Régis Messac, Brève histoire des hommes, Paris, éditions Ex Nihilo, 2009, 206 pages, 15 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Avec son étude sur Les premières utopies1, nous avions eu l’occasion de mettre en valeur le travail d’analyste de Régis Messac, souvent plus connu pour son pamphlet A bas le latin ! ou pour ses romans de science-fiction, Quinzinzinzili et La cité des asphyxiés. Ce nouveau livre édité par la Société des amis de Régis Messac reprend un travail réalisé par l’auteur pour la revue Nouvel âge, d’Henry Poulaille, et paru début 1939. Écrit dans un style fluide et vulgarisateur, il s’agit d’un tableau de l’histoire mondiale basé sur une optique matérialiste, de l’origine de la Terre à l’âge industriel, insistant sur l’évolution de la pensée.

Influencé par l’école des Annales (il se désintéresse presque totalement de la geste des souverains), mais également par les analyses de la dialectique nomades – sédentaires d’un Ibn Khaldoun, Régis Messac livre un certain nombre de réflexions fines sur les premiers langages humains, l’origine de la Renaissance italienne arabe plutôt que romaine ou les cruautés coloniales sensibles dès les Grandes découvertes ; au point de surprendre parfois, par exemple lorsqu’il relativise l’ampleur réelle des victoires grecques durant les guerres médiques, au risque de verser dans le discutable (la soi disant folie d’Alexandre le Grand ou une certaine sous-estimation de l’importance de la Révolution française). Son esprit ironique, voire cynique, transparaît même à certains moments2, tout comme son rejet du patriotisme – spécialement à l’école – ou sa critique de la démocratie bourgeoise (« Il n’y a nulle part de véritable démocratie », p. 181). On retiendra en particulier son insistance sur le mélange fécond des cultures comme moteur de l’évolution3, et sa critique de prolétaires occidentaux solidaires de leurs bourgeoisies dans l’exploitation coloniale qui s’apparente à une prémisse du tiers-mondisme.

Bien sûr, cet exposé présente des aspects inévitablement datés et dépassés : il en est ainsi des origines de l’homme (l’homme de Piltdown étant ici considéré comme authentique) ; de l’Égypte comme berceau de la civilisation et plus généralement de l’idée d’un foyer central à partir duquel la culture se serait propagé, alors que les recherches actuelles évoquent plutôt un polycentrisme. On retrouve en tout cas sous sa plume des considérations caractéristiques de cet esprit libre, humaniste et laïc. Non content de considérer l’apport des Hébreux comme limité, il insiste sur le caractère totalement légendaire des fondateurs des grandes religions et reconsidère à la baisse l’attachement des populations européennes médiévales au christianisme. Il effectue d’ailleurs un parallèle original entre le christianisme et le syndicalisme, tous deux à l’origine instruments d’émancipation devenus instruments d’asservissement…

Terminant son analyse par des considérations sur l’avenir, l’auteur fait preuve d’une prescience étonnante quant à la montée en puissance de la Chine, quand bien même il reprend en partie les peurs d’un « péril jaune ». Sa crainte de l’augmentation de la population du globe évoque par contre Malthus, tant selon lui le nombre de 3 ou 4 milliards de Terriens en l’an 2000 s’apparenterait à une catastrophe pouvant conduire à l’anthropophagie ! L’antithèse de la pensée d’un Élisée Reclus, donc. Ces limites ne remettent toutefois aucunement en cause la valeur de cette synthèse qui demeure stimulante. Un dernier mot sur la couverture choisie, déconcertante en cela qu’elle utilise une photographie du Parlement européen, alors qu’il n’en est évidemment nullement question sous la plume de Régis Messac…

2 Cet extrait page 29 au sujet des premiers humains : « Un très grand nombre d’enfants mouraient en bas âge, mais cela valait autant que de traîner des années une vie misérable, pour finir à l’hôpital ou sur les champs de bataille ».

3 « La culture, loin d’être liée au sort de telle ou telle « race », se développe toujours avec le maximum d’intensité dans les lieux où viennent se mélanger, se heurter, s’affronter et se confronter les types humains les plus divers. La culture la plus riche (…) est toujours celle qui emprunte le plus. » (p. 162)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *