Didier Daeninckx (texte), France Demay (photographies), Un parfum de bonheur, Paris, Gallimard, 2016, 125 pages, 134 illustrations dont 75 photographies, 25 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali (avec la collaboration de Christian Beuvain)

Au départ de ce livre il y a les photographies, consacrées à la période du Front populaire, de France Demay, un jeune ouvrier du Pré-Saint-Gervais, alors banlieue campagnarde de Paris, retrouvées par son petit-fils1. France Demay cumule deux passions : il est photographe, caractéristique assez rare dans cette période des années trente, le prix du matériel faisant de la photographie une pratique plutôt élitiste, bien qu’une association comme les Amateurs photographes ouvriers (APO)2 tente une approche à la fois documentaire et engagée au sein de la presse communiste. De surcroît, ce n’est pas un photographe familial, mais un photographe intéressé par la dimension documentaire de la photographie. Certes, quelques-unes des photographies ici reproduites sont des photos de famille traditionnelles, mais l’essentiel est constitué de clichés relevant de sa seconde passion, le sport. Le sport ouvrier en l’occurrence. En effet, notre homme est membre, on pourrait presque dire militant, de la toute jeune Fédération sportive et gymnique du travail (FSGT3), créée le 24 décembre 1934, fusion des clubs sportifs socialistes et communistes (6 000 et 12 000 adhérents respectivement). Ces photographies ont été réalisées entre 1936 et 1939, entre autres autour des Olympiades ouvrières de Barcelone (juillet 1936), qui ne purent se dérouler à cause du coup d’État militaire du 18 juillet. Autour de sa femme basketteuse, Simone, se constitue un groupe d’amis et d’amies, sportifs amateurs comme eux, qui profitent de l’élan du Front populaire pour élargir le sport au-delà des stades dans lesquels il est confiné. Grâce aux quarante heures et au développement des loisirs permis par la loi sur les congés payés, les amis vont pouvoir traverser la France pour les compétitions, découvrir les charmes de la campagne, la baignade dans les lacs, la pratique du vélo ou de la montagne.

Tout l’intérêt premier de ce livre est là, décentrer notre regard sur cette période. Certes, on y voit aussi des photographies de moments plus politiques, comme un défilé à la Bastille ou la traditionnelle manifestation au Père-Lachaise pour y célébrer l’anniversaire de la Commune. Mais l’essentiel est consacré à des moments ou des lieux moins fréquentés : la pratique du sport dans les usines occupées, la découverte de Barcelone, les compétitions en province avec la FSGT, l’ascension du Mont Blanc, l’escapade dans une auberge de jeunesse, les déplacements de l’équipe de basket, la pose de l’équipe en soutien à Ernst Thälman et Paula Wallisch, dirigeants du Parti communiste allemand (KPD) emprisonnés…

A travers ces photos du quotidien d’un groupe d’ouvriers et d’ouvrières, c’est une image beaucoup moins connue de la libération permise par les conquêtes du Front populaire qui est offerte. On y découvre une bande de copines au corps dénudé4, faisant leur toilette au bord d’un cours d’eau, le plaisir de jouer ensemble dans un campement improvisé, le rassemblement de jeunes de tout le pays à l’occasion de l’exposition universelle. Partout, triomphent le sourire et la joie d’être ensemble, dans un monde sens dessus-dessous, comme l’illustre à merveille une photographie de l’équipe de volley, l’étoile rouge sur le maillot, avec Simone Demay, la tête à l’envers, soulevée par ses comparses dans ce qu’on devine un grand éclat de rire. A l’intérêt d’un regard empruntant les chemins de traverse s’ajoute, inspiré par ces photos, le récit de Didier Daenincks, qui délaisse ici le polar. Il ne s’agit en aucun cas d’un commentaire, mais d’une recréation, à partir d’un personnage fictif, Ginette Tiercelin, dont les traits s’apparentent à ceux de Simone Demay. A partir de journaux intimes, de lettres, de souvenirs de voyages laissés par trois femmes ordinaires, Didier Daeninckx reconstitue l’histoire reliant ces photographies, y insérant sa patte romanesque. C’est ainsi que l’on voit apparaître Missak Manouchian, le futur fusillé de l’Affiche Rouge ou l’évocation d’un fait divers de l’époque, le « Mystère de la rame numéro 382 ».

Magnifiquement édité, cet album constitue une émouvante évocation du Front populaire, en dehors des sentiers (relativement) balisés de la commémoration, par l’utilisation inusitée de documents photographiques réels et de dialogues fictifs, bien qu’enracinés dans l’histoire de cet événement fondateur de bien des mémoires. A recommander chaleureusement.

1Sur un stock retrouvé de 1 500 photographies, 75 ont été sélectionnés pour cet ouvrage.

2Les APO sont considérés comme des reporters « de la lutte de classes ». Ils s’inspirent de leurs homologues allemands qui travaillaient, par exemple, pour l’AIZ [Arbeiter Illustrierte Zeitung] de Willy Muenzenberg, modèle lui-même calqué sur les rabcors [correspondants ouvriers] de la presse soviétique. Leur équivalent aux États-Unis est la Workers Film and Photo League. Il n’existe encore aucune recherche synthétique sur les APO, en France

3Sur l’histoire de cette organisation, voir le livre récent de Nicolas Ksiss, Hervé Brezot, La FSGT du sport rouge au sport populaire, Paris, La Ville brûle, 2014.

4Même si une distinction doit être faite entre naturisme et nudisme, on notera que le mouvement naturiste a été reconnu dès le Front Populaire par Léo Lagrange, alors sous-Secrétaire d’État aux Loisirs et aux Sports. En 1935, l’Union naturiste de France adhère au Rassemblement populaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *