Vladimir Lipovetsky, L’Arche des enfants. L’Odyssée de huit cents enfants de Saint-Pétersbourg pendant la guerre civile russe, Paris, Fayard, 2015 (édition originale en 2011), 464 pages, préface de Georges Nivat, 24 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

« La Russie toute entière était en flammes. Et ces cerfs et sangliers courant en tous sens pour échapper à la mort, c’était nous. » (p. 130). Ainsi s’exprime un des survivants de cette équipée improbable autant qu’incroyable, dans un témoignage recueilli par l’auteur. Car ce livre, qui s’est écrit et se lit comme un roman, nous plonge dans un épisode singulier de la guerre civile russe. Tout débute au printemps 1918, dans une Petrograd déjà en proie à la faim, une situation très bien rendue par Vladimir Lipovetsky en des pages qui évoquent le Isaac Babel de Chroniques de l’an 18. Afin d’offrir de meilleures conditions de vie à plusieurs centaines d’enfants, il est décidé de les envoyer à la campagne, sous la responsabilité d’un certain nombre d’adultes, et avec la participation financière de leurs parents.

Plusieurs trains partent alors de la gare de Finlande, en avril et mai, et sont confrontés, lors du passage de l’Oural, au soulèvement des légionnaires tchèques. Arrivés à Miass, les enfants se retrouvent en fait sur la ligne de front de la guerre civile, assistant à des actes de répression blanche, tout en pratiquant la randonnée pour oublier, une façon de retrouver « bonté et beauté ». La situation tendue et les difficultés d’approvisionnement qui s’ensuivent conduisent à placer les enfants pour l’hiver dans diverses villes de Sibérie, certains travaillant avec des paysans ou habitant dans des villages cosaques. En 1919, après que quelques-uns aient succombé de maladie, les enfants sont pris en charge par la Croix-Rouge étatsunienne, dont le responsable tout au long de cette aventure est le journaliste Ridley Allen. Afin de les mettre à l’abri de la guerre civile, les enfants sont transportés par train jusqu’à Vladivostok, véritable métropole de réfugiés, où ils restent plusieurs mois, installés sur l’île de Rousski, au large de la ville, à l’automne 1919. C’est d’ailleurs la première fois depuis leur départ de Petrograd que tous ces jeunes exilés sont réunis. Parallèlement, des délégués choisis par les parents, inquiets pour leur progéniture, quittent l’ouest du pays afin de retrouver leur trace dans un pays en plein chaos, avec le soutien des dirigeants soviétiques (Lénine et Sverdlov en particulier). Finalement, la Croix-Rouge jugeant plus sûr de ramener les enfants à Petrograd en passant par l’est, les enfants, alors âgés de 5 à 19 ans, embarquent à bord du Iomi Maru, un cargo de charbon affrété pour l’occasion par une compagnie japonaise (c’est l’arche du titre), le gouvernement étatsunien ayant refusé toute aide financière. Traversant le Pacifique à l’été 1920, ils font escale à San Francisco, passent le jeune canal de Panama et demeurent un peu plus longuement à New York, logés sur Staten Island. En dépit du mal du pays ressenti par ces jeunes et de leur profond désir de retrouver leurs familles, la Croix-Rouge envisage dans un premier temps de les débarquer en France. Dès lors, les enfants se retrouvent pris entre les pro-bolcheviques, qui les encouragent dans leur volonté de rentrer directement en Russie, et les anti-bolcheviques, parmi lesquels États-Unis et France, qui les considèrent comme des agitateurs potentiels… C’est finalement leur volonté de rentrer chez eux qui l’emporte, grâce à la mobilisation des jeunes eux-mêmes : le Iomi Maru les débarque en Finlande fin 1920, après une escale à Brest, et c’est là que pensionnaires d’un sanatorium désaffecté, ils sont peu à peu ramenés en Russie bolchevique et rendus à leurs parents, après avoir connus un tour du monde de deux années et demi.

Le récit de Vladimir Lipovetsky est prenant, et offre un éclairage inattendu sur les premières années de la Russie soviétique, suscitant l’envie de découvrir ou de mettre en lumière d’autres épisodes singuliers de ce genre. La mise en forme facilite d’autant plus l’identification et l’émotion qu’elle se centre sur quelques figures juvéniles en particulier, que ce soit Maria, cette jeune femme de la colonie russe qui finit par épouser Ridley Allen, ou Fedia Kouzouvkov, jeune fugueur récupéré à Vladivostok à la recherche de son père marin. Bien que le cœur de son livre soit les enfants eux-mêmes, leurs occupations, leurs difficultés, leurs joies et leurs peines, le contexte géopolitique apparaît régulièrement en arrière-plan. Il en est ainsi lorsqu’est évoquée la campagne de (dés)information menée par Tchitchérine et Lounatcharski au sujet de ces enfants, basée sur des accusations initiales de mauvais traitements perpétrés par la Croix rouge ; toutefois, il est difficile de comprendre une telle situation sans prendre en considération l’intervention des États-Unis au sein de la guerre civile russe, donnée qui n’est pas pleinement explicitée. Anecdote amusante, lorsque les enfants sont reçus à San Francisco, et qu’ils entendent jouer l’hymne tsariste en leur honneur, la majorité marque clairement sa désapprobation en s’asseyant, ou comment un changement radical de régime semble aisément intégré par les jeunes générations… Par ailleurs, un tel travail pose question de par ses silences méthodologiques. Bien que l’auteur reproduise certains documents, des lettres d’enfants ou des extraits de communiqués officiels et de journaux, et qu’il ait recueilli de nombreux témoignages oraux, il ne les référence que rarement avec précision. Aucune indication bibliographique ne figure également dans l’ouvrage1, et le déroulement de l’enquête proprement dite, qui a probablement commencé à la fin du XXe siècle, à l’époque où Saint-Pétersbourg s’appelait encore Leningrad, n’est absolument pas développé. Enfin, il est également regrettable qu’un chapitre ne soit pas consacré à évoquer les itinéraires ultérieurs de ces enfants perdus…

1Même si on comprend bien sa volonté d’offrir une narration fluide, accessible au plus grand nombre, et donc dépourvue de toute note de bas de page, il aurait été possible de faire figurer en annexe toutes les indications de sources et de bibliographie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *