Korine Amacher, La Russie 1598-1917. Révoltes et mouvement révolutionnaires, Gollion (Suisse), Infolio, collection « Illico », 2011, 222 pages, 10,15 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

C’est probablement du fait de son édition par une maison suisse que la publication de ce petit, mais remarquable ouvrage a failli passer par pertes et profits. Korine Amacher manifeste pourtant tous les signes d’une compétence scientifique sans conteste puisqu’elle enseigne l’histoire et la civilisation de la Russie et de l’URSS à l’Université de Genève. En un peu plus de deux cents pages, elle livre une brillante synthèse de tous les mouvements sociaux ayant affecté l’espace russe, jusqu’à l’éclatement de la révolution bolchevique en 1917. En huit chapitres, elle inscrit dans la durée le sentiment révolutionnaire, depuis les premières révoltes populaires des 17-18e siècles jusqu’au début du 20e siècle, dans un ordre classiquement chronologique. Si l’on n’est pas obligé de partager l’option idéologique développée dès l’introduction (dictature communiste, nécessité du dialogue pour éviter toute radicalisation des mouvements protestataires), l’évocation qu’elle propose est à la fois érudite et très pédagogiquement exposée. L’histoire commence avec les révoltes cosaques, dont la plus importante est celle de Pougatchev, révolte paysanne typique des 17-18e siècles qui a donné quelques belles pages de littérature sous la plume de Pouchkine (La fille du capitaine) lequel a également écrit une première histoire de ce soulèvement. Comme dans les guerres paysannes en Europe, domine le mythe du « bon » monarque mal entouré par de mauvais conseillers. Avec Raditchev et les décembristes émerge l’idée de la contestation proprement politique, autour d’un programme, réclamant en particulier l’abolition du servage. Avec Raditchev, c’est un nouveau groupe social qui intervient dans la sphère politique, l’intelligentsia, intervention promise à un bel avenir dans les décennies qui suivent. Les théories de Radichtev donnent naissance à une tentative de coup d’État, en décembre 1825, d’où le nom de Décembristes des conjurés. A partir de la fin des années 1820 se développent les différentes conceptions sociales et politiques. La pénétration des idées des Lumières fait émerger un personnage comme Vissarion Belinski, qui marque les débats jusqu’en 1848, mais aussi, plus connu par leur place dans le mouvement socialiste européen, Bakounine ou Alexandre Herzen. Le lecteur découvrira aussi la personnalité de Nikolaï Sprechnev, le premier à envisager la place du peuple dans la perspective d’un soulèvement contre l’autocratie tsariste. Les années qui vont de 1848 à 1863 constituent des années de décantation pour l’apparition du mouvement révolutionnaire moderne. C’est par dépit de l’échec du printemps des peuples de 1848 et plus largement de l’Occident, que les premiers narodnikis (les populistes) apparaissent sur la scène intellectuelle et politique. Le rôle de Herzen ou de Tchernychevski (l’auteur du roman Que faire ? , disponible aux éditions des Syrtes, dont le titre inspirera Lénine) est souligné. C’est autour de 1863 que la première organisation Terre et Liberté se met en place, pour « aller au peuple ». De ce courant naît ensuite le nihilisme, incarné par Netchaïev, ainsi que les tentatives terroristes de la seconde Terre et Liberté contre le tsar, mais aussi les tentatives réformatrices (ainsi les Tchaikovtsy, dont on peut lire Les tchaïkovtsy. Esquisse d’une histoire (par l’un d’entre eux, 1869-1872), Pontcerq, 2013). Ce que démontre de manière tout à fait convaincante l’auteur, c’est que la formation d’organisations centralisées ne doit rien aux bolcheviques, mais bien à leurs prédécesseurs terroristes populistes (lire en particulier le développement p. 146-147) qui formeront une fraction secrète (La Liberté ou la mort) au sein de Terre et liberté. C’est d’une scission au sein des populistes que naît Le Partage noir, dont les membres, depuis Genève seront à l’origine de la première organisation se réclamant du marxisme. C’est en effet dans l’émigration que Plekhanov, Deutsch et Zassoulitch forment La libération du travail, organisation basée sur les analyses de Marx. Mais les terroristes s’organisent pour leur part dans la Volonté du peuple, « premier parti russe centralisé, hiérarchisé, fondé sur la conspiration et composé de révolutionnaires professionnels » (p. 153). A contre temps des évolutions sociales, ils assassinent le tsar Alexandre II, alors que celui-ci s’apprêtait à lancer une politique de réforme, provoquant alors un tournant répressif et réactionnaire parmi les élites russes. Avec la crise du populisme, plusieurs courants tenteront d’organiser le dépassement du tsarisme, dont certains parfaitement libéraux (dont Korine Amacher rappelle à juste titre qu’ils sont le courant dominant de la période) ou démocrates-bourgeois, plus ou moins teintés de réformisme. Au milieu des années 1870, le mouvement ouvrier apparaît comme un acteur émergent. C’est à Odessa, en 1875 que naît la première organisation ouvrière. On laissera au lecteur le plaisir de découvrir les ultimes années avant le déclenchement de la révolution de 1917. L’auteure conclut son précieux ouvrage par une esquisse de bilan historiographique de ces courants, rappelant que l’historiographie stalinienne avait tout fait pour effacer les liens entre les populistes et les bolcheviques, de peur que l’influence néfaste des premiers n’affecte la qualité supérieure de la théorie communiste, même si le propre frère de Lénine avait été pendu en tant que terroriste populiste. Une très suggestive bibliographie indicative conclut ce livre, indiquant de nombreuses pistes de lecture pour le lecteur curieux de développer ses connaissances. Un livre qui mérite d’être connu et lu par le plus grand nombre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *