Jacques Danos, Marcel Gibelin, Juin 36, Paris, Les Bons caractères, 2006, 316 pages, 14,20 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Publié la première fois par les éditions ouvrières en 1952, ce livre avait fait l’objet d’une première réédition chez François Maspero, dans la « Petite collection Maspero », en 1972, puis d’une seconde à La Découverte en 1986. Depuis de nombreuses années, cet ouvrage de deux témoins engagés n’était plus disponible. Les éditions Les Bons caractères ont su saisir l’occasion du 70e anniversaire du Front populaire pour proposer cette publication à un nouveau public, ce dont il faut les féliciter.

Militants à l’extrême gauche du Parti socialiste, les deux auteurs ont été des acteurs du mouvement dont ils rendent compte. Pour autant, à la fois le temps écoulé entre la période d’écriture et celle de publication, de même que l’appui sur de larges sources (tracts, presse, journaux d’entreprises, comptes rendus d’assemblées générales) donnent un caractère très documenté à ce livre. Clairement situé dans une perspective révolutionnaire (au même titre que le livre de Daniel Guérin1), Juin 36 met l’accent sur la surprise générale qu’a constitué la virulence du mouvement gréviste. Grâce à la dynamique des occupations d’usines (une nouveauté radicale), et alors que personne n’avait soupçonné une telle vague, une grande partie de la classe ouvrière s’est lancée dans ce qui fut la plus importante grève du XXe siècle dans l’hexagone. Jacques Danos et Marcel Gibelin rapportent avec fidélité les positions des différents partis ouvriers, en premier le Parti communiste français, qui sont loin d’être favorables au mouvement gréviste comme une légende l’a longtemps laissé penser, du moins selon ces deux auteurs.

Si le Front populaire a marqué au « fer rouge » les consciences populaires comme une période d’avancées sociales sans précédent, c’est d’abord et avant tout grâce au mouvement spontané des ouvriers eux-mêmes et non par le résultat de la politique gouvernementale, reposant sur un programme nettement plus modéré. Ayant stoppé leur élan gréviste, confiants dans la politique du gouvernement, finalement, les ouvriers seront défaits, une grand partie des acquis rognés tandis que la marche à la guerre apparaîtra inéluctable après l’ultime sursaut de la grève du 30 novembre 1938.

En mettant fortement l’accent sur le mouvement gréviste, en offrant une documentation de première main, ce livre fait partie des lectures engagées incontournables sur cette période clé de la vie politique et sociale française, ainsi que du mouvement ouvrier2.

1Daniel Guérin, Front populaire, révolution manquée, Paris, Agone, 2013 [dernière édition], 504 pages.

2Ce compte rendu de 2003 a été très légèrement retouché, avec l’aide de Christian Beuvain, en octobre 2016, pour ce dossier sur le Front populaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *