Agustin Guillamon, Espagne 1937. Josep Rebull, la voie révolutionnaire, Paris, Spartacus, 2014, 170 pages, 12 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

C’est une pièce importante pour la compréhension des débats suscités par la révolution espagnole qui nous est livré avec ce livre. Josep Rebull était un militant du BOC (Bloc ouvrier et paysan, courant marxiste dirigée par Joaquim Maurin1, qui en fusionnant en 1935 avec la Gauche Communiste (dirigée par Andres Nin), donna naissance au POUM. Un premier chapitre est d’ailleurs consacré à exposer les éléments essentiels de la biographie de Rebull, où il assume des tâches de direction au POUM, durant la révolution espagnole puis dans l’exil. Le POUM choisit de soutenir le Front populaire, ce qui lui valu une série de critiques de Léon Trotsky, causant la rupture d’avec celui-ci. Un article, apparemment inédit, de Julian Gorkin2, militant du POUM, daté de 1939-1940, précise d’ailleurs les critiques essentielles de Léon Trotsky à l’égard de la politique du POUM. Critiques qui peuvent se résumer au choix de la signature du pacte de Front populaire, puis la participation au gouvernement à Madrid et à la Generalitat à Barcelone. Josep Rebull était un des rares militants s’opposant à la perspective d’intégration au Front populaire. A l’occasion du deuxième congrès du POUM, qui devait se tenir en mai 1937, mais qui ne put se réunir du fait du soulèvement de début mai à Barcelone et de l’interdiction du POUM qui s’en suivit, un bulletin intérieur de discussion fut publié. A cette occasion, la cellule 72, celle dont Rebull était militant, pu faire part de son opposition au ralliement au Front populaire. Rebull défend la perspective d’un Front ouvrier révolutionnaire, alternatif à la stratégie du Front populaire. Ses conceptions politiques, disséminées dans plusieurs contributions, qui constituent l’essentiel du chapitre III du livre peuvent se résumer ainsi : une perspective révolutionnaire doit s’appuyer sur les comités populaires surgis après le coup d’État de juillet 36 pour les transformer en organes conseillistes/soviétiques. Josep Rebull, pour défendre ses perspectives, fait montre d’une importante culture révolutionnaire internationale, s’appuyant notamment sur l’exemple de la révolution allemande de 1918-1921 et du processus en cours en Espagne (en revanche, l’exemple russe ne semble guère l’inspirer). En fait, selon lui, la direction du POUM (composée essentiellement d’anciens dirigeants de la Gauche communiste, du fait de la disparition de Maurin) n’a pas été en mesure d’affirmer une politique révolutionnaire indépendante, s’alignant sur les positions pour le moins contradictoires et hésitantes de la CNT. Il exprime sans détour une critique très forte du positionnement cénétiste, en particulier lors du soulèvement de Barcelone en mai 37. De fait, l’essentiel du recul des forces révolutionnaires est attribué à l’impéritie des libertaires. Pour lui, les dirigeants anarchistes, « comme tous les réformistes de toutes les époques, […] ont été – consciemment ou inconsciemment – les instruments de la classe ennemie dans les rangs ouvriers » (p. 77). Cependant, sous la plume de Josep Rebull, en particulier après les journées de Barcelone de mai 1937, semble percer un certain optimisme peu réaliste (oui à la guerre révolutionnaire). En effet, ce dernier défend l’idée d’une reprise de l’offensive révolutionnaire, au moment même où l’occasion que constituait le soulèvement de Barcelone vient d’échouer. Pourtant, il semble quand même bien conscient du rapport de force, puisque son texte se conclut sur l’impérieuse nécessité de se préparer à la clandestinité immédiate. Si la position exprimée par Josep Rebull est bien celle d’une reprise en avant de la marche vers la révolution, tout indique que ses positions étaient assez isolées dans le POUM, comme l’indiquent les informations publiées dans le chapitre V sur l’évaluation des réflexions de Rebull dans les débats de la période 3. Un long entretien avec Josep Rebull réalisé en 1985 complète le livre, avec en annexes un article de Andrés Nin et un autre de G. Munis, le représentant officiel de la IVe Internationale en Espagne, datant de 1938.

Grâce à Agustin Guillamon4, nous disposons d’un document de premier intérêt pour approfondir la connaissance des débats et controverses au sein du courant communiste anti-stalinien durant la révolution espagnole.

1Sur Joaquim Maurin, on dispose d’une biographie, Riottot Yveline, Joaquim Maurin. De l’anarcho-syndicalisme au communisme. 1919-1936, L’Harmattan, 2000. On peut d’ailleurs regretter que ce livre, assez banal au demeurant, se termine sur l’arrestation de Maurin par les nationalistes.

2Julian Gorkin était lui-même favorable à l’entrée du POUM dans le Front populaire. On lira avec intérêt la féroce critique des positions de Trotsky par Ignacio Iglesias, Trotsky et la révolution espagnole, Éditions du Monde, 1976. Les textes de Trotsky ont été rassemblés par l’historien Pierre Broué, dans La révolution espagnole, Minuit, 1975-76.

3Le lecteur trouvera également une importante bibliographie anglo-saxonne de la période d’avant-guerre sur la réception des conceptions de Rebull (voir note 137, p. 122). En effet, les trotskystes, divisés en deux groupes (La Voz Leninista et Nuevo Corso),poursuivant leur militantisme fractionnel dans le POUM, après leur officielle exclusion, étaient très attentifs aux positions de Rebull, qu’ils considéraient comme l’expression d’un courant de gauche au sein du POUM.

4L’auteur laisse percer, ici ou là, quelques affirmations anti-léninistes, comme celle-ci : « Rebull n’en arriva jamais à questionner le caractère léniniste du parti, ni ses pires plaies : bureaucratisme et tyrannie du CC et du CE, substitutisme envers la classe ouvrières, etc. » (p. 98, note 109).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *