Ni patrie ni frontières, n° 52-53, décembre 2015, « Premiers questionnements sur les causes immédiates et lointaines des massacres du 13 novembre 2015 », 299 pages, 12 €.

Afficher l'image d'origine

Un billet de Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque

Ce volume double de Ni Patrie ni frontières, publié au lendemain des attentats de Paris, reprend en réalité des thématiques déjà abordées à plusieurs reprises dans la revue. La majorité des textes reproduits ici date d’ailleurs d’avant les attentats, réflexions s’inscrivant dans le contexte nouveau ouvert par le choc du 11 septembre 2001. Plusieurs de ces auteurs (Colin Foster, Clive Bradley, Martin Thomas1) sont des militants d’un groupe trotskyste britannique, opposé au SWP, Alliance For Workers Liberty (AWL), « groupe qui n’a pas abandonné la défense de l’athéisme ni celle de la séparation des Églises et de l’État » (Yves Coleman, présentation, p. 1). Ils critiquent ce qu’ils dénomment « l’anti-impérialisme de gauche », au nom d’une défense radicale de tous les droits démocratiques, dont justement les courants populistes de gauche et d’extrême gauche anti-impérialiste ne s’occupent pas, voire dénoncent comme une invention « occidentale »2. L’article de Clive Bradley, intitulé « D’où vient l’islam politique ? » (2002), qui tranche avec les analyses d’une certaine extrême gauche accordant un « soutien critique » aux revendications islamiques, est particulièrement pertinent. Solide et référencé, il propose une explication sociale de l’essor de l’islamisme, critique la complaisance de la gauche vis-à-vis de l’Iran, et expose la thèse d’une « décosmopolitisation » des sociétés du monde arabe dans le cadre des révolutions nationales des années 1950, facteur propice au développement de l’islamisme. Concluant à la nature « fascisante » de ces mouvements, il défend la nécessité d’une construction du courant révolutionnaire en dehors de sa sphère d’influence. La théorie dite du « retour de bâton », qui insiste sur la responsabilité pleine et entière de l’impérialisme dans l’émergence du terrorisme islamiste, est aussi rejetée, au profit d’une pluralité d’explications intégrant, car elles ne sont pas niables, les responsabilités des grandes puissances (« Sur la pseudo-théorie gauchiste du « retour de bâton » », p. 128). Enfin, l’AWL accorde un soutien explicite aux Kurdes dans la lutte contre Daech, plutôt qu’aux puissances occidentales ou régionales : « Soutenir les forces kurdes, s’assurer qu’elles soient armées. La façon dont les Kurdes se défendent offre un contraste positif avec toutes les autres formes de confrontation physique avec Daech. », (« Comment lutter contre Daech », p. 148).

De manière plus générale, beaucoup de ces textes posent des questions essentielles (« N’est-ce pas faire preuve d’islamophobie que de supposer que tous les musulmans soutiennent la politique des fondamentalistes ? », p. 69 ; « Si de prétendus marxistes accordent du crédit à l’islam politique c’est parce que, dans une période de triomphalisme de la bourgeoisie, ils ont perdu confiance en eux-mêmes, et non pas parce que les islamistes auraient esquissé le moindre pas vers la gauche. », p. 120) tout en faisant parfois preuve de quelques illusions d’optique (une tendance à surestimer l’importance de l’Iran, chiite, dans l’islam politique, puisque 85% des musulmans du monde sont des sunnites). Un article paru dans Carré rouge en 2006, « Les rapports de classe de l’islam politique avec le Capital et avec les classes sociales », d’Ardeshir Mehrdad et Yasmine Mather, particulièrement touffu, insiste sur les mutations profondes du champ social impulsées dès avant la prise du pouvoir par les islamistes, modifiant les conditions de toute lutte militante. Un autre article, paru dans Solidarity en 2014, présente un tableau fort utile des courants de l’islam au Royaume-Uni, dominé par les émigrations indienne et pakistanaise (« A propos de l’islam britannique », p. 135). Les travaux d’un Gilles Kepel reviennent également à plusieurs reprises, en tant que source précieuse d’informations et d’analyses, même si certaines de ses conclusions sont critiquées (ainsi du déclin de l’islamisme pronostiqué dans Jihad). Les analyses du collectif Temps critiques sont plus exigeantes, plus hétérodoxes dans leur dimension marxiste également. L’impérialisme appartient en effet selon eux au passé, dépassé par une marche vers la totalité capitaliste, et l’islamisme radical actuel combine à leurs yeux éléments de « pré-modernité » et de « néo-modernité ».

La partie spécifiquement consacrée aux réactions vis-à-vis des attentats de novembre 2015 est relativement variée, combinant des réactions parfois incantatoires (« Attentats de Paris : le capitalisme est responsable ! Guerre de classe contre le capitalisme ! », du Parti communiste international). Des « anarchistes d’ici et d’ailleurs » développent une des meilleurs explications, prenant au sérieux le communiqué de Daech sur Paris capitale de « l’Europe croisée fornicatrice ». Ils dénoncent la religion, critiquent ces croyances et ces dogmes, y compris dans leurs formes les plus modérés, dans la lignée d’une tradition anticléricale et athée plus que centenaire, qui leur font affirmer : « Il n’y a pas de religion des opprimés, seulement des religions qui oppriment » (« Comme tombés du ciel », p. 194). Ces libertaires fustigent, exemples précis à l’appui, ceux de leurs ex-camarades, qualifiés de « pacotille » (Alternative libertaire, site Sous la cendre), qui, ayant oublié (comme tant d’autres à l’extrême gauche) que « des Maghrébins peuvent être athées » (p. 266) escamotent allègrement toute critique de la religion voire acceptent des propos antisémites et complotistes pour ne pas désespérer de « jeunes islamisés ». Yves Coleman, avec « Sur quelques discours automatiques à propos des massacres du 13 novembre 2015 à Paris », livre des réflexions très stimulantes, initiant de la sorte un échange riche avec Patsy, militant libertaire. De même, la prise de position de Pierre Rousset et François Sabado, membres de la IVe Internationale, « Les attentats du 13 novembre à Paris : la terreur de l’État islamique, l’état d’urgence en France, nos responsabilités », est d’une louable clarté. Les responsabilités de l’impérialisme, selon les auteurs, ne doivent pas dissimuler celles, propres, de Daech (« (…) l’État islamique doit être appréhendé pour ce qu’il est, pas comme la simple ombre portée de l’Occident. », p. 274-275). S’inscrivant en faux contre les arguments avancés dans la presse de leur propre famille politique, ils écrivent : « (…) lorsque Daesh massacre les Yezidis parce qu’ils sont Yezidis, réduit des populations à l’esclavage, vend des femmes, déstabilise le Liban, pousse aux extrêmes les violences interconfessionnelles (notamment à l’encontre des chiites), quel est le rapport avec un supposé anti-impérialisme ? » (p. 275). Ils appellent, comme l’AWL et le Regroupement révolutionnaire caennais (p. 256-259), à un soutien des oppositions kurdes ou yezidis, y compris leur armement effectif. Enfin, l’interview de Nicolas Dessaux sur la nature de classe de Daech est importante, confirmant les divergences, à la limite de la rupture, qu’il peut y avoir, au sein de l’extrême gauche. Se dessine ici une opposition tranchée entre des analyses privilégiant le « bas » (les djihadistes et combattants à qui on cherche des justifications socio-politiques, occultant sciemment le fait que de nombreux jeunes Européens djihadistes ne viennent pas des classes populaires opprimées, mais des classes moyennes (comme les convertis, par exemple) et d’autres, telles celles de Dessaux, se concentrant avant tout sur le « haut » (Daech comme coagulation de fractions bureaucratiques et militaires évincées d’Irak et de Syrie), bien que ces éléments d’analyse doivent être enrichis pour aboutir, selon son vœu, à « une lecture matérialiste, marxiste » (p. 247) de Daech. Pour être complète, cette lecture ne devrait-elle pas prendre au sérieux l’idéologie religieuse, qui est loin d’être un simple habillage de la lutte pour le pouvoir (p. 244), comme le pense cet auteur ?

Pour conclure, on se doit de remarquer que quelques auteurs, malgré les réticences d’Yves Coleman et de Patsy à les suivre sur ce terrain (p. 195 et 200), osent comparer Daech à du fascisme, (ce qui ne manquera pas de leur être reproché vertement), que ce soit sans ambiguïté (Stéphane Julien3, p. 189, Martin Thomas, p. 123) ou encore prudemment, sous une forme interrogative, par Pierre Rousset et François Sabado (p. 275). Si l’on y ajoute les textes de Michel Surya, Capitalisme & Djihadisme (Lignes) et d’Alain Badiou, Notre mal vient de plus loin (Fayard)4, peut-on dire qu’un tabou sémantique vient d’être brisé ? Son principal mérite ne sera-t-il pas de démonétiser tout l’appareillage idéologico-sémantique des tenants du relativisme culturel et du soutien critique aux identités et à « l’islam religion des dominés », pour enfin aborder, objectivement et historiquement, le rôle et les usages du djihadisme, forme politique du retour du religieux, localement et mondialement ? A moins que se rabattre sur cette catégorie politique connue – employée de surcroît par des « penseurs » médiatiques et les médias de droite/extrême droite – annihile toute tentative critique de partir de la religion pour comprendre et combattre le terrorisme islamiste ? C’est ce que pense par exemple Jacques Wajnsztejn (un des intervenants de ce numéro), directeur de Temps critiques, dans un récent article à propos de ces questions5. La question reste en discussion6.

Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque

1Martin Thomas est un des dirigeants de l’AWL (et auparavant des groupes qui l’ont précédé depuis les années 1970). Nous remercions Yves Coleman pour ces renseignements.

2Nous remercions Yves Coleman de nous avoir fourni ces renseignements. Pour lui, il s’agit « d’un groupe hybride qui se réclame encore du bolchevisme old style, mais qui n’a pas encore terminé son évolution. » (courriel, 26 août 2016).

3Stéphane Julien est le directeur de La Révolution prolétarienne et l’un des animateurs du site La Bataille socialiste. Nous remercions Yves Coleman et Stéphane Julien pour ces informations.

4Voir la recension de ces deux ouvrages dans notre dossier sur ce blog.

5Cet article est accessible sur le site de www.mondialisme.org, à l’adresse suivante : http://www.mondialisme.org/spip.php?article2501#_ftn23

6Nous remercions Frédéric Thomas pour sa relecture attentive.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *