Eddie Breuil, Du Nouveau chez Rimbaud, Paris, Honoré Champion, 2014, 196 pages, 29 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Dans ce bref essai, Eddie Breuil revient sur le compagnonnage de Germain Nouveau et Arthur Rimbaud, à Londres notamment, en 1873-1874, en mettant en avant une thèse audacieuse : les Illuminations auraient en réalité été écrites par Nouveau et non Rimbaud ! Ainsi, alors que les éditeurs tendent à présenter ce recueil comme une œuvre aboutie, il rappelle que « les Illuminations sont un recueil non autorisé réunissant des manuscrits non signés portant les mains de Nouveau et de Rimbaud transcrits entre 1873 et 1874. Pour ce recueil, rien n’est sûr : ni le titre, ni le contenu, ni le classement des textes » (p. 15).

Si la critique du travail éditorial et de l’occultation ou de la sous-estimation systématique du rôle joué par Nouveau auprès de Rimbaud – « le témoin majeur » comme l’écrit avec raison l’auteur (p. 95) – est aussi nécessaire que stimulante, la thèse de l’auteur ne convainc guère. Il semble, qu’emporté par sa démonstration, Eddie Breuil en vienne à des affirmations péremptoires. Ainsi, s’appuyer sur le témoignage tardif (1923) d’Ernest Delahaye (p. 19-20) alors qu’il n’en avait pas fait mention auparavant, pour écarter celui de Paul Verlaine (p. 37) paraît quelque peu arbitraire. Il en va de même pour la double affirmation selon laquelle « l’attribution des textes [des Illuminations] à Rimbaud ne repose sur aucun élément » et que « Rimbaud, à l’époque du compagnonnage avec Nouveau, n’écrit plus de littérature » (p. 163-164).

Tout à sa démonstration, l’auteur avance néanmoins des éléments troublants, plus particulièrement par rapport aux poèmes Villes, qui font parties des Illuminations. Cependant, la lecture de ce recueil sous un angle strictement biographique n’est pas plus convaincante pour Nouveau que pour Rimbaud. De plus, le repérage des mêmes occurrences dans d’autres poèmes de Rimbaud a ses limites au vu du nombre peu élevé de ses écrits, et la « tradition éditoriale » ne serait pas seule à mettre en cause puisque de nombreux critiques ont attribué la paternité des Illuminations à Rimbaud.

De manière générale, les arguments mis en avant plus positivement pour prouver que ces poèmes auraient été écrits par Nouveau souffrent d’un penchant quelque peu naturaliste, s’arrêtant parfois trop étroitement à la thématique. Ainsi, lorsque Eddie Breuil souligne, à juste titre, les évocations théâtrales, picturales des Illuminations – théâtre et peinture avec lesquels Nouveau a plus d’affinité –, mais sans voir que celles-ci sont coulées et synthétisées à un niveau plus organique, dans les rues des villes, l’exil, les voyages et les affrontements au cœur de ces poèmes. Prétendre que Barbare évoque « simplement les différents stands, kiosques ou « pavillons » présents dans les parcs et bals de la seconde moitié du XIXe siècle » (p. 91), que le poème Villes décrit « simplement des éléments de lieux réels, dont le jardin Mabille » (p. 113) et qu’« en réalité, les « Illuminations » évoquent simplement l’ambiance nocturne d’un éclairage intense » (p. 123), comme dans ledit jardin, est réducteur.

Étrangement, l’auteur n’interroge pas l’entièreté des poèmes des Illuminations, précisément ceux, la grande majorité, où la voix de Rimbaud se fait entendre, hanté par les mêmes obsessions que l’on retrouve dans Une Saison en enfer et dans d’autres écrits. Car il existe bien malgré tout une certaine cohérence interne à l’ensemble de ces pièces, et entre celles-ci et d’autres poèmes de Rimbaud. L’absence de toute référence à la Commune de Paris, pourtant fondamentale pour éclairer la poésie de Rimbaud – éclairage mis en avant ces dernières années par Kristin Ross, Yves Reboul et Steve Murphy –, me paraît l’une des clés pour expliquer ce point aveugle dans cet essai et pointer l’une des faiblesses de la thèse du livre.

Eddie Breuil cite André Breton, écrivant : « saura-t-on jamais quelle part de réciprocité fut mise alors entre ces deux êtres de génie [Nouveau et Rimbaud] ? » (p. 163). L’enjeu me semble là ; dans la nécessité de réévaluer la poésie et le rôle de Nouveau, notamment auprès et avec Rimbaud, mais sans forcément devoir opposer ou choisir l’un contre l’autre. Quelle influence le premier exerça sur le second et sur l’écriture des Illuminations ? Certains poèmes sont-ils de Nouveau ou auraient-ils pu être écrits à quatre mains ? Espérons que le débat et les recherches emprunteront une voie rigoureuse, sans céder à la polémique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *