1936. Le sursaut du monde ouvrier, Paris, Lutte ouvrière, 2006, 127 pages, 6 €, supplément au n° 1974 de Lutte ouvrière.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

A mi chemin entre une grosse brochure et un petit livre, il faut signaler l’intérêt de cet opuscule1, dans le cadre des célébrations du 70e anniversaire du Front populaire. Sous l’égide de Lutte ouvrière, ce texte ne prétend nullement faire œuvre d’historien, car il s’agit clairement d’un texte engagé, à visée pédagogique.

Pour autant, il tranche nettement avec une bonne partie de la prose militante éditée sur ce sujet, notamment en raison de l’aperçu international qu’il offre. A l’encontre d’une littérature centrée uniquement sur la dimension hexagonale de l’année 36, ce court texte offre au contraire une perspective ouverte sur les exemples étrangers. Bien sûr le Front populaire français constitue la plus grosse partie du document, avec notamment deux chapitres consacrés à des dimensions peu mises en avant, le Front populaire et les femmes (ou l’absence de politique), ainsi que le Front populaire et les colonies (où la poursuite de la politique coloniale la plus classique). Mais le texte s’ouvre par le rappel du soulèvement ouvrier autrichien en 1934, l’insurrection des Asturies la même année, les procès de Moscou en 1936 ou encore la guerre civile espagnole, autant d’aperçus d’un grand intérêt, permettant d’insérer le mouvement gréviste français dans un contexte beaucoup plus large. Si l’on peu regretter que les autres exemples mobilisés (Belgique, Grande-Bretagne, Pologne, Grèce, Yougoslavie) soient trop réduits pour ressembler à autre chose qu’une esquisse, en revanche, on retiendra l’excellent et ultime chapitre consacré au mouvement ouvrier américain face à la politique du New Deal et à l’émergence d’un syndicalisme de lutte de classes. Si l’attitude de la direction du syndicat CIO est présentée de manière assez caricaturale (ses dirigeants créant un nouveau syndicat pour pouvoir mieux trahir les intérêts ouvriers), il n’en reste pas moins que ce document suscite une curiosité pour des aspects souvent négligés des luttes de classes internationales de cette période. Des photographies, uniquement à titre d’illustrations, de plus non référencées (sans aucune indication d’auteur, d’agence de presse, de datation, etc.), agrémentent ce récit militant2.

2Ce compte rendu de 2006 a été légèrement enrichi en octobre 2016, pour ce dossier sur le Front populaire [note de la rédaction].


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *