Alain Bihr, Les rapports sociaux de classe, Lausanne, Editions Page deux, 2012, 140 pages, 9,50 €.

 Un compte rendu de Frédéric Thomas

Ce petit livre constitue une présentation stimulante et accessible des classes sociales en fonction d’une grille d’analyse marxiste. Divisé en trois chapitres, il aborde les questions de l’État, de la division du travail, des classes et de leurs composantes à partir d’exemples et dans un souci de vulgarisation. Rappelant que « le marxisme n’a pas eu le monopole du concept de classes sociales » (p. 8), Alain Bihr situe ce concept dans un positionnement autant épistémologique que politique. Surtout, comme le titre de l’essai l’indique, il insiste sur la centralité des rapports dans l’analyse de Marx : « le capital est un rapport social de production » (p. 29) et les rapports de classe prévalent sur les classes elles-mêmes (p. 16). Or, ces rapports, souvent occultés, sont conflictuels et structurent la société. Par le biais de ces luttes, de médiations et transformations, Alain Bihr offre alors une image complexe et dynamique des rapports sociaux de classe, en leur reconnaissant par ailleurs une autonomie relative.

Si cet essai constitue une bonne présentation, il ne laisse malheureusement guère de place à la discussion ; principalement, dans la dizaine de pages de conclusions sur l’articulation avec les rapports de sexes (mis sur le même pied que les rapports sociaux de génération) et les minorités ethniques. L’affirmation de la prédominance des rapports sociaux de production « à l’égard de l’ensemble des autres rapports sociaux » (p. 135) est trop peu développée pour convaincre d’autres personnes que les convaincus. Il est dommage également que quelques pages n’explorent pas, même sommairement, l’actualité de l’état des classes sociales aujourd’hui en Europe.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *