brigades, simili Gardes rouges, font office de police politique, la propagande et le culte de la personnalité sont reines, entre autres grâce à des chorégraphies méticuleusement élaborées et une censure des livres. Le rationnement contraint les habitants à une vie de privations, tandis que la plus grande autoroute du pays est pratiquement inutilisée et que les agents de circulation officient à vide. La mise en scène des enfants pour l’accueil des visiteurs étrangers est pratiquée sans scrupules, tout comme les « villages Potemkine ». La figure de l’opposante, ancienne bras droit d’Ingrid devenu renégate, Beatrix, rappelle Trotsky aussi bien que le Goldstein d’Orwell dans 1984. On a même droit à un accident nucléaire évocateur de Tchernobyl, à l’utilisation de sosies par Judith et à une fin très proche de celle du couple Ceaucescu.

On l’aura compris, le parallèle est appuyé, trop même, tant cette critique sous-jacente du stalinisme, pour nécessaire qu’elle soit car incarnant un danger toujours possible pour une révolution victorieuse, peut être assimilée à un combat d’arrière-garde. Heureusement, Les assoiffées parvient à maintenir constamment l’intérêt du lecteur grâce à une intrigue dynamique et l’originalité du substrat de son régime, un féminisme radical, poussé à l’extrême, ce qui nous vaut quelques images saisissantes (le cimetière virtuel de toutes les femmes victimes du sexisme) et quelques idées peut-être insuffisamment approfondies (les projets de fécondation sans hommes ou de grossesse masculine). La discrimination vise donc ici les hommes, devenus esclaves des femmes, et même pour certains condamnés à agoniser dans de véritables mouroirs. Toutefois, dans ce cauchemar d’un féminisme exacerbée jusqu’à l’absurde, on se demande quel est le message véhiculé par Bernard Quiriny : s’agit-il, derrière la mise en garde contre le fanatisme, d’une critique du féminisme revendicatif et activiste des années 68, pourtant largement nécessaire et utile ? On peut le penser, à travers les allusions au lesbianisme (le mariage autorisé se fait désormais entre femmes) ou aux modifications de la langue afin de la féminiser, ici plus proche de la fameuse novlangue que de l’indispensable retour critique sur un langage dont l’essence même est d’évoluer. Cette ambiguïté laisse un petit goût amer une fois le roman refermé.


[1]    Rappelons que l’uchronie « prend un événement historique et imagine ce qui se serait passé s’il n’avait pas eu lieu ou si son résultat avait été autre (…) », Catriona Seth, « Histoires du non-temps », La Quinzaine littéraire, n° 1066, 1er-31 août 2012, p. 14. Un récit dystopique décrit un monde et un avenir sombres.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *