Pierre-Jean Luizard, Le piège Daech. L’État islamique ou le retour de l’Histoire, Paris, La Découverte, 2015, 187 pages, 13,50 €.

.

Un billet de Christian Beuvain

I – L’auteur

Pierre-Jean Luizard, directeur de recherches au CNRS au sein du Groupe sociétés, religions, laïcités (GRSL)1, est quasi absent des grands médias audiovisuels2 lorsque sont abordées les questions actuelles du Moyen-Orient. Serait-ce ce statut de spécialiste universitaire qui lui fait préférer, sur les « plateaux », des intervenants dont la seule compétence, le plus souvent, n’est validée que par leurs employeurs, des bureaux privés d’ « expertises » ? Auteur pourtant de plusieurs ouvrages de références3, Pierre-Jean Luizard veut retracer, dans Le piège Daech – achevé d’écrire peu de temps avant l’assassinat de la rédaction de Charlie-Hebdo et de personnes juives d’une supérette casher – la genèse et le succès rapide de l’État islamique, ainsi que donner des clés de compréhension sur ce qu’il nomme « le piège Daech ». Piège qui consiste pour les djihadistes sunnites à impliquer les États occidentaux et leurs populations, qualifiées de kuffâr (mécréants), dans le combat sans merci qu’ils mènent contre les États « fantoches », l’Irak et la Syrie. Pour l’auteur, le moyen de son propos, et le seul qui vaille assurément, c’est faire retour sur l’Histoire (p. 11). Six chapitres lui permettent ce retour.

II – Un peu d’Histoire

Dans une de ses premières vidéos (juin 2014), l’État islamique met en scène l’effacement de « la frontière Sykes-Picot » (p. 39), afin de démontrer au monde « la nature coloniale de presque toutes les frontières régionales » (p. 41). Il s’agit des accords secrets4 signés en 1916 entre François Georges-Picot (France) et Mark Sykes (Grande-Bretagne), prévoyant le démantèlement de l’Empire ottoman et le partage des territoires arabes entre ces deux puissances mandataires, à la fin de la Première Guerre mondiale. La Grande-Bretagne est la plus active sur le terrain, instrumentalisant à son profit les révoltes de minorités comme les Kurdes ou les Arméniens, soutenant les guérillas arabes contre les troupes ottomanes (épisode du célèbre colonel Lawrence d’Arabie), ou bien flattant les ambitions pan-arabes des élites intellectuelles émergentes, qui, confiantes dans les promesses britanniques, organisent un Congrès national arabe (mars 1920). En avril 1920, le sort des territoires et des populations qui y vivent est définitivement scellé à la conférence de San Remo : la France obtient son mandat sur la Syrie et le Liban, tandis que la Grande-Bretagne contrôle l’Irak, la Palestine et la Transjordanie (p. 43-52). Les Arabes qui rêvaient d’un Grand royaume arabe se sentent trahis, tout comme certaines minorités, par exemple les Kurdes, à qui le traité de Sèvres (août 1920) promettait un Kurdistan autonome5. Cependant, ces « États » élaborés sous puissance mandataire fascinent très rapidement les élites bourgeoises, qui veulent les contrôler pour leurs intérêts propres. C’est le cas en Irak, où l’État, dès l’origine, se construit « sous la domination de la communauté arabe sunnite minoritaire et, donc, dans un rapport d’antagonisme permanent avec sa propre société » (p. 53), puisque celle-ci est chiite à 75%. En Syrie, la configuration est inverse, puisque la France assoit sa domination en s’appuyant sur les chiites hétérodoxes minoritaires (Druzes ou Alaouites), face à une majorité arabe sunnite.

Pierre-Jean Luizard ne manque pas de remarquer que cette monopolisation confessionnelle du pouvoir (politique et économique) s’est parée, au fil des décennies, du vernis d’un discours nationaliste pan-arabe, s’appuyant, par moment, sur un sentiment nationaliste réel. Cette construction idéologique se retrouve dans quasiment tous les pays arabes, principalement dans les années 1970-1980. Mais une fois le vernis craquelé et effacé, « le roi s’est retrouvé nu »…

III – État ou pas État ?

Une fois l’État baasiste irakien démantelé (suite à l’occupation du pays par les États-Unis en 2003), remplacé par une domination chiite-kurde discriminant les sunnites, la population fut entraînée dans le maelström d’une guerre confessionnelle sanglante, orchestrée par des milices religieuses6. Daech peut alors émerger, s’installer et prospérer « sur les ruines d’institutions en cours d’effondrement. » (p. 58). Pierre-Jean Luizard date le projet étatiste des djihadistes sunnites de janvier 2014, lorsque ils occupent la grande ville de Falloujah, symbole en 2004 de la résistance des tribus locales sunnites, face aux soldats étatsuniens. Myriam Benraad avait déjà montré que le soulèvement de la ville de Fallouja se colorait d’une dimension islamiste forte7. Ayant compris qu’un pouvoir ne repose pas sur une armée mais sur des institutions, les dirigeants de ce qui n’est encore qu’une organisation djihadiste rivale d’Al-Qaïda confient ce pouvoir, dans les territoires qu’ils conquièrent, aux notables locaux (chefs claniques et tribaux) en les soumettant. Mossoul, ville de 2 millions d’habitants (l’équivalent de Marseille et Lyon) tombe en juin 2014, et le 29 juin, Abou Bakr al-Bagdadi se proclame calife des musulmans : l’État islamique est né.

En Syrie, le président Bachar al-Assad, face au soulèvement populaire, décide de jouer « la carte d’une confessionnalisation à outrance » (p. 108), libère même des centaines de djihadistes (allant grossir les rangs de Daech), afin de se prévaloir auprès des Européens et des États-Unis du rôle d’ultime bouclier contre le « chaos » et Daech.

Pierre-Jean Luizard démontre que Daech est bien un État (en gestation certes), mais un État tout de même8. Le fait d’appliquer une loi, la loi islamique (charïa), sur un territoire précis, bien qu’en mouvement, à travers des administrations provinciales (au nombre de 7), des institutions, un « pouvoir judiciaire identifiable » (p. 155), avec des juges religieux (qadis) et une police faisant respecter les nouvelles normes sociales (voile intégral pour les femmes, mixité interdite et sévèrement châtiée, contrôle des prix sur les marchés, interdiction de la philosophie, de l’histoire, des sciences sociales, de l’art, du sport à l’école, etc.) constitue pour le moins des éléments, des caractéristiques considérés comme essentiels pour qualifier un État9.

Celui-ci s’avère être ainsi une force d’attraction immense, qui produit ses effets autant au Moyen-Orient (d’où le ralliement à Daech d’autres groupes djihadistes sunnites) que dans les pays dits occidentaux. En effet, le fait est largement connu, et reconnu : sur les 30 000 combattants que compte l’État islamique, 10 000 sont d’origine étrangère, avec une proportion non négligeable d’Européens (dont des convertis), et donc de Français. L’auteur cite l’exemple significatif des Brigades féminines chargées de surveiller, dans l’espace public, la conformité des femmes à la charïa (en particulier veiller au respect de la non-mixité), brigades composées majoritairement de jeunes Européennes (p. 156-157). Des Européens, spécialistes des médias, travaillent également dans l’appareil propagandiste/idéologique de Daech, usant avec adresse des peurs qui agitent les opinions publiques10 (scènes de décapitation, femmes vendues comme esclaves11, etc.), particulièrement dans son magazine Internet Dabiq12, très organisé, avec une rédaction et des maquettistes professionnels.

IV – Conclure (provisoirement ?)

In fine, pour Pierre-Jean Luizard, l’État islamique a atteint son but.

  • D’abord en ce qui concerne l’implication des pays dits occidentaux, qui conduisent un combat « contre le terrorisme » fait de frappes aériennes, d’alliance méfiante avec la Russie de Poutine, mais le tout sans aucune perspective politique. Ce qui ne peut que renforcer Daech, avec son utopie millénariste enracinée, mais également profiter, ponctuellement, à d’autres groupes confessionnels, comme par exemple à Bagdad cette Ligue (chiite) des vertueux, qui lance des appels au djihad … contre l’État islamique ! Dans une configuration politique devenue idéologiquement religieuse, les États issus du colonialisme sont en voie de disparition (Irak, Syrie, la Libye bientôt ?), mais dans une optique radicalement en rupture avec ce qu’avaient tenté d’ébaucher certains partis communistes ou progressistes dans les décennies soixante et soixante dix. A cet égard, on peut regretter que les quelques lignes de l’auteur sur l’adhésion d’une partie des populations chiites (en Irak surtout) au communisme, dans ces années-là, n’aient pas été suivies de développements sur les positions et les alliances des partis communistes actuels, en particulier le Parti communiste-ouvrier d’Irak13
  • En matière de recrutement, on peut raisonnablement penser que ces rôles de police des mœurs et de propagandiste dévolus à de jeunes gens nés et éduqués dans des sociétés sécularisées voire laïques a pour fonction de les mettre à l’épreuve (pour ainsi repérer les plus doués, les plus inventifs mais aussi ceux qui feraient preuve de faiblesse), mais également de montrer au monde que dans ce nouvel État, seule compte la foi en l’islam et aucunement la nationalité, conception étriquée et peu pertinente en l’occurrence. En effet, dans l’arsenal propagandiste djihadiste, il existe une dimension universaliste. Dans les appels (par réseaux sociaux interconnectés) à rejoindre le combat contre la « mécréance », comme « remède à leur souffrance de perte d’identité »14, peuvent se reconnaître aussi bien des Danois aux yeux bleus, des petits-enfants français d’immigrés maghrébins ou des provinciaux fils d’instituteurs laïcs. Les récents attentats en France et en Allemagne, semblent indiquer que l’expansion de l’idéologie « daechiste » se poursuit. Avec ce rêve caressé par les djihadistes de susciter en retour une guerre civile contre les musulmans, ce qui ne ferait selon eux que renforcer leurs rangs, puisqu’ils se présenteraient comme les seuls en mesure de défendre efficacement et radicalement leur communauté, l’umma.

Cet ouvrage d’histoire, loin d’un militantisme culpabilisateur hélas trop répandu, d’une lecture aisée et d’un prix abordable, se doit de figurer dans toute bonne bibliothèque. Pour un échange fécond, le lecteur curieux d’éclairer une situation pour le moins complexe pourra comparer avec les ouvrages de Jean-Pierre Filiu15, historien qui, contrairement à Pierre-Jean Luizard, ne considère pas que l’État islamique en soit un16. Le débat reste ouvert …17

Christian Beuvain

1Il y est responsable du programme « Islam, Politiques, Sociétés ».

2Par contre, il donne des entretiens à la presse (Le Monde, Télérama, Libération, etc.), où il peut expliquer, avec clarté et intelligibilité, les problèmes liées aux islams (sunnite, chiite) dans les pays du Moyen-Orient, en particulier en Irak, au Syrie ou au Liban.

3Dont La Formation de l’Irak contemporain, Paris, CNRS Éditions, 1991, 2002, et Laïcités autoritaires en terres d’islam, Paris, Fayard, 2008.

4Ces accords secrets sont rendus publics par les bolcheviques, dans les Izvestija, dès le 23 novembre 1917 : voir Edward Hallet Carr, La Révolution bolchevique, tome 3. La Russie soviétique et le monde, Paris, les Éditions de minuit, 1974, p. 24-25.

5Les diplomates des grandes puissances ont usé, et usent encore, de la « question kurde » au Moyen-Orient, au gré de leurs intérêts respectifs et des fluctuations géo-stratégiques.

6Lire Myriam Benraad, Irak, la revanche de l’histoire. De l’occupation étrangère à l’État islamique, Paris, Vendémiaire, collection « Chroniques », 2015, ainsi que le compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque, http://dissidences.hypotheses.org/5569

7Myriam Benraad, Irak, la revanche de l’histoire. De l’occupation étrangère à l’État islamique, op. cit.

8Remarquons qu’un certains nombre de commentateurs politiques ou d’historiens peinent ou se refusent à accepter ce terme d’ « État », lui préférant un terme plus neutre, celui d’ « organisation ».

9C’est la Convention de Montevideo en 1933 qui fixe les règles de droit international par lesquelles se définit un État (je remercie Florent Schoumacher de m’avoir communiqué cette information).

10Pierre-Jean Luizard, entretien, Libération, 6 mars 2015.

11Roger Botte, « Daech ou le retour de l’esclavage », L’Histoire, n° 410, avril 2015, p. 28-29. Roger Botte est anthropologue, chercheur à l’institut des mondes africains (CNRS-EHESS).

12Pour les islamistes, Dabiq est le lieu de l’ultime bataille entre les musulmans et les infidèles, à la suite de laquelle l’islam et la charïa s’imposeront au monde entier. Où le miroir inversé du Choc des civilisations de Samuel Huntington …

13A ce sujet, lire Nicolas Dessaux, Résistances irakiennes. Contre l’occupation, l’islamisme et le capitalisme, Montreuil, L’Échappée, 2006. Un compte rendu avait été rédigé pour notre ancien site. Nous le reprendrons sur ce blog d’ici peu.

14Pierre-Jean Luizard, entretien, Les Inrocks, 24 mars 2016.

15Jean-Pierre Filiu, Les Arabes, leur destin et le nôtre, Paris, La Découverte, 2015, ainsi que La véritable histoire d’Al-Qaïda, Paris, Pluriel Hachette, 2011.

16Pour Jean-Pierre Filiu, Daech n’est qu’un « monstre géo-politique » un « prétendu « État islamique » » , in L’Histoire, n° 419, janvier 2016, p. 16-17. Néanmoins, Jean-Pierre Filiu ne précise pas si c’est la dénomination « État » ou « islamique » ou le rapprochement des deux qui est à l’origine de ses réticences.

17Merci à Jean-Guillaume Lanuque et Frédéric Thomas pour leur relecture attentive.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *