Frédéric Gaillard, Le soleil en face. Rapport sur les calamités de l’industrie solaire et des prétendues énergies alternatives, Montreuil, éditions L’échappée, 2012, 160 pages, 11 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Après avoir cosigné avec le collectif Pièces et main d’œuvre l’ouvrage L’industrie de la contrainte[1], Frédéric Gaillard se penche sur tout un pan de l’économie du développement durable, en s’efforçant de mettre en lumière ses aspects négatifs négligés ou méconnus.

Passés d’utiles éléments vulgarisateurs sur l’énergie solaire, sa centralité dans le fonctionnement de la Terre et l’historique du photovoltaïque (où l’on apprend que son rendement ne dépasse pas à l’heure actuelle les 15%), Frédéric Gaillard insiste sur le revers de cette industrie censément verte : l’amélioration du rendement des cellules photovoltaïques s’accompagne ainsi du développement de l’industrie chimique, et accroît les besoins en terres et métaux rares (voir, de Pièces et main d’œuvre, Le téléphone portable gadget de destruction massive[2]), tout comme les autres nouvelles technologies. Sans parler de la contribution de cette source d’énergie à l’écologie du système capitaliste réellement existant.

L’exemple le plus saisissant est assurément celui de l’entreprise Wysips, qui élabore des projets de téléphones portables auto-rechargeables par le biais de films photovoltaïques transparents, favorisant leur multiplication accrue, et de panneaux publicitaires conçus sur le même modèle ! Au-delà de l’industrie solaire, Frédéric Gaillard critique la religion de la croissance, les biocarburants et même l’électricité d’origine hydraulique (destructrice de la nature, déplaçant des populations et créant un risque nouveau lié aux barrages), avec comme cible ultime la techno-caste qui cherche par tous les moyens à contrôler l’énergie (voir A la recherche du nouvel ennemi, toujours de Pièces et main d’œuvre[3]).

Les limites de ce type de pamphlet, on les trouve dans des piques parfois gratuites (sur Hubert Reeves ou les Suédois) et surtout dans l’absence d’alternative précisément exposée. Au lieu de réfléchir aux formes que pourrait prendre l’utilisation de l’énergie solaire dans une société émancipée, Frédéric Gaillard assume l’absence de tout projet au profit de ses seuls « rejets ». Dommage.

 

 



[1]    Chroniqué dans notre revue électronique, http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1846

[2]    Chroniqué sur notre ancien site, http://www.dissidences.net/divers.htm#piece


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *