Jean–Numa Ducange, Isabelle Garo, (dir.), Marx politique, Paris, La Dispute, 2015, 220 pages, 18 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali (avec l’aide ponctuelle de Christian Beuvain)

L’ambition de ce recueil de contributions internationales (deux d’entre elles sont de langue anglaise, traduites) est de rappeler que loin d’être seulement un théoricien de l’économie, ce à quoi bon nombre d’auteurs le rapportent un peu trop rapidement, Karl Marx fut d’abord et avant tout celui qui sut s’appuyer sur la critique théorique et les combats politiques, « étendant le concept de politique au champ de la vie sociale tout entière, à la production, au travail, au temps libre, à la distribution des richesses, à l’éducation, etc. » (p. 9).

Après une solide introduction, contribution à part entière plutôt que simple texte introductif, rappelant au passage la dimension également militante du travail en cours autour de Marx, s’ordonnent cinq chapitres, rassemblant une variété de disciplines (philosophie, économie, histoire, théorie politique). C’est précisément de ce dernier domaine que relève la contribution de Stathis Kouvelakis,  « La forme politique de l’émancipation ». Sur la base d’une lecture serrée des œuvres de Marx, deux aspects sont bien mis en valeur dans cet article. Le premier porte sur la notion de république (dont se réclament certains courants de la « gauche radicale »), à laquelle la perspective d’émancipation marxiste ne saurait se restreindre. En effet, sociale, rouge ou socialiste, la République demeure encore dans les limites de la sphère politique, demeure une forme politique dont le projet marxien envisage le dépassement. La République, avance Kouvelakis « reste une forme « aliénée », qui réfléchit la coupure de l’État-politique d’avec la société civile-bourgeois » (p. 75). Pour autant, cet auteur ne tombe pas dans l’attraction d’une forme politique post-étatique, qui verrait la fin spontanée du politique dans le cadre d’un processus révolutionnaire. Ce sont bien entendu les courants et sensibilités libertaires qui font alors l’objet d’une discussion serrée, de laquelle Bakounine sort éreinté. La contribution suivante, de Kevin B. Anderson (qui constitue en quelque sorte un avant-goût de son ouvrage1 paru simultanément), remet vivement en cause le présupposé penchant ethnocentriste de Marx en rappelant la richesse de sa réflexion sur les sociétés non-occidentales2 (et pas seulement la russe). « Capitalisme et émancipation humaine » est le titre de la contribution déjà ancienne de Ellen Meiksins Wood, puisqu’il s’agit de la traduction d’une intervention prononcée en 1987. Bien que de facture classique, la contribution de cette historienne, qui a su imposer « le marxisme politique [et] une nouvelle grille de lecture du monde, contre les reproches d’économisme et de réductionnisme souvent opposés au marxisme »3, explique que le genre et la « race » ne menacent pas le capitalisme, mais la classe ouvrière, si. L’économiste Guillaume Fondu présente dans le quatrième chapitre « Hétérodoxie et critique de l’économie politique », un panorama des travaux de plusieurs économistes récents (Frédéric Lordon, André Orléan, Bruno Amable et quelques autres, soit l’économie des conventions et la théorie de la régulation), en soulignant les fortes limites théoriques de ces recherches, enfermées dans une posture économiciste qui ne rompt pas avec les théories dominantes. Un minimum de familiarité avec les travaux passés en revue semble cependant nécessaire pour saisir la radicalité de la critique, teintée d’une nostalgie althussérienne (cf. note 43, p. 176). Enfin, il revient à Antoine Artous dans « L’actualité de la théorie de la valeur de Marx » de conclure par une discussion critique du livre de l’historien de Chicago, Moishe Postone4, Temps, travail et domination sociale (Mille et une nuits, 2009). Ici également, la maîtrise préalable de l’œuvre critiquée est nécessaire pour saisir la pertinence de la lecture proposée, articulée autour de la notion centrale de travail abstrait, comme fondateur de la valeur. Notion à partir de laquelle Artous propose une relecture non –économiste de Marx, au moins depuis le débat fondateur d’avec Ricardo. Nourrie par les apports de Jean-Marie Vincent ou d’Etienne Balibar, le texte d’Artous constitue un des points forts de ce recueil.

Remercions les coordonnateurs Jean-Numa Ducange et Isabelle Garo, également animateurs du projet de la GEME (Grande Édition des œuvres de Marx et d’Engels, en français), ceci expliquant sans doute cela, ainsi que les éditions La Dispute, de proposer une grille de lecture(s) de Marx politique. Bien qu’il soit peu probable que cet ouvrage sorte du cercle étroit des discussions académiques (colloques, séminaires, journées d’études) sur le « marxisme de la chaire », il est néanmoins nécessaire qu’un public plus large puisse avoir accès à de telles analyses.

1Kevin B. Andernson, Marx aux antipodes. Nation, ethnicité et sociétés non-occidentales, Paris, Syllepse, 2015.

2Profitons-en pour rappeler l’existence d’une utile petite sélection de textes, Karl Marx, Friedrich Engels, Du colonialisme en Inde, Perse, Afghanistan, Paris, Mille et une nuits, 2005.

3Florent Schoumacher, compte rendu de l’ouvrage sous la direction de Jonathan Martineau, Marxisme anglo saxon : figures contemporaines de Perry Anderson à David McNally, Montréal, Lux Éditeur, 2013, sur notre blog : https://dissidences.hypotheses.org/4836

4Le travail de Moishe Postone est également analysé dans l’ouvrage dirigé par Jonathan Martineau, Marxisme anglo saxon : figures contemporaines de Perry Anderson à David McNally, op. cit.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *