Les trotskystes français et la Seconde Guerre mondiale

Un billet de Jean-Guillaume Lanuque et Jean-Paul Salles

Introduction

L’enjeu de cette question est important, en particulier pour la génération qui vient à l’action politique dans les années 1960. Elle est très proche de cette période qui est celle de ses pères et mères, et pour beaucoup de militants de Mai 68, les formes d’action des résistants, leur audace, leur sens du sacrifice aussi, constituent une référence. Ils ont tendance à oublier ou à relativiser les buts patriotiques de ce combat pour insister sur son antifascisme. Les exemples sont nombreux de cette fascination exercée par les résistants armés sur les militants de 68. Gérard de Verbizier par exemple, un des dirigeants de la Ligue communiste, né en 1942, participe comme scénariste au film de Mosco retraçant l’histoire de la 35e brigade FTP-MOI (la Sept/Arte, 1993) et en tire un livre publié chez Calmann-Lévy1. Quant à Pierre Goldman, camarade de combat à l’UEC d’Alain Krivine et de ceux qui allaient créer la JCR à la Sorbonne, on dit de ses parents résistants qu’ils cachaient armes et tracts dans son landau. En 1977, il fait le procès de l’attitude des trotskystes pendant la Seconde Guerre mondiale en ces termes : « L’âpreté du combat mené contre les staliniens (et par les staliniens) vous a conduit à commettre de gravissimes erreurs : la principale est l’attitude, je veux dire la ligne que vous avez défendue, que la Quatrième Internationale a défendu entre 1940 et 1944, ligne qui n’était d’ailleurs pas conforme à la pensée de Trotsky avant sa disparition »2.

L’accusation, d’ailleurs floue, est sans appel, « gravissimes erreurs », et Pierre Goldman évoque « la ligne », alors que le moins que l’on puisse dire est qu’il y eut chez les trotskystes plusieurs attitudes face à la guerre et à la Résistance, au moins au début. Mais pour cette jeunesse de l’après-guerre il ne peut y avoir que deux camps, celui des résistants et celui des collaborateurs. Le Ministère de l’Éducation Nationale, les enseignants et les associations d’anciens résistants qui organisent les fameux concours de la Résistance ont beaucoup contribué à cette simplification, de même que le PCF.

Or ce dernier, au début de la guerre, avait tendance à renvoyer dos-à-dos les deux principaux pays en conflit, Angleterre et Allemagne nazie, et à faire de De Gaulle un agent de la finance anglaise3. Cette attitude initiale, peu conforme avec l’image du « parti des fusillés » que le PC veut donner après la guerre a été longtemps passée sous silence par lui. Ainsi sans doute pour ne pas laisser au seul de Gaulle le bénéfice d’un appel précoce à la Résistance, L’Humanité cite abondamment en 1944-45, l’appel à l’action que le PC aurait lancé dès le 10 juillet 1940. Or certains historiens émettent des doutes, sinon sur son authenticité, du moins sur sa date réelle. Pour Jean-François Muracciole, il est antidaté4. Quant à Claudy Delattre, dans son article du Mouvement Social5, il s’étonne que seul de tous les numéros de L’Humanité clandestine il porte mention « Directeur Marcel Cachin » ; de plus observe-t-il, le numéro 60 est daté du 7 juillet 40, le numéro 61 du 13 juillet 40. Par contre le PC a eu tendance à annexer des militants ouvriers victimes de la terreur nazie qui n’étaient pas – ou plus – membres du Parti, ainsi Marc Bourhis et Pierre Guéguin (ou Guéguen). Tous deux enseignants, le premier militant trotskyste dès 1933 dans le Finistère, le second maire communiste de Concarneau en rupture de parti après la signature du pacte germano-soviétique, font partie des 27 otages fusillés par les nazis dans la carrière de Châteaubriant le 22 octobre 1941. Pendant les années 1970, la LCR n’a cessé de mener campagne pour que le PC et en particulier Fernand Grenier, président de l’Amicale de Châteaubriant, reconnaissent que parmi les 27 se trouvaient un trotskyste et un opposant au stalinisme6. Aujourd’hui les stèles de Marc Bourhis et de Pierre Guéguin ne font état que de leur appartenance syndicale ou de leur fonction élective7.

Il n’était pas facile donc pour un parti se réclamant prioritairement de la classe ouvrière, du combat des colonisés, de se positionner au début de la Seconde Guerre mondiale. Pas plus que les autres, les trotskystes n’ont été à l’abri d’errements ou même de « déraillements »8. La disparition brutale de Léon Trotsky, assassiné le 20 août 1940, la rupture des relations entre trotskystes européens et américains, tous ces facteurs contribuent à désorienter les militants. En particulier, la mort de Trotsky n’allait pas permettre au mouvement d’achever l’élaboration stratégique amorcée en 1940 et de passer du « défaitisme révolutionnaire » à la « politique militaire du prolétariat ».

Cela n’empêche pas les militants trotskystes de mener un combat courageux dans les usines et auprès des soldats allemands notamment. Ceci leur vaut de connaître la répression, plusieurs dizaines d’entre eux, dont le secrétaire général du POI [Parti ouvrier internationaliste], Marcel Hic, connaissent les camps et y périssent. Dans ces camps ils continuent à militer et à résister, fidèles à l’internationalisme9. Mais ils ont aussi à faire face à la vindicte des staliniens dont on connaît aujourd’hui la responsabilité dans la mort de Pietro Tresso et de ses camarades10.

  1. Du « défaitisme révolutionnaire » à la « politique militaire prolétarienne »

Dès 1934 les trotskystes développent, dans un texte important, leur position sur une guerre que l’arrivée d’Hitler au pouvoir rend probable à brève échéance. Il s’agit de ne pas répéter la trahison de la social-démocratie en 1914 en soutenant « son » impérialisme contre l’impérialisme étranger. Comme celle de 1914, la guerre à venir mettra aux prises deux impérialismes pour le partage du monde. D’ailleurs dans un camp comme dans l’autre, on trouvera des États fascistes ou semi-fascistes, bonapartistes, et des États « démocratiques ». Le parti ouvrier ne doit pas verser dans le chauvinisme sous prétexte de soutenir son impérialisme national « pour sa fragile coque démocratique »11. On ne peut déroger à cette règle du « défaitisme révolutionnaire » qu’en cas d’agression commise contre un peuple opprimé. Ainsi Trotsky, après l’invasion de la Chine par le Japon, appuie la guerre du peuple chinois : « Les organisations ouvrières du Japon n’ont pas le droit d’être patriotes, mais celles de Chine l’ont »12.

Le prolétariat doit donc conserver son indépendance et son « irréductible hostilité au gouvernement impérialiste de son propre pays »13. Ainsi les trotskystes refusent de différer les revendications sociales tant que dure le conflit sous prétexte de combat contre le nazisme. Gerd-Rainer Horn rappelle que plusieurs d’entre eux furent condamnés et emprisonnés pour cela en Grande-Bretagne, en Irlande et en Suisse pendant la guerre14.

La guerre une fois déclarée, le Manifeste adopté par la IVe Internationale à sa Conférence dite d’Alarme, tenue à New York le 26 mai 1940, réaffirme ces positions : La classe ouvrière n’a pas « à aider les démocraties contre le fascisme allemand »15. La tâche « n’est pas de soutenir une partie du système capitaliste contre l’autre mais d’en finir avec le système dans son ensemble ». Car en effet, le pendant de ce refus de collaborer avec la bourgeoisie (il est rappelé « l’imposture du Front populaire qui paralyse les masses laborieuses », les met à la remorque de la « bourgeoisie progressive »), c’est la réaffirmation que la « tâche stratégique » de l’heure, c’est « la transformation de la guerre impérialiste en guerre civile »16. Seul le prolétariat d’un pays allié à l’URSS pourrait être amené à atténuer, sans pour autant y mettre fin, sa lutte contre son gouvernement. Ainsi il serait absurde que le prolétariat américain sabote l’envoi de munitions à l’URSS, en cas d’alliance des deux pays. Car une autre des caractéristiques constantes des textes adoptés majoritairement par la Quatrième Internationale est la réaffirmation de la nécessaire défense de l’URSS, première expérience d’économie planifiée.

Mais dès 1934, dans le texte « La Guerre et la Quatrième Internationale », Trotsky, son principal rédacteur, appelle l’avant-garde prolétarienne à participer à la guerre si la classe ouvrière a été incapable de l’empêcher17. Il faut se distinguer des pacifistes, des objecteurs de conscience et s’assumer comme « révolutionnaires militaristes »18. Dialoguant avec les militants du SWP en visite à Mexico peu avant son assassinat, Trotsky leur demande d’exiger des syndicats américains qu’ils luttent pour que l’État forme militairement les ouvriers : « Nous voulons des officiers ouvriers »19.

C’est le seul moyen de préparer la prise du pouvoir lors des situations révolutionnaires qui ne manqueront pas de se produire. Les derniers mots de Trotsky prononcés le jour de son assassinat et trouvés dans son dictaphone précisent que la nouvelle orientation stratégique du mouvement baptisée « politique militaire prolétarienne, est une continuation de la politique élaborée pendant la dernière guerre impérialiste, avant tout sous la direction de Lénine. Mais une continuation ne signifie pas une répétition »20. Il s’agit d’être prêt à transformer la guerre impérialiste en guerre civile, et les militants de l’avant-garde doivent donc se préparer à encadrer les masses qui se mettront en mouvement selon un scénario que Trotsky voit proche de celui de la fin de la Première Guerre mondiale.

  1. Positions et attitudes contrastées des trotskystes français jusqu’en 1944

Certes, la situation de guerre perturbe la vie des militants trotskystes, mais les deux principaux groupes (Parti ouvrier internationaliste et Comité communiste internationaliste issu de l’ex-Parti communiste internationaliste) se révèlent capables de renouer les liens et de reconstruire leurs micro-organisations21 assez tôt. Le premier numéro de La Vérité clandestine, organe du POI, date ainsi du 31 août 1940. Les militants du CCI envoient leurs dirigeants, notamment Pierre Frank, à l’étranger dès la déclaration de guerre. Ils publieront 20 numéros de Correspondance Internationaliste jusqu’en avril 1940. Ce groupe a été « durement éprouvé par l’arrestation en février 1940 d’une douzaine de membres-sympathisants dont le postier Charles Margne »22.

Quant aux constructions théoriques dues à Testu (Henri Molinier) qui dans un texte du 28 août 1940 au titre emprunté à Lénine, « Que Faire ? », tente de caractériser la situation nouvelle de l’Europe au lendemain des victoires d’Hitler, elles apparaissent comme surprenantes. Pour lui les victoires nazies ouvrent une longue période de recul pour le mouvement ouvrier, il faut s’y adapter. « Que Faire ? » propose donc l’entrisme dans les organisations fascistes et d’ailleurs aussi dans le PCF et ses comités populaires, sans qu’il ne s’agisse là d’une adhésion aux idées collaborationnistes, bien sûr. Quelques militants entrent alors au RNP (Rassemblement national populaire) de Marcel Déat, Henri Molinier donc (avec l’accord de la direction du CCI), Roger Foirier pour très peu de temps, Maurice Déglise plus longtemps. Ce dernier « s’y enlisa »23. Arrêté et détenu à la Libération pendant deux mois pour collaboration, il fut libéré pour avoir sauvé la vie de militants du PCF en les prévenant de leur arrestation24.Un autre militant gagné lors de l’entrisme à la SFIO par l’ex-PCI en 1936, Paul Cognet, dirigeant de la Fédération CGT de l’habillement, se rallia à Pétain, siégeant dans les organismes corporatifs mis en place par la Charte du Travail25. Quant à René Binet (1913-1957), contre qui le CCI publia une mise en garde en avril 1943, il semble bien que nous soyons en présence du seul cas de trotskyste devenu nazi26. Cet employé, syndicaliste CGT et ancien militant des JC (il en fut exclu en 1934) se rapprocha de l’ex-PCI dont il devint membre du CC en 1936. Ayant regroupé une quinzaine de militants autour de lui dans sa ville du Havre, il y publie un journal Le Prolétaire en 1938-39. Dans un article du 1er septembre 1938 intitulé « La chasse aux trotskystes est ouverte », il propose de « désigner des otages parmi les chefs staliniens » pour que cessent les agressions contre l’avant-garde révolutionnaire27. Prisonnier en Allemagne il évolue vers le nazisme auquel il reste fidèle jusqu’à sa mort28.

Il est à noter que d’autres figures du trotskysme d’avant-guerre furent en partie désorientées, parmi elles Jean Rous. A l’automne 1940 il prétendit créer avec Fred Zeller et Maurice Jaquier notamment, un MNR (Mouvement national révolutionnaire) hostile à la fois à Vichy et à de Gaulle, à Londres et à Moscou, une position intermédiaire extrêmement difficile à tenir. Après la disparition du mouvement en 1941 du fait de la répression, il rejoignit la Résistance et la SFIO en 194429. Mais à l’intérieur du CCI, à l’initiative de Rodolphe Prager et de Jacques Grinblat (Privas)30, un coup d’arrêt est donné dès janvier 1941 à la dérive jugée dangereuse initiée par le texte d’Henri Molinier. Ce dernier est exclu de la direction à cette date. Le travail des militants est orienté vers l’implantation dans les usines, « dans la perspective de transformer la guerre inter-impérialiste en révolution prolétarienne »31. C’est dans les usines de la banlieue de Puteaux-Suresnes que des progrès réels furent accomplis, les militants qui en ont été les acteurs ou les témoins parlent volontiers du « bastion prolétarien » du parti32. Un des militants les plus actifs de ce groupe est Raoul (Claude Bernard, 1921-1994), inscrit en philosophie à la Sorbonne en novembre 1940. C’est là qu’il adhère au CCI. Affecté à une cellule ouvrière, il se fait embaucher en usine comme tous les étudiants de l’organisation. Mais parallèlement à son travail ouvrier, Raoul fut l’un des bâtisseurs du groupe communiste internationaliste indochinois de France à partir de juillet 1942.

Un autre regroupement trotskyste, plus modeste encore par la taille, puisqu’au début il ne regroupe que deux couples – Barta (David Korner)33 et Louise, Jacques Ramboz et Lucienne – porte aussi son effort sur les usines. Un des tous jeunes militants de ce groupe, Mathieu Bucholz (19 ans en 1941) gagne ses anciens camarades d’école, Jean et Pierre Bois, ex-JC34. Ce dernier, ouvrier très jeune dans le bâtiment puis la SNCF, se fait embaucher dans la métallurgie sur demande de l’organisation. Entré à Renault-Billancourt en mai 1946, il fut l’animateur de la grève qui, en mai 1947, amena les ministres communistes à quitter le gouvernement tripartite35. Le militantisme opiniâtre d’une organisation – on a presque envie de dire d’un homme, Barta – semble validé par cette issue. Cette organisation, par ses tracts et ses publications (La Lutte de Classes paraît régulièrement à partir de 1942), s’emploie aussi à dénoncer très vigoureusement le social-patriotisme auquel aurait succombé le POI, la principale organisation trotskyste : « Dans ce travail (introduire le poison nationaliste-chauvin dans les rangs ouvriers) le POI a occupé une des premières places parmi les partis ouvriers… Ne fut-il pas dès l’été 1940 un des initiateurs du concert nationalo-démocratico-allié ? »36.

Se félicitant de la manifestation étudiante du 11 novembre 1940 sur la tombe du soldat inconnu à l’Arc de Triomphe, La Vérité, publiée par les militants du POI, appelle en effet à la création de Comités de vigilance nationale pour mieux organiser les futures manifestations37. Dans un texte de septembre 1940 adopté à l’unanimité par le CC, le POI lance un appel à la « fraction française » de la bourgeoisie, qu’il oppose aux fractions allemande et anglaise. De Gaulle est caractérisé comme « un pantin au service de l’État-major anglais », mais « le gaullisme des larges masses est un phénomène largement progressiste »38. Le parti se demande donc comment faire pour se tourner vers cette fraction de la bourgeoisie. Si l’on en croit Frédéric Charpier, qui rapporte le témoignage de Gérard de Sède, jeune militant en 1940, le POI aurait soutenu matériellement le groupe d’Yvon Morandat, le Mouvement ouvrier français, une personnalité étiquetée gaulliste de gauche après la guerre39. En tout état de cause le POI s’est reconstitué lui aussi rapidement au début de la guerre à la suite d’un rapprochement, d’après Yvan Craipeau, entre son groupe, « La Voie de Lénine », issu du Parti socialiste ouvrier et paysan (PSOP), et celui de Marcel Hic et David Rousset… La conférence d’unification a eu lieu en août 40 dans une grotte près de Mantes, ville dans laquelle Yvan Craipeau enseignait. Cette réunification permet la sortie du journal La Vérité, d’abord ronéotypé puis imprimé à partir du numéro 20, du 15 septembre 1941. Une minorité, l’opposition internationaliste, dirigée par Marcel Gibelin, se constitue également par opposition à toute déviation nationaliste. Le groupe est actif dans les Auberges de jeunesse. Une de ses militantes, Lucienne Abraham (Michèle Mestre), en est responsable nationale jusqu’à son arrestation en 1941. Les Auberges de jeunesse constituent un lieu de recrutement. Mais très tôt aussi le groupe se pose le problème de la fraternisation avec les soldats allemands : « Il faut gagner l’Armée allemande à la lutte contre l’hitlérisme »40.

A posteriori Yvan Craipeau confirme : « Nous étions tous d’accord pour condamner l’assassinat indifférencié des soldats allemands comme le pratiquaient les communistes »41. Le premier numéro du journal en allemand destiné à ce travail sort en juillet 1943. Presque entièrement rédigé par Widelin (Martin Monat), un militant trotskyste allemand abattu par la Gestapo en juillet 1944 après 4 ans de traque, Arbeiter und Soldat est publié jusqu’à cette date. Il permet de regrouper à Brest une quinzaine de soldats allemands, à l’origine eux-mêmes d’une feuille ronéotypée Zeitung für Soldat und Arbeiter im Westen. Cette « entreprise héroïque »42 se termine dans le drame, les nazis ayant réussi à identifier les militants allemands et français. Le 17 octobre 1943 le groupe de Brest est arrêté, le principal protagoniste de ce travail, Robert Cruau, jeune postier originaire de Nantes, meurt sous la torture. Les nazis remontent jusqu’à la direction nationale de l’organisation. Sont arrêtés Marcel Hic, qui meurt en déportation, David Rousset43, Marcel Beaufrère, sa femme Odette, Roland et Yvonne Filiâtre. De l’ancienne direction, seuls Yvan Craipeau et Gibelin ont échappé aux arrestations44. Le parti a aussi été lourdement frappé en province dès le 2 juillet 1942. La police réussit à identifier le dirigeant du groupe de Marseille, Albert Demazière, grâce à un document « microphototypé » glissé dans un savon par Jan Van Heijenoort à New York et tombé entre les mains de la police45. Vingt militants sont arrêtés à Marseille et cinq à Lyon, dont le mathématicien Gérard Bloch. Laurent Schwartz qui était en contact avec ce dernier évite miraculeusement l’arrestation. André Essel échappe aussi de justesse aux gendarmes venus l’arrêter, et gagne alors Paris où il aide à reconstituer l’organisation. D’après Jean-Michel Brabant, 120 militants furent arrêtés, déportés. Rodolphe Prager comptabilise à peu près quarante décès de trotskystes français ou ayant milité en France, du fait de la répression46. Malgré tout les effectifs continuèrent à croître, après l’unification de février 1944 ils montèrent jusqu’à 50047.

  1. Réunification du mouvement trotskyste et répétition générale…

En effet, poussés par la direction de la IVe Internationale qui s’était reconstituée à l’échelle européenne et avait tenu une conférence en février 1944, et particulièrement par Michel Raptis dit Pablo, trois des quatre groupes trotskystes se réunifient en février-mars 1944 dans le Parti communiste internationaliste (PCI) : le POI, le CCI et le groupe Octobre, petite formation née en 1943 autour de certains militants venus du mouvement abondanciste48 et dont le principal dirigeant était devenu Henri Molinier. Le rapport de force transparaît à travers la répartition des sièges au comité central : 3 pour le POI, 2 pour le CCI et 1 pour le groupe Octobre (un représentant du secrétariat provisoire européen ayant une voix en cas d’égalité)49. Le premier congrès de cette formation unifiée ne se tient qu’en novembre, en raison des difficultés existantes, dont la moindre n’était pas la vague d’arrestations importante que subit le POI en mars 194450. Seule l’organisation de Barta reste à l’écart de cette fusion, considérant le PCI comme « petit-bourgeois ». Ce regroupement apparaît d’autant plus nécessaire, aux yeux des trotskystes, que la fin de la guerre approche peu à peu. Fidèles à une grille de lecture marquée par l’expérience de la Première Guerre mondiale, ils postulent en effet l’émergence d’une vague révolutionnaire massive, qui doit, menée par les sections de la IVe Internationale, renverser la bourgeoisie et permettre de construire le socialisme.

Le point de départ envisagé pour ce nouvel essor révolutionnaire n’est autre que l’Allemagne, « épine dorsale de la révolution européenne »51, une transposition de l’analyse des bolcheviks dans les années 1919-1923, pour qui l’Allemagne, puissance industrielle majeure et patrie du plus puissant mouvement ouvrier d’Europe, était la clef du succès de la révolution sur le continent… C’est ce qui explique que certains trotskystes voient le STO comme la possibilité d’aller travailler au contact des ouvriers allemands, bien que leur position à son égard (puis vis-à-vis de la relève) soit devenue très critique52, puisque son but est le renforcement d’un des impérialismes en guerre ; leur consigne initiale est de refuser le départ, et ce n’est qu’en cas d’échec qu’il faut saisir la chance d’aller vers les prolétaires allemands et étrangers également réquisitionnés53. Bien des militants devinrent ainsi réfractaires, à l’instar de Pierre Bois ou Michel Lequenne. Ceux qui se retrouvèrent en territoire allemand continuèrent quand ils le pouvaient à militer, une cellule trotskyste à Berlin étant même créée par des membres du CCI, comme Georges Chéron.

Les mots d’ordre avancés, « paix immédiate et fraternisation », s’inscrivent aussi dans cette optique, tout comme l’appréciation portée sur le débarquement allié54. Pour les trotskystes, en effet, ce dernier a surtout pour but d’enrayer toute révolution prolétarienne sur le continent, et d’éviter que les armées soviétiques ne soient les seules à libérer les pays sous domination nazie. Pourtant, il doit indirectement favoriser l’éclosion de soulèvements populaires sur le continent, encouragés par cet apport militaire. Ils recommandent donc la fraternisation avec les soldats anglais et américains, en plus des soldats allemands, la constitution de conseils de soldats s’inscrivant comme une étape vers la grève générale et la victoire révolutionnaire. C’est ce qui permet de comprendre la condamnation du terrorisme pratiqué par de nombreux groupes de résistants et qui prend pour cible des soldats de la Wehrmacht, une attitude qui se situe à contre-courant d’une politique de fraternisation. Les seules cibles que les trotskystes acceptent sont les membres de la Gestapo ou les SS, autrement dit des individus ayant a priori fait leurs les idées nazies, et non pas des ouvriers sous l’uniforme, mobilisés par la force des choses. Mais hostiles au terrorisme individuel, qui favorise la répression contre la population, ils recommandent plutôt « (…) la violence exercée par la masse des travailleurs »55, une violence qui doit dans un premier temps prendre la forme du sabotage industriel, en attendant d’être organisée56.

L’attitude à l’égard de la Résistance s’avère par contre plus problématique. La résolution du secrétariat provisoire européen de décembre 1943 sur « Le mouvement des partisans » recommandait de travailler au contact des mouvements de maquisards, sans toutefois apporter de soutien aux Alliés. Mais c’est là une consigne délicate et plutôt tardive, d’autant qu’auparavant, seule la majorité du POI se situait dans cette optique. En outre, divers facteurs rendirent difficile une telle orientation. Des facteurs objectifs, tout d’abord, les moyens limités des trotskystes, aussi bien financiers qu’humains, le danger qu’ils encourraient à rallier des maquis dirigés par des communistes. Et des facteurs subjectifs, une réticence de certains militants, liée au refus affirmé de privilégier un des camps impérialistes en lutte, comme en témoignaient les critiques du CCI à l’égard du POI. Pourtant, dès la première moitié de 1943, il semble que des contacts eurent lieu entre Marcel Hic et Jean Moulin, le POI souhaitant « (…) établir une collaboration technique et un échange d’informations, notamment contre la Gestapo »57, mais en conservant son indépendance vis-à-vis du CNR (Conseil national de la résistance). Le POI publie également, à compter de mai 1943, Ohé partisans !, rédigé par des FTP. Parmi les militants qui ont fait partie des maquis, on peut citer Henri Kunstlinger (« arrêté et fusillé à Lyon »58), André Calvès ou Gérard de Sède, qui participa à un maquis dans l’Oise contrôlé par les trotskystes, avec Albert Demazière et Paul Parisot. Ce maquis, qui compta jusqu’à vingt partisans « (…) déserteurs allemands, des républicains espagnols et des prisonniers de guerre soviétiques (…)»59), fut critiqué par certains membres du PCI60, mais abrita la conférence européenne de février 1944 de l’Internationale et réalisa un certain nombre d’actions de résistance (« récupération d’armes et de véhicules sur l’ennemi, pillage d’un train de munitions, (…) impression de tracts, brochures et faux papiers »61). Cet investissement dans des maquis avait pour but d’être au contact d’ouvriers en armes, de façon à les amener sur les positions du PCI et leur permettre d’aider leurs camarades restés en usines.

Avec le départ des troupes allemandes du territoire français, et en particulier de Paris à l’été, les trotskystes pensent que les conditions d’un soulèvement révolutionnaire sont réunies. Le 11 août, ils publient des affiches appelant à la grève générale (ainsi qu’à l’ouverture des prisons et des camps, à la constitution et à l’armement de milices ouvrières, et l’élection de délégués « comme en Juin 36 »), participent pour certains aux combats insurrectionnels, tentent d’utiliser un émetteur clandestin installé en banlieue qui ne fonctionne pas, s’efforcent de récupérer des armes, et auraient même essayé de s’emparer d’un pseudo trésor de la Werhmacht au palais du Luxembourg62. C’est dans ce contexte qu’Henri Molinier, devenu le responsable militaire du PCI, se fait tuer par un obus allemand alors qu’il transportait de l’argent pour la publication du journal. Les trotskystes récoltent en tout cas les fruits de leur travail ouvrier en impulsant, dans la semaine du 17 août, moment où débute l’insurrection parisienne, l’occupation d’une dizaine d’usines (vues comme le cœur de la révolution) et la création de comités ouvriers à Boulogne-Billancourt, Suresnes ou Argenteuil-Colombes63. Mais cette influence reste limitée, et ne débouche pas sur une généralisation du mouvement, de par les réticences de la base, l’arrivée des armées alliées à compter du 24 août, et l’opposition du PCF et de la CGT. De même, leur volonté de constituer des milices ouvrières par une transformation éventuelle des milices patriotiques du PCF, en insistant sur la nécessaire indépendance de celles-ci à l’égard du parti, se heurte à la dissolution de ces mêmes milices par l’État fin octobre 1944.

Il convient pour terminer de revenir quelque peu sur la question de l’antisémitisme, de la déportation et du génocide, surtout après ce qu’un auteur récent a écrit sur le sujet64. Dès le 26 mai 1940, dans son Manifeste, la IVe Internationale dénonce l’« (…) intensification monstrueuse du chauvinisme et particulièrement de l’antisémitisme », et de préciser : « (…) la société capitaliste en déclin essaie de presser le peuple juif par tous ses pores : dix-sept millions d’individus (…) ne peuvent plus trouver de place sur notre planète ! »65. Les trotskystes étaient en effet parfaitement conscients de la gravité de cette question, ce qui transparaît à travers des tracts ou des articles de La Vérité qui stigmatisent en particulier la répression contre les Juifs66. L’enfermement des Juifs dans le camp de Drancy est dénoncé par La Vérité en ces termes : « Camarades ! Il faut partout organiser la solidarité avec les juifs enfermés. Comme les militants ouvriers, ils sont, eux aussi, les victimes désignées du fascisme. Camarades, il ne faut pas les laisser mourir ! A bas l’antisémitisme ! Solidarité avec les victimes du fascisme ! » (la partie soulignée est en gras dans le texte). Et quand la propagande vichyste insiste sur l’origine juive de nombreux résistants auteurs d’attentats individuels, La Vérité, sous le sous-titre emprunté à Bebel « l’antisémitisme est le socialisme des imbéciles », écrit ceci : « En réalité la campagne antisémite montre son vrai sens : cacher à tout prix la vérité, diviser en « aryens » et « juifs » la grande famille des opprimés »67. Mais cette lecture de l’actualité à travers une grille lutte de classes les amène à mésestimer gravement les conséquences de la législation antisémite de Vichy. Commentant le premier Statut des Juifs adopté par Vichy le 3 octobre 1940, sous le titre « Un statut des Juifs ? Non ! Un statut des capitalistes », La Vérité fait un pronostic erroné, minimisant par anticapitalisme la portée de ces lois quand elle écrit : « Les boutiquiers juifs auront une pancarte… Quant aux spéculateurs, banquiers et capitalistes juifs, on ne pourra pas toucher à leur fortune, parce que leurs affaires sont étroitement liées à celles des spéculateurs, des banquiers et des capitalistes français » 68. Il ne s’agit pas là d’antisémitisme (une idéologie fermement condamnée par Trotsky69 et ses partisans, donc), mais plutôt d’une incapacité à concevoir l’inconcevable70. Les trotskystes comme les autres souffrent également du manque d’informations, ce qui explique qu’ils n’abordent pratiquement pas le cas du génocide. Il faut cependant mentionner l’article « Déportations en Haute-Silésie » (La Vérité, n° 44-45, 20 mai 1943), écrit à partir du récit d’un évadé anonyme71. Il décrit en effet avec de nombreux détails les conditions de vie et de travail dans le camp d’Auschwitz, sans mentionner l’existence de chambres à gaz (il parle de punitions comme « (…) envois dans les mines de sel et même passage par les armes devant les internés rassemblés », et signale la présence d’un crématorium). Mais comment des militants formés dans l’esprit des Lumières pouvaient-ils envisager une politique d’extermination systématique de tout un peuple ? Leur reprocher serait faire preuve d’une attitude pour le moins anachronique…

Conclusion

Si les trotskystes ne peuvent donc être assimilés à la Résistance « traditionnelle », ils n’en ont pas moins été, dans la limite de leurs forces, de farouches adversaires du nazisme et de la guerre, payant cet engagement par de nombreuses arrestations, exécutions et déportations. Le travail de fraternisation en direction de l’armée allemande, en particulier, se situe dans la lignée de l’internationalisme cher à Lénine et à Trotsky. Il était inimaginable pour les militants trotskystes de percevoir les occupants comme des « boches » à abattre sans discrimination. Ils ont persisté à penser – était-ce utopique ? – qu’il était possible de dissocier les prolétaires enrégimentés de leurs maîtres nazis72. On saisit mieux ainsi le caractère grossier de la campagne menée par le PCF après la guerre contre les « hitléro-trotskystes ».

Finalement, bien que la seconde guerre se termine pour l’Europe en mai 1945, les trotskystes ne sortiront véritablement de l’état d’esprit lié à cette période que de manière progressive : La Vérité n’est légalisée qu’en février 1946, la répression de l’État et du PCF se poursuit73, et certaines de leurs analyses postulent une stabilisation démocratique courte, ce qui permet de comprendre l’attachement à la clandestinité manifesté par une partie des militants. Sur l’Allemagne, ils expliquent en juin 1945 l’absence de révolution principalement par les destructions et les bombardements alliés sur le pays, et par l’occupation militaire, qui atomisent la population, sans oublier les ravages du nazisme74. Mais les événements d’Algérie en mai 1945, l’indépendance proclamée de l’Indochine en septembre, ne peuvent qu’inciter les trotskystes à porter leur regard vers ce monde colonial alors en pleine ébullition, un facteur supplémentaire pour favoriser le déclenchement de la révolution en métropole …

1Gérard de Verbizier, Ni travail, ni famille, ni patrie, Paris, Calmann-Lévy, 1994, 262 p.

2In Rouge quotidien, n° 483, 24 octobre 1977, p. 11.

3L’Humanité clandestine, 1er juillet 1940.

4Jean-François Muracciole, Histoire de la Résistance en France, Paris, PUF, Que Sais-Je ?, 1993.

5Claudy Delattre, « L’attitude communiste à travers L’Humanité clandestine pendant l’Occupation allemande, juin 1940-juin 1941 », Le Mouvement Social, n° 74, janvier-mars 1971, p. 109.

6Cette véritable campagne commence dès 1971 (article dans Rouge n° 129, 23 octobre 1971). Voir aussi l’article de Rodolphe Prager, « Les fusillés de Châteaubriant », Critique Communiste n° 2, novembre 1981. Ce numéro publie la photo d’une délégation de la LCR conduite par Alain Krivine rendant hommage aux fusillés dans la carrière de Châteaubriant. Les militants locaux de la LCR relaient cette campagne, cf. l’article « La Mémoire pour ne pas bégayer » dans L’Étincelle, bulletin de la LCR de Quimper, n° 8, octobre 1992.

7Marc Morlec, professeur d’histoire-géographie, a soutenu une maîtrise sur Pierre Guéguin à l’Université de Brest. Nous n’avons pu en avoir connaissance. Il doit la transformer en livre à paraître à l’automne 2002 chez Skol-Vreizh [Marc Morlec donne plus de détails sur ces deux militants dans son ouvrage, paru en fait en 2003, à Morlaix, aux éditions Skol Vreizh, sous le titre Filets bleus et grèves rouges. Le parcours de Pierre Guéguin est inclus dans une histoire sociale et politique de Concarneau, de 1914 au Front populaire. Note ajoutée en juin 2016].

8C’est le terme utilisé par Pierre Frank dans son histoire de la Quatrième Internationale, Paris, François Maspero, 1969.

9Voir la Déclaration des communistes internationalistes de Buchenwald, 20 avril 1945, publiée par Rodolphe Prager in Les Congrès de la Quatrième Internationale, volume 2, Paris, Édition La Brèche, 1981, p. 5 à 8.

10Pierre Broué, Raymond Vacheron Meurtres au maquis, Paris, Grasset, 1997. Les quatre militants assassinés par les staliniens au maquis Wodli après une évasion collective de la prison du Puy sont Jean Reboul, Abraham Sadek, Maurice Segal et Pietro Tresso, dit Blasco, ancien membre du Bureau politique du Parti communiste italien ayant rejoint l’opposition de gauche après son exclusion.

11Léon.Trotsky, Oeuvres, tome 4, « La Guerre et la Quatrième Internationale », 10 juin 1934, p. 48-85.

12Ibidem, Oeuvres, tome 14, intervention du 30 juillet 1937, p. 271, reprise par Jean-Paul Joubert, « Le défaitisme révolutionnaire », Cahiers Léon Trotsky, n° 23, septembre 1985.

13Ibidem, Œuvres , tome 4, op. cit.

14Horn G.Rainer, « Le trotskysme et l’Europe pendant la deuxième guerre mondiale », Cahiers Léon Trotsky, n° 39, septembre 1989, p. 57.

15Léon Trotsky, Sur la Deuxième guerre mondiale, Bruxelles, Édition La Taupe, 1970, p. 241.

16Œuvres, tome 4, op. cit.

17Œuvres, tome 4, op. cit.

18Œuvres, tome 24, « Discussion avec les visiteurs américains du SWP », 12-15 juin 1940 .

19Œuvres, tome 24, Ibidem.

20Œuvres, tome 24, « Bonapartisme, fascisme et Guerre », 20 août 1940, p. 366-376.

21 D’après Jean-Michel Brabant, Les partisans de la Quatrième Internationale en France sous l’Occupation, Maîtrise Paris VIII, 1974. Le POI avait 250 militants au moment de la déclaration de guerre, le CCI de Pierre Frank quelques dizaines.

22Rodolphe Prager, « Les années d’exil », in Pour un portrait de Pierre Frank, Paris, Édition La Brèche, 1985, p. 24 à 45.

23Michel Lequenne, Inprecor n° 470/471, mai-juin 2002, biographie de Rodolphe Prager (1918-2002), p. 44.

24Voir la biographie de Maurice Déglise (1903-1972) dans le Maitron. Ouvrier tourneur, membre du CC des JC puis candidat du PCI aux Législatives en 1936, il démissionne du CC en novembre, et garde des liens distendus avec le PCI jusqu’à la guerre.

25Rémy Handourtzel, Cyril Buffet, La collaboration…à gauche aussi, Paris, Perrin, 1989, p. 110.

26A ce propos, il convient de régler une fois pour toute le cas du terme d’« hitléro-trotskyste » : injure polémique inventée par les communistes, elle n’a aucune valeur scientifique puisqu’elle postule la coexistence dans le même individu d’idées trotskystes et nazies, un cas de figure jamais rencontré.

27Le Prolétaire, Le Havre, 1er septembre 1938, p. 4, BDIC Nanterre.

28Voir sa biographie dans le Maitron.

29Une thèse, déposée à l’OURS, a été consacrée à Jean Rous (1908-1985) par Pierre Chevalier. Sur le MNR, lire l’article du même Pierre Chevalier dans Dissidences (1ere série), n° 12-13, 2002.

30Curieusement pour Jean-Jacques Marie, in La Vérité, n° 583, septembre 1978, p. 176, Testu s’appellerait Xavier Privas. Difficulté de s’y retrouver dans les pseudonymes destinés à dérouter les policiers mais qui perturbent aussi les historiens.

31Michel Lequenne, in biographie de R. Prager, op. cit.

32Aussi bien Michel Lequenne que Raoul, in Cahiers Léon Trotsky n° 56, juillet 1995. Plus sobrement Michel Dreyfus évoque les tracts diffusés sur une quinzaine d’usines, dans son article « Les trotskystes français et la question nationale pendant la Seconde Guerre mondiale », Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, n° 103, juillet 1976, p. 24.

33Y.Craipeau écrit dans ses mémoires que Barta, alors membre de sa fraction du PSOP, « La Voie de Lénine », a été exclu de ce regroupement au début de la guerre pour n’avoir pas organisé l’impression d’un tract sur la déclaration de guerre.

34Voir le numéro spécial des CLT consacré à Barta (militant d’origine roumaine) et à l’Union communiste pendant la guerre, n° 49, janvier 1993. Mathieu Bucholz sera assassiné à la Libération par les staliniens, comme l’a rappelé Claire Faget (Louise) sur France Culture le 9 août 2002.

35Voir notamment la double page que Lutte Ouvrière a consacré à Pierre Bois à l’occasion de son décès, un peu avant ses 80 ans, L.O, n° 1752, 22 février 2002.

36CLT n° spécial Barta, op. cit., p. 70, extrait des Cahiers du Militant n° 1, 12 décembre 1942.

37La Vérité, n° 6, 15 novembre 1940. [Les citations de La Vérité sont extraites des numéros en fac similé, dans Jean-Michel Brabant, Michel Dreyfus, Jacqueline Pluet-Desplatin, « La Vérité » clandestine et son supplément « Arbeiter und Soldat », Paris, Études et Documentation internationales (EDI), 1978. Note ajoutée en juin 2016].

38 In Les Congrès de la Quatrième Internationale, Paris, Édition La Brèche, 1981, volume 2, rapport adopté par le CC du POI, in Bulletin du Comité pour la Quatrième Internationale, n° 2, 20 septembre 1940, p. 92-102.

39Frédéric Charpier, Histoire de l’extrême-gauche trotskiste, Paris, Éditions 1, 2002.

40La Vérité, n° 6, 15 novembre 1940.

41Yvan Craipeau, Mémoires d’un dinosaure trotskyste, Paris, L’Harmattan, 1999.

42Selon les termes de Laurent Schwartz, Un mathématicien aux prises avec le siècle, Paris, Éditions Odile Jacob, 1997.

43Souvent le POI a été accusé de laxisme, de manque de rigueur dans le travail clandestin. Les circonstances de l’arrestation de David Rousset semblent le confirmer. Après l’arrestation de Marcel Hic avec qui il était en contact, il rentre malgré tout chez lui et est arrêté le lendemain (in Émile Copfermann, David Rousset. Une vie dans le siècle, Paris, Plon, 1991).

44Ces événements forment la trame du roman de Marek Corbel, Les Gravats de la rade, Gudensberg-Gleichen (Allemagne), Editions Wartberg, 2015. Lire le compte rendu sur notre blog, http://dissidences.hypotheses.org/6307 (Note ajoutée en juin 2016).

45Pour plus de détails, voir Frédéric Charpier, op. cit.

46In Les Congrès de la Quatrième Internationale, vol.2, op. cit., p.470-3.

47Moins de 200, d’après Michel Lequenne, in « Notes sur notre histoire-III », in Critique communiste, n° 151, p. 96.

48Ce mouvement, fondé en 1929 par l’économiste Jacques Duboin, prônait une répartition égalitaire de la production économique grâce à l’abondance de richesses permise par la mécanisation.

49In Les Congrès de la Quatrième Internationale, vol. 2, op. cit., p. 188.

50Étaient ainsi arrêtés Maurice et Renée Laval, Marguerite Métayer, Pauline Kargeman, etc… qui furent tous déportés. Voir Les Congrès de la Quatrième Internationale, vol. 2, op. cit., p. 470.

51Voir les « Thèses sur la liquidation de la deuxième guerre impérialiste et la montée révolutionnaire », in Les Congrès de la Quatrième Internationale, vol. 2, op. cit., p. 193 à 231.

52In Jacqueline Pluet-Despatin, Les trotskistes et la guerre 1940-1944, Paris, Anthropos, 1980, p. 186 à 190.

53Contrairement à ce qu’écrit Christophe Nick dans Les trotskistes, Paris, Fayard, 2002, p. 304-305.

54Voir Jacqueline Pluet-Despatin, op. cit., p. 156 à 159.

55In La Vérité, n° 20, 15 septembre 1941, article « Terrorisme ou organisation des masses ? ».

56On peut néanmoins relever qu’un des membres du groupe dit « l’Affiche rouge », Armenak Manoukian, était initialement trotskyste. Voir sa notice biographique dans le Maitron.

57In Yvan Craipeau, Contre vents et marées, Paris, Savelli, 1977, p. 181-182. « Un local fut équipé en commun, rue Daguerre, avec le réseau Vélite-Termophyles où étaient tapées les correspondances et les notes du CNR. Y travaillaient deux permanents (René Bleibtreu et Weismaner dit Delmotte) et plusieurs dactylos « prétées » par le POI. L’organisation d’une des réunions du CNR fut par exemple assurée, ainsi que sa protection, par Kilian et des militants du POI ».

58In Jean Rabaut, Tout est possible ! Les « gauchistes français » 1929-1944, Paris, Denoël, 1974, p. 373.

59Témoignage écrit de Gérard de Sède du 4 janvier 1999 pour le Dictionnaire Maitron.

60« (…) les mêmes qui préconisaient de tuer “ les bourreaux SS et de la Gestapo ” (La Vérité, 1er août 1944) (…) s’indignaient que nous ayons transmis à Londres les sites des rampes de lancement des V1 et V2, situés dans l’Oise, ce qui était à leurs yeux choisir un camp impérialiste contre l’autre, en oubliant que Hitler venait précisément de confier à la SS le direction de tout ce qui concernait les fusées !», lettre de Gérard de Sède à Jean-Guillaume Lanuque du 8 août 2000.

61Témoignage écrit de Gérard de Sède, cité à la note 59.

62In Jean Rabaut, op. cit., p. 374, et Yvan Craipeau, Mémoires d’un dinosaure trotskyste, op. cit., p. 174 à 179.

63Lire les pages 125 à 128 du travail de Céline Malaisé, Trotskysme et engagements militants en France de 1938 à 1944, qui avait été chroniqué dans le n° 9 de Dissidences-BLEMR.

64« Les Juifs sous Vichy : un détail pour les trotskistes », p. 305 de Christophe Nick, op. cit.

65Oeuvres, tome 24, « Manifeste de la IVe Internationale sur la guerre impérialiste et la révolution prolétarienne mondiale », 23 mai 1940, p. 29.

66Article « Au camp de Drancy », paru dans La Vérité n° 26 du 5 décembre 1941. Lire également les pages 99 à 103 de la maîtrise de Céline Malaisé, op. cit.

67In La Vérité, n° 27, 1er janvier 1942.

68La Vérité n° 5, 1er novembre 1940

69Cf Enzo Traverso, Les marxistes et la question juive, Paris, Kimé, 1997.

70Comme le dit Pierre Laborie, L’Opinion française sous Vichy, Paris, Seuil, Points-Histoire, 2001, p. 276 : « L’énormité et l’horreur des faits entraient difficilement dans ce que les esprits étaient intellectuellement capables et pouvaient moralement accepter de concevoir ».

71Christian Eyschen, dans son ouvrage La Libre Pensée contre l’Église (1999), le qualifie de « (…) premier témoignage sur l’horreur d’Auschwitz (…) », et signale qu’il fut «(…) repris le 12 octobre dans Libé Sud et en février 1944 dans Franc-Tireur », p. 207.

72Ils ne pouvaient connaître le degré important d’implication des soldats de la Wehrmacht dans les massacres et crimes de guerre commis en URSS, contre les populations soviétiques et juives, implication mise en lumière par des historiens comme Omer Bartov, L’armée d’Hitler. La Wehrmacht, les nazis et la guerre, Paris, Hachette, 1999. (Note ajoutée en juin 2016).

73 A titre d’illustration, lire René Dazy, Fusillez ces chiens enragés !… Le génocide des trotskistes, Paris, Olivier Orban, 1981, p. 305 à 321.

74In Les Congrès de la Quatrième Internationale, vol. 2, op. cit., p. 291.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *