Marc Ferro, La Vérité sur la tragédie des Romanov, Paris, Tallandier, collection « Texto », 2012, 224 pages, 9 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Marc Ferro, historien réputé et ancien codirecteur des Annales, avait débuté sa carrière de chercheur avec une thèse consacrée à la révolution russe, étude dans laquelle il se différenciait de l’école « totalitaire », et insistait sur la nature profondément populaire du phénomène, ne la réduisant donc pas à un processus conduit et instrumentalisé par les bolcheviques1. Il avait d’ailleurs écrit régulièrement sur le sujet, livrant également, au début des années 1990, une biographie de Nicolas II. C’est sur la fin du dernier tsar et de sa famille qu’il revient dans ce petit opuscule, à l’occasion de la découverte de quelques documents inédits.

Rappelant les témoignages divergents qui existent sur le sujet, souvent saisi par une certaine historiographie pour stigmatiser la cruauté supposée des bolcheviques2, Marc Ferro estime qu’en juillet 1918, à Ekaterinbourg, dans l’Oural, seul le tsar a été exécuté. Sa famille aurait alors été mise à l’abri à Perm, puis Moscou, de par la volonté des dirigeants bolcheviques, afin de disposer d’un élément crucial dans les négociations avec l’empire allemand. Le pouvoir bolchevique espérait de la sorte enrayer toute possibilité de reprise des hostilités avec l’Allemagne, et négocier en retour la libération de révolutionnaires allemands, à commencer par Karl Liebknecht3. Le contexte extrêmement tendu est efficacement rappelé, le jeune pouvoir soviétique étant en butte aux assauts de ses opposants politiques « démocratiques » (les socialistes-révolutionnaires en particulier, qui créent à Samara un gouvernement antibolchevique), des Russes blancs et de pays étrangers (la France et le Royaume-Uni initiaient alors leur intervention en Russie). De même, à l’instar de ce que Jean-Clément Martin décrivait dans le cadre de la Révolution française4, le pouvoir est alors fragmenté en une multitude de noyaux, les bolcheviques d’Ekaterinbourg disposant de ce fait d’une marge de manœuvre dans leur décision d’exécuter Nicolas II. Ils subissaient également la pression des socialistes-révolutionnaires de gauche, désormais opposés au pouvoir du Conseil des commissaires du peuple, et qui cherchaient à toute force à s’en prendre aux représentants du militarisme allemand (ils exécutent l’ambassadeur allemand, le comte Mirbach, le 6 juillet 1918), demandant également la mort de toute la famille impériale.

Il n’empêche que cette thèse reste une possibilité pour laquelle le faisceau de preuves irréfutables demeure incomplet. Sans compter qu’un certain nombre de points demeurent obscurs : quid du sort du tsarévitch ? L’hypothèse d’une adoption par un soldat rouge, et d’une survivance permettant même à Alexis de fonder famille et d’avoir un fils, Oleg Filatov, semble pour le moins très ténue. Pourquoi Anastasia, alias Anna Anderson, si elle a effectivement survécu de manière séparée de ses sœurs et de sa mère grâce à sa fuite, n’a-t-elle pas été ultérieurement recontactée par celles-ci ? On a également du mal à s’expliquer le témoignage de Trotsky, écrit une quinzaine d’année plus tard5, qui évoque le massacre de toute la famille Romanov. Quel intérêt y aurait-il eu pour les bolcheviques à dissimuler la réalité des faits, une fois l’empire allemand abattu (en dehors d’une éventuelle contradiction avec la volonté proclamée de mettre fin à toute diplomatie secrète), et plus encore de le dissimuler à Trotsky ? Ou alors, si ce dernier connaissait les événements, pourquoi ne les a-t-il jamais exposés, alors que l’on connaît son assurance dans l’idée d’assumer les actes de la guerre civile, jusqu’à la répression de Cronstadt ? On le voit, bien des interrogations demeurent, et cet ouvrage n’épuise donc pas le sujet.

1Marc Ferro, La Révolution de 1917, Paris, Albin Michel, 1997 (première édition en 1967). Du même, citons en particulier Des Soviets au communisme bureaucratique : les mécanismes d’une subversion, Paris, Julliard, collection « Archives », 1980 (tous ouvrages qui seront ultérieurement chroniqués sur notre blog dans le cadre du centenaire de la révolution d’Octobre).

2A cet égard, on peut estimer que le choix du terme de « tragédie » véhicule une part d’empathie, quand bien même le contenu de l’ouvrage fait preuve d’un souci de scientificité incontestable, Marc Ferro renvoyant les Blancs et les Rouges dos-à-dos dans leur construction réciproque du mythe de l’exécution de toute la famille impériale.

3Qualifier cet accord de « premier échange ouest-est de l’histoire » est par contre largement abusif, le contexte étant foncièrement différent de celui de la guerre froide…

4Voir Jean-Clément Martin, Violence et révolution. Essai sur la naissance d’un mythe national, Paris, Seuil, collection « L’Univers historique », 2006, chroniqué sur ce blog.

5Trotsky, Journal d’exil, Paris, Gallimard, 1977, p. 113 à 115.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *