Elena Poniatowska, La nuit de Tlatelolco. Histoire orale d’un massacre d’État, Toulouse, Éditions C.M.D., 2014. Traduit de l’espagnol (Mexique) par Marion Gary et Joni Hocquenghem, sous la coordination d’Anna Touati, 327 pages, 25 €.

Un compte rendu de Jean-Paul Salles

Dans le supplément électronique à notre revue Dissidences sur Mai 68 (n° 5, « Mai 68. Aspects régionaux et internationaux », octobre 2008), nous regrettions que l’ouvrage d’Elena Poniatowska, paru en 1971 – traduit en anglais dès 1975 – n’ait pas encore été traduit en français1. Voilà l’anomalie réparée et bien réparée ! L’objet livre est beau, la traduction parfaite. Des notes de bas de page viennent renseigner le lecteur, la chronologie et le glossaire bien utiles, les nombreuses photos éclairantes. Mais un index en aurait fait un instrument de travail encore plus utile. Un exemple : on aurait ainsi pu suivre les étapes du calvaire du jeune professeur Eli de Gortari (voir pages 122, 124, 125, 171 etc…).

Car la répression fut terrible, avec des dizaines de morts, des incarcérations de longue durée. C’est un véritable traquenard que les forces de répression ont monté à l’occasion d’un meeting à Tlatelolco, cette Place des Trois Cultures située au centre de Mexico le 2 octobre 1968. Armes lourdes, hélicoptère armé, tirs sans sommation, provocateurs, tout a été utilisé pour « casser » un mouvement étudiant qui durait depuis juillet et qui ne cessait de s’amplifier. Or, les Jeux olympiques de Mexico étaient sur le point de s’ouvrir. Le gouvernement voulait que l’ordre règne !

La journaliste E. Poniatowska, née d’une mère mexicaine et d’un père polonais, a eu l’énorme mérite de réaliser de nombreux entretiens avec les étudiants et les professeurs emprisonnés. Elle émaille aussi son livre d’autres entretiens, d’articles de presse, ou simplement de titres de journaux, d’où l’impression parfois de « patchwork ». Cet ouvrage s’apparente, par la démarche, au recueil de tracts que les historiens Jean Maitron, Madeleine Rebérioux, Michelle Perrot ont publié peu après 682. La comparaison est éclairante : même combativité, même mouvement de masse, même volonté de se lier à la classe ouvrière, à Mexico les cheminots en lutte. Mêmes débats entre le parti communiste, les maoïstes, les trotskystes, les « spartacos » (sic, p. 141). Mais à Mexico, la répression fut incomparablement plus forte et plus longue qu’à Paris. Les Granaderos, équivalent des CRS, utilisaient les armes à feu et pas seulement des bidules et des lacrymos. Elle fait plutôt penser à celle qui sera déclenchée 3 ans plus tard à Santiago du Chili : arrestations arbitraires, coups, humiliations, tortures même. Longtemps après les événements, les autorités continuent à régler les comptes avec les dirigeants du mouvement, membres du CNH (Conseil national de grève). Il arriva parfois que, dans les prisons, « les droits communs » soient lancés contre « les politiques ».

Une brutalité qui n’a pas disparu du Mexique, les 43 élèves-instituteurs de l’École normale d’Ayotzinapa enlevés et certainement brûlés en témoignent. Là aussi, ce sont les responsables politiques, le maire d’Iguala élu sous la bannière du Parti de la Révolution démocratique (PRD, classé à gauche, dans l’opposition) et son épouse, sœur de narco-trafiqaunts notoires, qui sont à l’origine de ce massacre.

Un livre utile donc, d’une très belle facture, mais qu’il faut percevoir avant tout comme un recueil de sources.

1Voir Franck Gaudichaud et Jean-Paul Salles, « Mexique 1968. Une bibliographie, 40 ans après », http://www.dissidences.net/documents/complement_vol5_biblio_mexique.pdf

2« La Sorbonne par elle-même. Mai-Juin 68 », Le Mouvement social, n° 64, juillet-septembre 1968.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *