Sylvain Pattieu, Beauté parade, Paris, Plein jour, 2015, 213 pages, 18 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Dans la lignée de son précédent roman1, Sylvain Pattieu mêle le social et le romanesque dans ce nouvel opus. Simplement, son regard se déplace de l’usine au magasin. En effet, le point de départ du récit est celui d’une mobilisation, non plus d’ouvriers, mais toujours de salariées, illégales et immigrées. On s’en souvient peut-être, en 2014, un fait divers avait alimenté les chroniques : des femmes occupaient le salon de coiffure/de beauté au centre de Paris, suite à l’abandon de leur patron. Durant plusieurs mois, soutenues par un collectif dans lequel la CGT jouait un rôle de premier plan, ces sept femmes (sur les 17 employées), chinoises et africaines, réclamaient le paiement de leur salaire, ainsi qu’une régularisation de leur situation, jusqu’à la victoire finale.

Par la grâce de son style, Sylvain Pattieu parvient à rendre compte, de manière littéraire, de ce mouvement social inédit. En fait, on le comprend vite, il ne se passe pas grand-chose. Occuper un salon de beauté, au milieu des produits, durant de très longues journées, sans discontinuer, ne renvoie pas à une action frénétique. Il faut durer et tenir cette durée. Par petites touches (anecdotes rapides, courts récits), Sylvain Pattieu convainc le lecteur. Son récit conjugue l’intérêt du documentaire (et en effet, on apprend beaucoup de choses sur la réalité d’une lutte sociale dont les ingrédients sont peu communs) à la richesse de la littérature. Pattieu sait prendre des décisions iconoclastes qui nourrissent la narration. Ainsi, proclame-t-il que « Dorénavant et en conséquence, par décret extraordinaire voué à servir d’exemple, le féminin l’emportera dans ce livre » (p. 25). Surtout, plus précieux encore sans doute, il donne la parole, généreusement. Les chapitres abondent en extraits d’entretiens, glanés ici ou là, rapportés des conversations avec les militants, avec les soutiens, avec les gens croisés au long de ce périple. Avec une insolence rare, il se mêle au récit en train de se construire. Par exemple, le narrateur intervient à plusieurs reprises dans le texte, rappelant le rapport de sa propre mère à la beauté. La lutte dans le salon joue ainsi pour son existence personnelle la même fonction qu’une certaine madeleine célèbre chez un romancier désormais classique. De même, sa candidature aux élections au titre de membre de la LCR s’intègre dans le récit, comme un élément de sa construction (voir p. 64-65), assumant ainsi un rapport au politique. C’est aussi la place de la France aux yeux des sans-papiers qui est racontée ici, un pays de rêve, après que leur propre pays ait été pillé, dévasté. Sans exotisme aucun, le statut de l’extranéité est mis en scène dans de nombreuses scènes. De même que, dimension pour le moins inattendue, la place des cheveux. Les cheveux, ceux qu’on pose aux clientes pour rallonger leur chevelure, ont une origine, une histoire, une économie, mais aussi, par une habile technique d’assemblage littéraire au cœur de la narration, une place dans la littérature. Mais c’est dans la rue que la beauté est destinée à finir, puisque le 1er mai, à l’occasion de la traditionnelle manifestation de ce jour là, les sept femmes sont en tête de cortège. Ce qui permet à Sylvain Pattieu d’avancer avec une malicieuse allusion : « Alors ce jour-là, on peut le dire, oui, la beauté est dans la rue » (p. 200).

On laissera le lecteur, en plus du plaisir à parcourir ces pages, découvrir comment la lutte nourrit la lutte qui elle-même nourrit et enrichit la littérature2.

1Avant de disparaître. Chronique de PSA-Aulnay, même éditeur, dont le compte rendu se trouve sur ce blog, http://dissidences.hypotheses.org/4623

2Puisque la grève des manucures du 50 boulevard de Strasbourg débouche sur un autre occupation, sur le même boulevard, mais au 57 !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *