Louis-Pascal Jacquemond, L’espoir brisé. 1936, les femmes et le Front populaire, Paris, Belin, 2016, 439 pages, 23 €

 

Un compte rendu de Morgan Poggioli

Parmi les publications sorties à l’occasion du 80e anniversaire du Front populaire1, le livre de Louis-Pascal Jacquemond se distingue par son approche spécifiquement centrée sur les femmes. Se proposant de faire une synthèse des travaux récents sur la question genrée durant les années trente, l’ouvrage aborde quasiment tous les aspects (politique, social, culturel, économique, professionnel, juridique) qui touchent à la condition féminine durant le Front populaire. Il allie de plus un récit général à des portraits de femmes qui incarnent telle ou telle dimension.

Au travers de neuf chapitres, l’auteur s’attache à démontrer le bilan pour le moins contrasté du Front populaire concernant la situation des femmes. Il faut dire que les espoirs étaient grands et que les résultats n’ont effectivement pas été à la hauteur. Si l’échec le plus flagrant est illustré par la non-obtention du droit de vote féminin (bloqué par le Sénat), d’autres, à l’instar des Accords Matignon, maintiennent les inégalités salariales entre hommes et femmes. Des progrès ont toutefois été apportés soit par le gouvernement (loi de 1938 sur le statut des femmes mariées), soit par la société civile (syndicalisation des travailleuses, mixité des associations et des loisirs, féminisation du monde du travail…), sans que tous les stéréotypes puissent être toutefois totalement levés. Le chapitre consacré aux « femmes invisibles » est également très intéressant puisqu’il tend à mettre en lumière les grandes oubliées de la période : immigrées, paysannes et colonisées. Il aurait d’ailleurs pu être développé davantage car c’est de loin le plus novateur. Par contre, il est regrettable que l’auteur confonde CGT Unitaire et « CGT Unifiée » (p. 80 et 372) et qu’il place l’adoption de la ligne « classe contre classe » du Kominterm en 1920 alors qu’elle date de 1929. Enfin s’appuyer sur un texte de la 1ère Internationale, datant de 1866 (p. 198), pour illustrer l’antiféminisme des syndicats en 1936 paraît discutable. Cela ne retire rien à la conclusion générale du livre faisant du moment Front populaire, une étape importante dans l’histoire des femmes non pas tant en terme d’égalité stricto sensu mais en termes d’émancipation, de visibilité et donc de changement de perception de leur place dans la société. En somme, une victoire morale plus que matérielle qui conditionnera l’égalité juridique d’après la Seconde Guerre mondiale.

Maintenant, si l’on s’accorde à reconnaître que la synthèse est un exercice pour le moins compliqué (se réapproprier les travaux des autres, citer sans dénaturer etc.), il est toutefois des limites déontologiques dont l’auteur s’est affranchi ici. En effet plusieurs chapitres « Les grèves », « A travail égal, salaire égal », « Les femmes se syndiquent » reprennent en grande partie les fruits d’une recherche publiée en 20122. Voir ses travaux repris est toujours gratifiant pour un chercheur mais que seulement la moitié de ses résultats soient référencés en notes de bas de pages est pour le moins agaçant. En effet, l’auteur utilise différents moyens pour ne pas avoir à citer indéfiniment le même ouvrage (qui aurait effectivement monopolisé les notes de bas de page des chapitres précités), alors même que l’on frôle parfois le copier/coller. Nous présentons donc ici la liste de ces techniques d’emprunt litigieux :

  1. Ne faire aucune référence à l’étude originale : p. 214-215 sur les responsables syndicales de la CGT ; p. 312 sur l’antiféminisme syndical ; p. 233 sur la ganterie grenobloise et le travail à domicile. Exemple : la phrase originale (p. 76) « Très répandu dans le textile3, ce mode de production emploie principalement des femmes qui constituent l’essentiel de la force de travail (75% en 1936), en ville comme à la campagne4 » devient « C’est aussi le cas dans le textile où le travail à domicile est le plus répandu et où les femmes constituent l’essentiel de la force de travail (75% en 1936), en ville comme à la campagne », sans aucun renvoi.
  2. Citer les sources qui ont été utilisées et reproduites in extenso dans l’étude originale plutôt que de citer l’étude elle-même, alors qu’il est certain que ces sources n’ont pas été consultées par Louis-Pascal Jacquemond (il s’agit dans ce cas des archives de la CGT) : p. 161 sur la résolution du Congrès de Nantes ; p. 233 et p. 381 sur les compensations obtenues par la CGT pour les ouvrières à domicile. Ou encore p. 155 sur la convention de la métallurgie tournusienne, renvoyant cette fois aux Archives nationales.
  3. Citer les références sur lesquelles s’est appuyée l’étude originale plutôt que de citer l’étude elle-même : p. 156 à propos des conventions collectives signées par la CFTC. Dans l’étude initiale on peut lire p. 62 « Les conventions signées par les syndicats féminins chrétiens présentent les mêmes écarts salariaux nonobstant la défense du principe « À rendement égal, salaire égal »5 ». Sous la plume de Louis-Pascal Jacquemond, la phrase devient : « Chez les représentants des syndicats féminins (CFTC), les conventions reflètent les mêmes écarts salariaux, alors que ces syndicats défendent le principe « À rendement égal, salaire égal »6 ».
  4. Inventer des références : passage sur les déléguées CGT élues à l’entreprise Grégoire de Clichy (p. 150) attribué à « Fréderic Monier, Le Front populaire, Paris, La découverte, 2002 » alors que ce dernier n’aborde à aucun moment cette question dans son ouvrage. Louis-Pascal Jacquemond ne s’est d’ailleurs pas aventuré à lui accoler une page en particulier pour référencer son propos. Il aurait été plus honnête de renvoyer à l’étude pionnière p. 50. On retrouve cette méthode p. 214 avec un renvoi à Catherine Omnes à propos des responsables CGT mariées « ce qui rompt avec le célibat des militantes de la génération précédente et celui de leurs homologues chrétiennes » alors que la phrase originale (p. 36) était « Cela correspond aussi à l’image des militantes du Front populaire, rompant avec le célibat de la génération précédente et celui de leurs homologues chrétiennes » et renvoyait aux articles de Bard et de Chabot dans La part des militants.
  5. Sans compter des formules qu’il est difficile de breveter mais qui se retrouvent étrangement toutes dans la présente synthèse telles que « citoyenneté sociale » (p. 91), « rendez-vous manqué » (p. 229), « tant au niveau légal que réglementaire » (p. 232), « A travail égal, salaire égal ? » (p. 152).

Pour conclure, un ouvrage de synthèse qui aurait mérité un peu plus de rigueur méthodologique et qui a mis le chroniqueur dans une situation délicate, celle de se retrouver malgré lui à la fois juge et partie.

1 Nicole Masson, Les victoires du Front populaire, Vanves, éditions du Chêne, 2016 ; Jean Vigreux, Histoire du Front populaire. L’échappée belle, Paris, Tallandier, 2016 ; Serge Wolikow, 1936, le monde du Front populaire, Paris, Le Cherche-midi, 2016.

2 Morgan Poggioli, « A travail égal, salaire égal » ? La CGT et les femmes au temps du Front populaire, Dijon, Editions Universitaires de Dijon, 2012.

3 Denis Woronoff, La France industrielle, Paris, Éditions du Chêne, 2003, p. 107.

4 Louise A. Tilly et Joan W. Scott, Les femmes, le travail et la famille, op. cit., p. 260 et Joseph Klatzmann, Le travail à domicile dans l’industrie parisienne du vêtement, Paris, Armand Colin, 1957.

5 Joceline Chabot, Les débuts du syndicalisme féminin chrétien en France (1899-1944), Lyon, PUL, 2003, p. 175-180.

6 Joceline Chabot, Les débuts du syndicalisme féminin chrétien en France (1899-1944), Lyon, PUL, 2003, p. 175-180.


Une réflexion au sujet de « Louis-Pascal Jacquemond, L’espoir brisé. 1936, les femmes et le Front populaire, Paris, Belin, 2016, 439 pages, 23 € »

  1. JACQUEMOND Louis-Pascal

    Louis-Pascal Jacquemond
    .14 octobre 2016.

    Je viens de prendre connaissance du « compte-rendu » de Morgan Poggioli concernant L’Espoir brisé. 1936, les femmes et le Front populaire.

    C’est avec beaucoup d’intérêt et d’attention que je lis les compte-rendu car ils comportent en général des observations qui me sont fort utiles et j’apprécie qu’ils relèvent des erreurs. C’est le cas ici pour la première partie. Pour cela je remercie Morgan Poggioli au sujet des trois points suivants : la date du « classe contre classe » du Komintern, la référence à Frédéric Monier qui, du fait d’une suppression dans le texte du manuscrit, n’aurait pas dû être présente, ainsi que la référence aux articles de Christine Bard et Joceline Chabot dans La part des militants dirigé par Claude Pennetier et alii. Par contre la seconde moitié de son propos devrait s’intituler réquisitoire plutôt que compte-rendu. Ce serait acceptable si cela ne devenait pas insidieux : de facto le rédacteur laisse entendre que le travail manque de sérieux et disqualifie, par extension implicite, l’ensemble de l’ouvrage !

    Il n’ y a pourtant aucune remarque sur le fond et la leçon de rigueur méthodique que ce « compte-rendu » souhaite donner est discutable quand elle n’est pas infondée. Il faudra relire les pages 80 et 352 pour ne pas transformer ce qui a été imprimé : le « u » de « unifiée » est bien une minuscule puisque la dénomination « CGT unifiée » est celle issue du Congrès de Toulouse en 1936 et qu’elle figure dans plusieurs textes officiels comme ceux issus de la Présidence du Conseil. Par contre l’utilisation de l’expression consacrée CGT réunifiée aurait probablement évité le malentendu. Quant à l’expression sexiste d’un syndicaliste de 1866, elle est citée par Suzanne Gallois dans son entretien avec Helen Harden-Chenut au sujet des années trente.

    Ensuite, les différents points catalogués méritent quelques commentaires.

    Pour 1/
    Morgan Poggioli a eu, à juste raison, toute sa place dans cette synthèse compte tenu de son travail et de ses publications. Je suis donc étonné qu’à son œil aiguisé échappe (est-ce sciemment ?) la mention de son nom et de sa qualité dans le corps même du texte. Ils précèdent le ou les paragraphes qui font état de ses analyses. C’est en particulier le cas pour tous les chapitres qu’il évoque et au final, son nom apparaît 9 fois dans le corps du texte (ainsi que 8 fois en note ou référence) sans compter la bibliographie. D’autres historiens ou historiennes ont également été cités autant de fois que la référence à leur travaux le nécessitait (explique, écrit, indique, mentionne, évoque,…).

    Pour 2/
    L’affirmation que les sources n’ont pas été consultées est particulièrement osée, voire inacceptable. Morgan Poggioli devrait prendre connaissance de tous les documents mis à disposition par l’Institut CGT d’histoire sociale pour se rendre compte que nombre de documents dont il s’est servi ou qu’il cite sont consultables à distance depuis 2001 (congrès, listes de dirigeants, motions,…). D’autres sites ont également permis de rassembler de la documentation ou de revoir les signalements référencés par les historien-ne-s.

    Pour 3/ et 4/
    Ces deux points étant, selon ce que je comprends, l’exact inverse l’un de l’autre, il est difficile de saisir pourquoi le renvoi à l’étude d’un ou une historienne ou sociologue serait valide dans certains cas et qu’il vaudrait mieux citer la source elle-même dans d’autres!

    Pour 5/
    Je ne savais pas que Morgan Poggioli était devenu l’auteur des expressions qu’il recense (l’allusion indirecte au brevetage est pour le moins curieuse). Pour ma part je préfère rendre à Yolande Cohen, Louise Weiss ou Maria Vérone la « paternité » de ces locutions même si je ne les ai pas référencées à chacune de leurs utilisations.

    In fine, je souscris pleinement au propos de Morgan Poggioli lorsqu’il souligne la difficulté de faire une synthèse sans tomber dans l’avalanche de références et de citations. De plus la cure d’amaigrissement de mon manuscrit initial n’a pas épargné les notes. Néanmoins l’objectif d’une synthèse est de porter à la connaissance d’un large public, au-delà du seul cercle des spécialistes et des initiés, des travaux de qualité. Au demeurant, l’excuse symbolique de l’auteur du compte-rendu, « je suis juge et partie » , ne le dédouane nullement de la rigueur qu’il requiert pour autrui.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *