Dominique Heinry (scénario), Henri Labbé (scénario), Alexis Robin (dessinateur), La poussière du plomb, Paris, Édition Delcourt, 2016, 218 pages, 23,95 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali (avec l’aide gracieuse de Christian Beuvain)

Cette bande dessinée à trois voix est inspirée de « l’affaire Battisti ». Pour rappel, Cesare Battisti, auteurs de polars (Série noire, Le Masque entre autres), réfugié politique italien d’abord au Mexique puis en France, avait fuit son pays en s’évadant de prison, avant d’être de nouveau condamné par contumace pour quatre meurtres qu’il nie toujours.

Ce récit plonge donc le lecteur dans les débuts de l’« automne chaud » italien, en 1969. A Rome, un groupe de jeunes, dont les parents (au moins pour certains) sont militants communistes, s’engage dans un processus de radicalisation politique, dans le climat survolté d’un mai 68 de longue durée. Rapidement, ils ne se contentent plus d’utiliser le panel classique de l’action politique (manifestations, distributions de tracts…), mais songent à s’affronter plus sérieusement aux forces de répression et, plus largement, à l’appareil politique étatique dans son ensemble. Les affrontements sont de plus en plus violents, alors qu’apparaissent les premières organisations prônant la lutte armée. Pour Alberto, Marcello, Marco ou Anna, il n’est pas question de rejoindre les Brigades rouges ou d’autres organisations de lutte armée, avec lesquelles ils n’ont pas de contact direct. Il s’agit plutôt de se débrouiller avec les moyens du bord. Cela ne signifie pas pour autant que les problèmes organisationnels auxquels ils sont très rapidement confrontés ne sont pas identiques à ceux des autres organisations armées, notamment sur la façon de se procurer de l’argent pour militer de manière continue. C’est dans ce cadre qu’ils décident d’attaquer un fourgon bancaire. Affaire sans danger, selon les informations recueillies. Mais le braquage tourne mal et ils font usage de leurs armes. Leur destin alors bascule : entre emprisonnement, cavale à l’étranger (parcours clairement inspiré de celui de Cesare Battisti) ou repli, ils se retrouvent victimes d’une Histoire qui les dépasse et qui durera des décennies.

Dessiné dans les tons sépias, ce récit avait été initialement écrit pour servir de story-board à un long métrage. On en comprend mieux le découpage, très cinématographique, avec une multitude de cadrages et un récit rapide. Au lecteur de développer sa propre appréciation du style du dessin, qui ne semble pas vraiment à la hauteur du projet. Mais l’essentiel n’est peut-être pas là, mais dans la représentation désenchantée offerte par les auteurs de cette histoire, bien loin donc des lendemains qui chantent. Après d’autres vecteurs culturels (romans, films de fiction, poèmes, chansons), cette bande dessinée historique sur ces « Années de plomb » (qui donnent leur titre à l’album), permet d’approcher de manière très vivante les désillusions d’une génération de révolutionnaires qui a été finalement défaite et à qui l’Histoire (a) fait payer le prix fort pour avoir osé défier le système politique et l’État.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *