Christophe Bourseiller, L’extrémisme. Une grande peur contemporaine, Paris, CNRS éditions, 2012, 304 pages, 22 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

 Fort désormais de son statut d’enseignant à Sciences Po et de l’édition de ses ouvrages aux éditions du CNRS (voir son recueil A gauche toute ! chroniqué dans notre ancien site[1]), Christophe Bourseiller propose une synthèse de ses recherches qui se trouve être en même temps un retour à son point de départ. Rappelons en effet qu’en 1989 sortait Les ennemis du système, son premier livre qui juxtaposait extrême gauche et extrême droite. Le même postulat est repris ici, enrichi d’un essai de justification qui peine à convaincre. Car bien qu’annonçant le refus les amalgames, il valide celui de la proximité des extrêmes, s’étonnant au passage de l’absence du terme d’extrémisme dans les dictionnaires politiques, alors que son origine, loin d’être historienne, est de nature avant tout journalistique et politicienne. La définition de l’extrémisme qu’il invoque, œuvre de l’étatsunien Leird Wilcox, et qui met l’accent sur les méthodes plus que sur les idées, s’avère d’ailleurs souvent caricaturale, et si Christophe Bourseiller la complète[2], c’est pour mettre en valeur trois idées forces de l’extrémisme, la hiérarchie, la violence[3] et la transgression, l’ensemble étant surtout connoté négativement ![4]

Concernant l’extrême gauche, on retiendra, au-delà de la dichotomie déjà défendue entre invariants et modernistes (voir Extrêmes gauches, la tentation de la réforme, chroniqué sur notre ancien site[5]), un tableau assez large et complet des diverses tendances, ainsi que l’analyse du NPA comme héritier du groupe Révolution ! et influencé par la pratique maoïste, ce qui mériterait assurément discussion… Malheureusement, certaines de ses catégories prêtent le flanc à la critique, le post-anarchisme et l’ultra gauche servant par trop de fourre-tout : le premier avec les Autonomes, la lutte armée (Action directe) ou le SCALP ; le second avec une place privilégiée accordée aux situationnistes. Enfin, l’ouvrage reprend, mêlés à des données factuellement justes, un certain nombre d’erreurs[6], de mythes (L’Union communiste actuelle fondée dès 1939), d’affirmations surprenantes (Elie Domota « lambertiste » ?), d’oublis (quid du collectif « technophobe » Pièces et main d’œuvre ?) ou de raccourcis intéressés (les convergences superficielles entre bordiguisme et fascisme, p.113, ou les extrêmes gauches voulant remplacer « l’élection par la révolution », p.58, en une opposition absurde des deux termes). Il faut dire que la bibliographie proposée par Christophe Bourseiller est lacunaire, ne mentionnant pas, entre autre exemples, les travaux de Dissidences, pourtant conséquents, sur les trotskysmes[7].

Pour l’extrême droite, Christophe Bourseiller fait le choix, hautement discutable, de ne pas y inclure le Front national, qui relève selon lui du populisme, c’est-à-dire d’un autre vecteur de transversalité en tant que forme de popularisation d’idées extrémistes. Une réflexion selon nous excessivement grossière et discutable, tout comme la séparation entre extrême droite contre-révolutionnaire (royalistes, traditionalistes radicaux) et extrême droite révolutionnaire (néo-nazis, nationalistes révolutionnaires). Son catalogue des diverses composantes de l’extrême gauche reste enfin très classique, sans réflexions d’ordre sociologique, ni même d’exposé complet de leurs positions respectives. Finalement, on peut se demander si Christophe Bourseiller ne se rapproche pas du très médiatique Lorant Deutsch dans son travail de recherche : là où le second sélectionne ses sources pour célébrer le passé royal et chrétien de la France, le premier valide la vision dominante du régime démocratique libéral en repoussant les extrémismes dans l’enfer politique… Il estime d’ailleurs, Jacques Ellul lui servant de référence, qu’actuellement toute remise en cause révolutionnaire du système est impossible, et que le seul impact des extrêmes est d’ordre (contre-) culturel, à la manière d’une vision de Mai 68 ou du trotskysme culturel invoqué il y a plus de dix ans maintenant par Edwy Plenel[8]. Une singulière réduction de la focale.



[2]              « Partisan d’une doctrine politique poussée jusqu’à ses extrémités [sic – c’est le serpent qui se mord la queue], qui détermine un certain nombre de comportements et de pratiques, l’extrémiste appelle à un changement radical de société. Ce changement ne peut s’effectuer que par la violence. » (p. 38).

[3]              L’exemple cité de Gerry Healy, trotskyste britannique, et des abus sexuels dont il s’est rendu coupable, étant tout sauf représentatif !

[4]              Certaines questions posées par Christophe Bourseiller font d’ailleurs sourire : « Naît-on extrémiste, ou le devient-on ? (…) Serions-nous tous menacés par une part extrémiste, comparable à un démon qui nous guiderait vers l’abîme ? » (p.23). La préface de Pascal Ory cède d’ailleurs occasionnellement à la même tendance : « (…) je n’exclus pas que l’entrée en extrémisme soit, plus que le résultat d’une démarche raisonnée, l’effet d’un caractère » (p.11). Sans oublier l’hypothèse saugrenue selon laquelle l’extrémiste serait finalement un libéral poussé à son terme, en tant qu’individu-roi (p. 261).

[6]              Confusion entre entrisme et travail syndical (p. 64), Trotsky responsable de la répression de Cronstadt (p.70), le même qui ne défend pas la démocratie au début de sa lutte contre Staline (p. 99), la grande scission mondiale de la IVe Internationale en 1952 au lieu de 1953 (p. 75), des milliers de trotskystes présents entre 1962 et 1965 en Algérie (p. 78), jusqu’à une IVe Internationale (secrétariat unifié) actuellement épaulée par le Venezuela (p. 85-86), en guise de florilège non exhaustif.

[7]              Christophe Bourseiller accorde pourtant à Dissidences le privilège de quelques lignes. Il est toutefois remarquable de voir que plutôt que de répondre sur le fond aux critiques que notre collectif a pu formuler sur ses travaux (et ce depuis Cet étrange Monsieur Blondel, voir les deux premiers numéros du BLEMR sur notre ancien site), il préfère se poser en victime (avec des sous-entendus sur les mobiles de notre « hostilité » qui ne seraient pas que scientifiques… mais de quel ordre, alors ?) et égrener des affirmations gratuites afin de nous dévaloriser. Outre notre supposé échec à devenir référentiel (mais auprès de qui ? Là est toute la question), il n’hésite pas à m’attribuer une responsabilité dans la campagne visant à le décrédibiliser en affirmant que sa charge d’enseignement à Sciences Po aurait été fictive : il suffit pourtant de lire mes comptes rendus de ses derniers ouvrages pour voir que je cite tout à fait clairement cette même charge ! Plus sérieusement, il nous attribue une « posture partisane » (p.52) qui s’éloigne notablement de notre démarche réelle (ce que nous condamnons plutôt, c’est le fait d’aborder l’étude de l’extrême gauche avec des a priori négatifs par principe), en nous attribuant une volonté d’assujettissement (sic) du champ de la recherche de ce domaine, ce qui tend à nous accorder des intentions de contrôle autoritaire qui sont aux antipodes de notre optique (il en est d’ailleurs de même avec le CERMTRI ou l’Institut Léon Trotsky, nommément cités et ainsi injustement dévalorisés).

[8]              Cette grille de lecture se trouve dans son livre Secrets de jeunesse, Paris, Stock, 2001, Folio, 2003.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *