Agustín Guillamón, Les comités de défense de la CNT à Barcelone (1933-1938). Des cadres de défense aux comités révolutionnaires de quartier, aux patrouilles de contrôle et aux milices populaires, Toulouse, Éditions Le Coquelicot, Cahiers du Coquelicot, n° 7, 2014, 272 pages, 18 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali (avec l’aide amicale de Jean-Paul Salles)

Ce livre constitue la traduction française d’un livre paru en Espagne en 2011. Une introduction pour l’édition française replaçant l’ouvrage dans la bibliographie de la Guerre d’Espagne aurait d’ailleurs été bienvenue. La question que se propose d’aborder l’auteur1 est celle de la soi disant spontanéité des masses travailleuses face au soulèvement militaire des nationalistes le 19 juillet 1936, en particulier à Barcelone. Sa thèse est que l’échec du soulèvement à Barcelone comme produit d’une réaction immédiate des travailleurs et de la population relève du mythe. En effet, et c’est le sens de toute sa démonstration, depuis plusieurs années avant le pronunciamiento, la CNT avait développé des structures clandestines de lutte armée, les Comités de défense. C’est sur la base de ces derniers que les réactions populaires furent catalysées, permettant la mise sur pied de structures plus larges, comités de quartiers, patrouilles de contrôle, puis milices populaires. Le rapport que rédige Alexandre Shapiro, secrétaire de l’AIT lors de son séjour en Espagne en 1932-1933, se montre très critique sur la politique de la CNT. En effet, explique ce dernier, la CNT se caractérise par une tendance marquée à l’insurrectionnalisme. Son aile putschiste domine une aile plus politique. Cette aile putschiste s’appuyait sur une structure clandestine insurrectionnaliste, les Comités de défense, centralisés nationalement. L’existence de ces comités résultait de la violence sociale (aussi bien patronale qu’étatique) qu’avait subie le mouvement ouvrier, en particulier libertaire (période connue sous la dénomination de pistolerisme, au début des années 1920). Mais la lutte, certes héroïque, est trop inégale et au moment du soulèvement des Asturies (octobre 34), les anarcho-syndicalistes sont totalement en bout de course, aussi bien du point de vue politique que militaire. Un nouveau document du 11 octobre 34 fait le bilan de cette période et réoriente l’action vers les masses. Cependant, cette réorientation ne néglige pas la dimension militaire des activités. Des structures clandestines, les CDS, sont mises sur pied autour de noyaux militants de confiance, nouant des liens dans les casernes. En fait, ces CDS, telle est la thèse de l’auteur, constituent l’armature des premières milices ouvrières (en fait libertaires) qui se constituèrent « spontanément », comme le veut une certaine légende, dans les jours suivant le golpe nationaliste. Notons, cependant, que toutes les forces politiques de gauche, du PSOE au POUM en passant par le PCE, possédaient également une structure militaire plus ou moins illégale, aspect totalement passé sous silence par Guillamón, ce qui affaiblit sa thèse d’une spécificité militaire du courant libertaire par rapport aux autres organisations révolutionnaires.

Mais l’essentiel du livre porte sur le développement des CDS et de l’action militaire de la CNT durant la révolution et la guerre civile qui l’a prolongée. En effet, la thèse principale de Guillamón consiste en une critique sans concession de la position de la CNT qui a accepté la prépondérance des forces militarisées, au détriment des forces miliciennes, résultat du refus de la CNT de se saisir du pouvoir après avoir brisé la dynamique du coup d’État. Derrière la question militaire se cache en fait la question politique de la subordination de la CNT aux forces bourgeoises (la Généralité en Catalogne) et réformistes (Républicains puis, de manière croissante, PCE). En fait, cet échec dans la stratégie libertaire est à chercher dans la déconnexion entre la direction, en voie d’autonomisation, et la base de la CNT. Cet aspect a été largement argumenté grâce au travail de l’historien François Godicheau (La guerre d’Espagne. République et révolution en Catalogne, 1936-1939, Odile Jacob, 2004), qui n’hésite pas à évoquer un processus de bureaucratisation du courant libertaire. Toujours estil que l’instrument de centralisation militaire issu du processus révolutionnaire, le CCMA (Comité central des milices antifascistes) ne dure que neuf semaines et dès le 9 octobre 1936, un décret en dissout tous les comités locaux pour confier les pleins pouvoirs à la Généralité. L’ouvrage se termine sur la dissolution définitive des comités de défense lors du soulèvement de mai 37 à Barcelone. Encore une fois la pertinence des remarques et intuitions de l’auteur viennent se heurter non seulement à un certain schématisme de l’analyse, mais aussi à une centration exclusive sur le courant libertaire.

Schématisme de l’opposition base-sommet de la CNT, quand on lit, sous sa plume (p. 195-196), qu’au moment du soulèvement de mai 37, la position finalement conciliatrice de la CNT a été débattue dans ses instances et que c’est précisément cette position de recul qui a été majoritaire. En effet, les militants anarchistes en désaccord avec cette ligne conciliatrice, organisés dans le groupe «Les Amis de Durruti», étaient sur les barricades. Près de 4000 d’entre eux furent arrêtés. Exclusivisme, déjà souligné, qui l’amène à négliger très largement les interactions de la CNT avec les autres forces politiques, que le soit l’ERC (Esquerra republicana catalana, Gauche républicaine catalane), le PSOE etc. En fait, seule l’analyse de l’action du POUM, du fait de sa présence sur les barricades durant les journées de soulèvement de mai 37, reçoit un tant soit peu d’attention de sa part. La position de la direction du POUM fut conciliatrice aussi, contestée par une minorité de militants encouragés par les trotskystes rassemblés dans les Bolcheviks-Léninistes.

Malgré ses limites (il faut évoquer aussi, hélas, le style, constitué très largement de paraphrases de documents au long de certains chapitres), ce livre offre aux lecteurs francophones des perspectives peu explorées sur l’action du mouvement libertaire, principalement sous l’angle militaire, enrichissant par là notre connaissance de ce qui fut le dernier moment révolutionnaire sur le continent européen avant que l’Allemagne nazie ne déclenche la Seconde Guerre mondiale.

1Lire sur notre ancien site le compte rendu de son ouvrage, Barricades à Barcelone. La CNT de la victoire de juillet 1936 à la défaite de mai 1937, Spartacus, 2010, http://www.dissidences.net/mouvement_social_espagne_1936.htm#guillamon


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *