Alexandre Fernandez, Le Mexique des insoumis. La grande révolution de 1910, Paris, éditions Vendémiaire, collection « Révolutions », 2015, 256 pages, 20 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

La révolution mexicaine, un des événements majeurs de cette séquence révolutionnaire des années 1910, est surtout connue, ainsi que le rappelle Alexandre Fernandez en ouverture, via les images immortalisées par le cinéma, dont un des films les plus célèbres n’est autre qu’Il était une fois la révolution, de Sergio Leone. Bien sûr, en langue française, il y eut aussi Emiliano Zapata et la révolution mexicaine de John Womack dans les années 1970, chez Maspero, ou La Révolution mexicaine, 1910-1920 d’Adolfo Gilly, ancien trotskyste, chez Syllepse dans les années 19901. Mais le livre d’Alexandre Fernandez, professeur d’histoire à l’Université de Bordeaux, a pour lui d’être une synthèse actualisée des événements, un récit complet et réfléchi de cette décennie révolutionnaire.

L’exposé débute avec la proclamation de l’indépendance du Mexique, en 1810, ouvrant une longue période d’instabilité politique et une série de pertes de territoires, en particulier suite à la défaite dans la guerre avec les États-Unis au milieu du siècle. Au lendemain de cette humiliation, émerge une poussée libérale, menée par Benito Juarez, indien d’origine, qui impulse une série de réformes contre l’Église catholique et les conservateurs. Son successeur, Porfirio Diaz, est nettement plus à droite, et la modernisation du pays à laquelle il préside, bien que placée sous la tutelle idéologique du positivisme d’Auguste Comte, relève en réalité surtout du darwinisme social, une mince oligarchie puissante surplombant une vaste masse, paysannerie pauvre et classe ouvrière, dont les mouvements et révoltes diverses sont sévèrement réprimés.

Au début du XXe siècle, le vent du changement commence à souffler plus vivement, avec l’émergence du Parti libéral mexicain (dont faisaient partie les frères Magon2), défenseur de revendications libérales et sociales, et les effets d’une crise économique à la fin de la décennie. C’est dans ce contexte que Francisco Madero, un libéral issu de l’élite aisée, prend position contre Porfirio Diaz en déclarant sa candidature pour l’élection présidentielle de 1910. Face à la réélection de Diaz, Madero appelle à l’insurrection pour novembre. C’est là le point de départ de la révolution mexicaine, puisque le nord du pays suit l’appel à la révolte, avec déjà des figures comme celles de Francisco « Pancho » Villa et Pascual Orozco, sans oublier Emiliano Zapata dans l’État de Morelos, au sud de Mexico. Ce dernier se distingue nettement de Madero, en cela que le soulèvement paysan qu’il dirige cherche à faire retour sur l’idée de communautés villageoises propriétaires collectives des terres. Fort de cet appui révolutionnaire, Madero peut négocier avec Diaz le retrait de ce dernier, de nouvelles élections faisant de Madero le nouveau président mexicain. Son pouvoir se révèle toutefois extrêmement fragile et contesté, la plupart des révolutionnaires refusant le désarmement. Si la tentative de république libertaire des frères Magon en Basse Californie tourne rapidement court, l’insurrection menée par Zapata, qui prend plus encore la forme d’un socialisme rural, s’inscrivit dans la durée. La situation se dégrade au point que des affrontements eurent lieu à Mexico même, début 1913, entre Madero et les contre-révolutionnaires, ces derniers remportant la victoire grâce à la trahison d’un général de Madero, Victoriano Huerta, qui avait écrasé l’année précédente le soulèvement d’Orozco. Madero supprimé, Huerta devient le nouveau président, exerçant un pouvoir de plus en plus dictatorial soutenu par les classes dominantes et certaines puissances étrangères (Royaume-Uni et Allemagne). L’opposition à Huerta se matérialise, outre les partisans de Zapata au sud, dans l’émergence d’une armée dite constitutionnaliste, dirigée par un gouverneur libéral du nord du pays, Venustiano Carranza, et dont l’aile gauche socialisante comprend cet électron libre qu’était Pancho Villa. Cette armée, qui constitue selon Alexandre Fernandez la matrice de la future « bourgeoisie révolutionnaire » au pouvoir à compter des années 1920, remporte de réels succès. Elle bénéficie en outre d’une intervention étatsunienne contre Huerta en 1914, et malgré les divisions croissantes entre Carranza et Villa, parvient à renverser Huerta à l’été.

Mais la guerre civile ne cesse pas pour autant. En effet, la Convention des délégués révolutionnaires convoquée par Carranza nomme un nouveau président, Gutierrez, soutenu par Zapata et Villa3, tandis que Carranza et son meilleur général Alvaro Obregon, s’y opposent. Obregon, ayant pris le contrôle de Mexico au début de l’année 1915, parvient à s’attirer une large base, combinant politique agraire (favorisant l’accession à la petite propriété individuelle) et politique sociale (en direction des ouvriers). Obregon peut alors mener l’offensive contre Villa et ses troupes, qui subissent défaite sur défaite tout au long de 1915 ; il faut souligner à cet égard le talent militaire d’Obregon, qui a su mettre à profit les méthodes de combat mécanisées de la Première Guerre mondiale face aux charges de cavalerie de l’armée villiste. Villa est alors contraint de revenir à la guérilla, d’autant qu’une importante intervention étatsunienne a lieu en 1916, contre lui et ses incursions de l’autre côté de la frontière. Parallèlement, Obregon mène des offensives massives contre les places zapatistes, accompagnées d’une féroce répression, mais la guérilla zapatiste résiste, renforçant même le pouvoir révolutionnaire des villages situés dans sa zone d’influence. En plus des avancées militaires d’Obregon, Carranza, bien qu’ayant rompu avec le mouvement ouvrier organisé, s’efforce de capter toute la légitimité révolutionnaire sur le plan politique, en promulguant une nouvelle constitution en janvier 1917. Intégrant laïcité, réelles avancées sociales et validation d’une propriété communale des terres, elle est « (…) la plus avancée d’Amérique, peut-être même du monde à l’époque (…) » (p. 164). Carranza est donc logiquement élu président, et 1917 voit de surcroît débuter une reprise économique, bien que des guérillas se poursuivent. La plus dangereuse est alors celle de Felix Diaz, neveu de Porfirio Diaz, implanté dans le sud du pays, car les zapatistes, après l’assassinat de leur chef en avril 1919, font le choix d’alliances plus larges et moins radicales. C’est ce qui permet à Obregon, en 1920, de bénéficier de leur soutien contre Carranza, allié aux conservateurs, qu’il renverse et remplace au poste de président.

On le voit, l’enchaînement des événements est complexe, mais le récit d’Alexandre Fernandez est relativement complet et accessible. Tirant le bilan de ces dix années de révolution, il insiste sur la redéfinition de la nation mexicaine qu’elles ont permises, intégrant les Indiens, sur la réforme agraire menée à bien par le président Cardenas dans la seconde moitié des années 1930, mais également sur la construction a posteriori d’un véritable mythe révolutionnaire, base d’une union nationale ayant fonctionné jusqu’en 1968. Dans son analyse du processus révolutionnaire mexicain, Alexandre Fernandez insiste sur l’imbrication de deux types de révolutions, l’une modernisatrice, que l’on peut rattacher à la bourgeoisie au sens large, l’autre plébéienne, incarnée principalement par Zapata. Dans le Morelos zapatiste et son retour aux communautés indiennes traditionnelles, fort proche de l’anarchisme, Alexandre Fernandez voit en effet les bases d’une modernisation alternative. Mais il prend également la défense de Villa, accusé à l’époque de tirer, lui et ses compagnons, un profit personnel de la lutte révolutionnaire, ce qu’il voit avant tout comme une manifestation de mépris de classe (voire de « race », utilisée sans guillemets dans le livre). Il aborde également l’influence de la révolution mexicaine sur l’Amérique latine, une influence essentielle4, sans pour autant étudier l’image qu’elle a générée dans le reste du monde, et sans non plus la remettre suffisamment en perspective face à d’autres révolutions contemporaines (russe ou chinoise, par exemple) et à la longue durée des révolutions modernes.

1Un chapitre lui est également consacré dans l’ouvrage collectif Révolutions. Quand les peuples font l’histoire, Paris, Belin, 2013, chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/4670

2Voir Gaetano Manfredonia, Histoire mondiale de l’anarchie, Paris / Issy-les-Moulineaux, Textuel / Arte éditions, 2014, chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/5216

3Ces deux leaders et leurs compagnons ne parvinrent pas à mettre au point un gouvernement qui aurait été issu d’une alliance entre ouvriers et paysans, cette dernière n’étant visiblement théorisée par personne.

4« A ce titre, l’expérience révolutionnaire mexicaine, confrontée aux appétits des impérialismes européens et nord-américains, put servir de laboratoire, sinon de modèle, de reconstruction nationale, sociale et culturelle pour toute l’Amérique latine. » (p. 199).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *