Gaetano Manfredonia, Histoire mondiale de l’anarchie, Paris / Issy-les-Moulineaux, Textuel / Arte éditions, 2014, 290 pages, 45 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Cette Histoire mondiale de l’anarchie est à la fois une bonne synthèse de l’histoire contemporaine de l’anarchisme et un superbe ouvrage, à classer aux côtés du Révolutions coordonné par Mathilde Larrère1. Son auteur, l’historien Gaetano Manfredonia, est un spécialiste reconnu du sujet, qui a livré entre autre un « Que Sais-je ? » sur l’anarchisme en Europe, en plus d’avoir collaboré au Dictionnaire Maitron. Le propos s’articule en trois grands ensembles.

Le premier, « A la conquête d’un monde nouveau », s’arrête en 1914. Loin de chercher les origines les plus lointaines possibles à l’anarchie, Gaetano Manfredonia pose comme consubstantielle à l’émergence de l’âge industriel la cristallisation d’une doctrine anarchiste, caractérisée par le refus de l’État et l’objectif d’une auto-émancipation des individus, et se différenciant donc des mouvements socialistes par la question des moyens à utiliser pour faire advenir la société idéale. S’il évoque certains prédécesseurs, tel William Godwin, il fait avant tout de Proudhon le père de l’anarchie, en tant que celui ayant le premier revendiqué le terme et défini les cibles privilégiées : l’État, le capital et la religion. Parmi les autres grandes figures de ce courant politique, on en trouve certaines nettement moins connues que Bakounine, Reclus, Malatesta, Louise Michel (pionnière du drapeau noir) ou Kropotkine, par exemple : Joseph Déjacque, féministe et inventeur du terme libertaire2 ; Bernard Lazare, intellectuel juif un temps favorable au sionisme naissant ; Johann Most, défenseur de l’action violente et de la propagande par le fait, qui eut une certaine influence sur le mouvement ouvrier des États-Unis ; Leda Rafanelli, italienne ayant vécu en Égypte, et qui mèle anarchisme et islam… Les étapes clefs que sont la création de la Première Internationale et la Commune de Paris sont bien sûr traitées, mais au moment de la scission de l’AIT en 1872, l’anarchisme ne se décline pas encore en mouvements nationaux dignes de ce nom. Un des grands mérites du livre est en effet d’illustrer la capacité d’adaptation de l’anarchisme à des pays et des cultures diverses. On découvre de la sorte l’implantation de l’anarchisme au Mexique entre 1860 et 1880, sur fond de révoltes paysannes (et ce avant le zénith de Ricardo Flores Magon), en Argentine (un quotidien anarchiste est publié au début du XXe siècle), en Bulgarie (avec un essai de vie anarchiste suite à une insurrection en 19033), au Japon avec Kôtoku Shûsui (pendu au début du XXe siècle) ou en Chine (Ba Jin dans les années 1920 et 1930), dans les deux cas sur des idées proches de celles de Kropotkine. Gaetano Manfredonia insiste également sur la dimension réformatrice de l’anarchisme, une thèse qui ne va pas sans quelque grossissement4. Dans son récit de l’époque de la propagande par le fait, il insiste beaucoup sur le poids d’un contexte répressif5, et aborde également l’essor de l’anarcho-syndicalisme6, avec la figure de Fernand Pelloutier ou la fondation de la CNT espagnole en 1910, ainsi que les efforts de changements des mœurs (milieux libres7, éducation, sexualité, etc…). Même l’art et ses relations avec l’anarchisme n’échappent pas à la sagacité de l’auteur, l’art social en particulier, qui vise à populariser les arts plastiques (via des visites guidées de musées), mais aussi à faire s’épanouir les velléités artistiques de tout citoyen et à se ré-approprier les arts décoratifs (dans la lignée d’un William Morris).

La seconde partie de l’ouvrage se concentre sur les deux guerres mondiales et l’entre-deux-guerres, période de « l’espoir brisé ». Plus que les attitudes durant la Première Guerre, qui suivent finalement une ligne de faille similaire à celle des socialistes (ralliés au militarisme, pacifistes et partisans d’une guerre révolutionnaire), Gaetano Manfredonia se penche sur la période révolutionnaire en Russie, évoquant les rapprochements d’un certain nombre d’anarchistes avec les bolcheviques mais surtout l’opposition entre ces deux camps, non sans condamner très clairement Lénine et les communistes, d’une manière que l’on peut juger un peu rapide. Après quelques germes d’espoir supplémentaire, ainsi de la Bavière des conseils dans laquelle les anarchistes Gustav Landauer et Erich Müsham jouent un rôle de premier plan, ou de la fondation de l’AIT anarcho-syndicaliste en 1923, le tableau qui domine est celui de la répression et de l’échec, tout au moins jusqu’à l’« aurore espagnole »8. Quant à la troisième partie, « La lutte continue », elle court de 1945 à aujourd’hui, et apparaît comme la plus originale, celle qui suscitera également à coup sûr le plus de discussions. Gaetano Manfredonia y défend en effet une vision large de l’anarchie, délaissant pour une bonne part le mouvement anarchiste proprement dit, dont les différentes incarnations organisationnelles, les scissions ou les regroupements sont souvent invisibles (on notera cependant des développements intéressants sur les anarchistes à Cuba, impliqués dans la révolution mais se heurtant très vite au cours castriste, ou sur le penseur écologiste radical Murray Bookchin). Rappelons que le livre s’intitule bien Histoire mondiale de l’anarchie, et non Histoire mondiale de l’anarchisme… En lieu et place, l’influence diffuse, par capillarité, sur les situationnistes, les expériences autogestionnaires de LIP et des kibboutz originels, ou les communautés des années 1970, une vision d’un ensemencement général qui prête le flanc à l’accusation de dispersion ou d’excès (George Orwell) et ne traite pas de figures médiatiques se réclamant pourtant du courant libertaire (Michel Onfray). Dans sa conclusion, d’ailleurs, Gaetano Manfredonia se révèle très mesuré dans les perspectives d’avenir de l’anarchisme, accordant davantage d’importance à sa capacité réformatrice qu’à l’avènement d’un Grand Soir…

Cette Histoire mondiale de l’anarchie n’est pas pour autant la synthèse de référence qu’on aurait pu attendre. Les limites concernent d’abord les textes. Le plus souvent, en effet, Gaetano Manfredonia n’évoque pas les ambiguïtés de certains de ses personnages ou mouvements9 : ainsi de Proudhon, mais également du mouvement makhnoviste, ou du thème éminemment polémique des Black blocs. De même, on aurait souhaité bénéficier de davantage d’analyses (ainsi des raisons précises du succès de l’anarchisme dans les différents pays ou des rapports entre anarchisme et décolonisation, seulement survolés ici). Enfin, quelques manques surprennent, à l’image de la plate-forme d’Archinov, totalement négligée. L’iconographie, pour sa part, est d’une grande richesse, combinant photographies, affiches, unes de presse, couvertures de livres ou de brochures, beaucoup inédites. Cette documentation comprend également quelques chansons, dont « La Dynamite » (p. 81), véritable hymne à la propagande par le fait. Néanmoins, les références de certaines illustrations sont parfois absentes (ainsi des pages 92-93), et l’ensemble sert avant tout d’illustration aux textes plus que de documents analysés pour eux-mêmes, concept éditorial oblige, sans doute.

In fine, un ouvrage passionnant, indispensable en l’état, mais qui pose une fois encore cette question lancinante : une telle synthèse peut-elle être l’œuvre d’un seul individu ? Ne nécessiterait-elle pas, au contraire, les efforts d’un collectif ?

1 Il est chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/4670

2Des textes réunis sous le titre A bas les chefs ! sont publiés par les éditions Champ libre, en 1970, dans la collection des « Classiques de la subversion », ce qui permet la ré-découverte de cet auteur.

3« (…) sur la commune de Strandja, en Thrace orientale. Guerdjikov, le responsable militaire de l’insurrection, fait stocker toute la récolte dans des dépôts communs et déclare le bétail possession commune. » (p. 144).

4L’autogestion à la yougoslave, impulsée par la bureaucratie d’État après la rupture avec Staline, allant « dans le sens préconisé par les anarchistes » (p. 228), semble à la fois osé et peu conforme à la réalité historique.

5« C’est seulement en ayant à l’esprit l’acuité des conflits de classes – qui mettent ouvertement aux prises les capitalistes et les dirigeants d’un côté et les travailleurs mobilisés pour le changement de leurs conditions de vie de l’autre – que l’on peut comprendre la radicalité de la propagande anarchiste de ces années. » (p. 82).

6Ce dernier n’est toutefois pas assez nettement différencié du syndicalisme révolutionnaire.

7Voir la recension du travail de Céline Beaudet sur notre ancien site : http://www.dissidences.net/mouvement_anarchiste.htm#beaudet

8« Cas unique dans l’histoire du mouvement ouvrier mondial, les anarchistes ibériques apportent la preuve que des secteurs entiers de la vie économique et sociale peuvent être administrés par les travailleurs eux-mêmes sans l’intervention ni de l’État, ni du patronat, ni d’un parti imposant sa dictature. » (p. 207). Quelques années auparavant, en Mandchourie, une tentative méconnue de fermes autogérées et de système éducatif large eut également lieu (p. 180).

9La critique qu’il adresse à Kropotkine, celle d’être trop optimiste à l’égard du peuple, apparaît quelque peu isolée. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *