Thierry Guilabert, Gracchus Babeuf (1760-1797). Biographie non-autorisée. L’égalité ou la mort, Saint-Georges-d’Oléron, les Éditions libertaires, 2011, 256 pages, 15 €

Compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Après avoir livré un portrait de Jean Meslier et de sa pensée révolutionnaire (Les aventures véridiques de Jean Meslier, chroniqué sur notre ancien site[1]), Thierry Guilabert s’intéresse à Gracchus Babeuf, personnage essentiel sur lequel bien des travaux ont déjà été réalisés. Citons en particulier la biographie déjà ancienne du soviétique Victor Daline[2] ou celles plus récentes de Jean-Marc Schiappa ou de Françoys Larue-Langlois[3]. Ici, le récit, très vivant, ponctué de nombreux extraits des écrits de Babeuf (y compris sa correspondance privée), porte avant tout sur la personnalité du révolutionnaire.

On assiste ainsi à l’échec de l’ascension sociale d’une des rares figures d’envergure de la Grande Révolution d’origine pauvre, à travers son travail de feudiste[4]. C’est d’ailleurs simultanément que ses premières idées communistes sont énoncées, sous la forme de fermes collectives, au sein desquelles régneraient solidarité et surveillance mutuelle. Dans le cours de la Révolution, Babeuf s’investit d’abord dans la lutte pour l’abolition pleine et entière des droits féodaux, non réalisée par la fameuse nuit du 4 août (voir Kropotkine, La Grande Révolution[5]). Il devient progressivement républicain, jusqu’à se rapprocher de Chaumette ou Maréchal en 1793, lorsqu’il travaille aux subsistances et adopte le patronyme de Babeuf. Effectuant d’importants séjours en prison, en particulier sous la Grande Terreur, il devient par la suite l’animateur inlassable et forcené du Tribun du peuple, incarnant cette importance du journal révolutionnaire qui allait tant marquer un Lénine.

Ce que Thierry Guilabert salue chez Babeuf, c’est la centralité de l’égalité dans sa pensée, sociale aussi bien que sexuelle, ainsi que sa défense des droits du peuple et des libertés, allant même jusqu’à la haute exigence de son rôle de père. A l’inverse, il brocarde sa prétention et manifeste une grande défiance lorsque Babeuf fait l’apologie de la dictature de Robespierre, défend les colères du peuple, évoque un complot du gouvernement révolutionnaire visant à détruire la Vendée afin d’éviter la famine au reste du pays (sic)[6] ou critique le principe d’un contrôle de l’État sur la culture[7]. On ne trouvera toutefois pas dans ces pages la contribution de Babeuf à l’histoire du mouvement communiste, en positif ou en négatif (la sous-estimation de la complexité sociale, parfois réduite à une simple opposition entre riches et pauvres). Certes, faire l’histoire des idées en négligeant la dimension humaine de ceux qui les ont portées est le meilleur moyen d’aboutir à une histoire désincarnée, mais se contenter de l’analyse personnelle et psychologique d’un homme, maillon de la lutte pour l’émancipation, sans prendre suffisamment en compte la portée de ses écrits et de son action, c’est également renoncer à une histoire collective utile au profit du tableau d’un homme qui n’est finalement que cela.


[2]              Victor Daline, Gracchus Babeuf, Moscou, Éditions du Progrès, 1976.

[3]              Jean-Marc Schiappa, Gracchus Babeuf avec les Égaux, Paris, les Éditions de l’Atelier, 1991, et Françoys Larue-Langlois, Gracchus Babeuf : Tribun du peuple, Paris, Le Félin, coll. « Les marginaux », 2003.

[4]              Les feudistes sont des juristes, recrutés par les seigneurs, spécialisés dans le droit féodal et les droits seigneuriaux.

[5]              Ce livre est chroniqué dans notre Bibliothèque des comptes rendus de février 2012 sur http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1822

[6]              Cette prise de position ponctuelle de G. Babeuf , La Guerre de la Vendée et le système de dépopulation, a d’ailleurs été rééditée en 2008 aux éditions du Cerf, sous la houlette de Reynald Secher, inventeur du « génocide » vendéen et Stéphane Courtois.

[7]              L’exemple qu’il prend n’est toutefois pas si simple : en effet, lorsque Babeuf critique les pièces de théâtre jouées en Picardie dans une République naissante comme insuffisamment républicaines, justement, il est indispensable de tenir compte de la nécessité d’ancrer le nouveau régime au sein d’une population de province loin d’être unanime sur la question.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *